Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 août 2014 1 18 /08 /août /2014 09:30

Un article d'un membre d'EELV qui intéresse toute la gauche attachée à une politique de gauche et qui mesure que la politique de Hollande-Valls nous mène dans le mur et fait le jeu du FN. Quelle alternative, telle est la question posée par ce texte dense, riche et dont je partage l'essentiel. Il a le mérite d'ouvrir le débat politique en cette fin d'été. H M.

« Je dénonce la méthode qui consiste à promettre, à annoncer, chaque fois avec les mêmes mots, et hélas rien ne vient. » François Hollande, 24 mars 2012

Plus de deux ans après l’élection présidentielle, il est important de se rendre compte de l’impasse dans laquelle Hollande a placé la gauche française et les écologistes, ainsi que les différents scénarios qui peuvent en découler. Cette impasse doit se mesurer à l’aune de la singularité de la période dans laquelle nous nous trouvons, singularité que je tente de présenter régulièrement dans mes chroniques de Politis, notamment la dernière, « la décomposition du monde ». Depuis la crise des subprimes de 2007-2008, nous sommes entrés dans une accélération de l’histoire. Nous ne connaissons pas le détail des étapes futures mais nous savons qu’elles sont sources de ruptures de toute sorte, politique, géopolitique, économique, sociale… et bien sûr écologique. Dans un article co-écrit pour un journal africain en mai 2008, bien avant la faillite de Lehman Brothers, puis dans une version réactualisée, « de la crise des subprimes à la crise globale », j’avais tenté de lister des événements apparemment singuliers inscrits dans des temporalités différentes, non forcement liés causalement mais dont la conjonction amplifie les différentes crises, créant une crise globale. J’avais en référence le dernier article d’André Gorz, très clairvoyant sur le devenir de nos sociétés : « La sortie du capitalisme aura donc lieu d’une façon ou d’une autre, civilisée ou barbare. La question porte seulement sur la forme que cette sortie prendra et sur la cadence à laquelle elle va s’opérer. » Depuis ces événements se sont multipliés , les dominos ont continué à tomber et la gravité de la crise s’est amplifiée, notamment dans sa dimension géopolitique.

Les causes de la crise ne sont pas franco-françaises mais en France, elle prend une tournure particulière, plus politique avec la montée du Front national. De plus, son poids moral, économique, politique fait qu'elle a un rôle à jouer. En 2012, François Hollande a pu gagner dans le contexte particulier de grand discrédit de Nicolas Sarkozy, où pour la première fois, toute la gauche, y compris Lutte ouvrière ou le NPA, des centristes tel François Bayrou, ont appelé à voter pour Hollande ou plutôt contre Sarkozy. Mais deux ans plus tard, François Hollande détient la plus forte côte d’impopularité pour un président de la 5e république. L’UMP reste dans une mauvaise posture à cause de l’affaire Bygmallion ou d’autres affaires judiciaires, rendant difficile le retour de Sarkozy. Mais l’incapacité de Hollande à réagir laisse toutes les éventualités possibles dont celle la plus probable à ce jour de la continuité de la progression du FN. La seule stratégie de Hollande semble être « moi ou le chaos », se placer comme le seul rempart à la montée du FN pour éviter une récidive du 21 avril 2002 en 2017, comme Chirac l'a fait pour son deuxième mandat. Une fois de plus, il place la tactique avant la stratégie et le projet politique.

Quelle est la nature de cette impasse ?

La politique économique du gouvernement Hollande dans sa version Ayrault ou Valls est totalement irrationnelle. Pire, elle aggrave la situation. Comme le disait Aristote, la politique est comme une science, elle est le produit de la logique et de l’expérience. Si les résultats divergent des objectifs alors il faut changer de politique. Le chômage et la dette atteignent des niveaux records. Le déficit budgétaire n’arrive toujours pas à atteindre les 3 % du PIB. Et aucun changement. Pire, le dernierrapport parlementaire sur le projet de loi de finances rectificative pour 2014 de Valérie Rabault, a montré que le CICE va entraîner une destruction d’emploi de 60 000 emplois. Pourquoi continuer une politique qui ne fonctionne pas ? Même Sarkozy était revenu sur le bouclier fiscal, qui ne coûtait que 5 milliards contre 20 pour le CICE. Au-delà de l’idéologie, la méthode Hollande, la recherche de l’équilibre où l’on fait plaisir un petit peu à tout le monde, ne fonctionne pas pour un État. Lesderniers chiffres de l’INSEE pour le deuxième trimestre 2014 rappelle la réalité d’une non reprise, pourtant tellement évidente. Le pire est que l’investissement est 12 milliards en dessous du niveau du premier trimestre 2008 et laisse peu de chance pour une inversion tant proclamée par Hollande ! Nous sommes toujours dans lacroissance performative. Dans un contexte de crise profonde bien différent de la période 1997-2001, elle est même un facteur accélérateur du déclin de la France. Ce n’est pas un discours déclinologue de dire cela, c’est un fait objectif qui demande une réaction singulière. Car au bout de l’impasse, c’est le FN en embuscade.

L’impasse n’est pas seulement économique. Même sur les sujets sociétaux, les avancées attendues (droit de vote pour les résidents étrangers, proportionnelle, démocratie d’entreprise…) n’ont pas eu lieu et lorsqu’elle existe comme lors du mariage pour tou-tes, c’est tellement mal gérée politiquement que cela permet une convergence des extrêmes-droites. Aujourd’hui, l’impasse est aussi diplomatique. Depuis le début, Hollande multiplie les impairs. Le 15 janvier 2013, il déclare à propos de l’intervention au Mali qu’il veut « détruire les terroristes. Pour le reste si nous pouvons, nous ferons des prisonniers, (...), ça pourra être utile ». En novembre 2013, il déclare en Israël que « Pour l’amitié entre Benjamin [Netanyahou] et moi même, j’aurai toujours trouvé un chant d’amour pour Israël et pour ses dirigeants ». Le 16 décembre 2013, il déclare au dîner du CRIF à propos du retour de Valls d’Alger, « Il en revient sain et sauf et c’est déjà beaucoup ». En décembre 2013, il fait allégeance au Roi Abdallah d’Arabie Saoudite, ce qu’aucun dirigeant occidental n’avait fait auparavant. Il loue la « sagesse précieuse » du roi, qui « cherche une solution [en Syrie] politique, soutenir l’opposition modérée et favoriser la transition ». Le 23 juin 2014, il déclarait que le Qatar « a aussi une volonté de contribuer à la paix et à la sécurité de la région, et d’être un acteur important sur le plan international ».Le summum est le communiqué de presse du 9 juillet 2014 où « il appartient au gouvernement israélien de prendre toutes les mesures pour protéger sa population face aux menaces ». 2 000 morts plus tard dont plus de 80 % de civils, quelle perspicacité ! Et il y a aussi le Tchad, la Russie...

Ce gouvernement joue avec le feu en promouvant des pays qui sont loin d’être des États démocratiques. Il essaie d’attirer le maximum d’investissement du Qatar, principal financier du Hamas et des Frères musulmans, tout en assurant son soutien à Israël. Valls, lui, alimente la confusion entre Israël et Judaïsme, oubliant de fait les arabes israéliens et tous les juifs qui ne veulent pas être associés à la politique du gouvernement israélien. Il confond salafisme et frères musulmans. Il transforme un conflit entre deux pays en un conflit religieux, comme si tous les Palestiniens étaient musulmans et tous les Israéliens juifs. Il fait le jeu de fait de tous les extrémistes israéliens ou palestiniens. Il interdit la veille une manifestation de plus de 10 000 personnes, permettant les dérapages extrémistes (Soralien et salafiste). Il laisse faire la Ligue de défense juive pourtant interdite au EU et en Israël, coupable d’avoir fait perdre un œil à un commissaire de police, il y a quelques années. Au lieu de laisser les organisations habituées à gérer ces situations tendues, il préfère avoir une analyse manichéenne pour isoler les progressistes du camp de la paix des mouvements extrémistes.

Cette incohérence (ou ce cynisme ?) qui n'est pas l'apanage de la France génère aujourd’hui des dizaines de milliers de morts dans le monde. Nous ne sommes pas dans la logique manichéenne des néo-conservateurs d’un camp démocrate contre des terroristes ! mais dans une multiplicité de contradictions que l’Occident alimente, et notamment la France. Comment soutenir à la fois l’Arabie Saoudite, le Qatar et Israël. L’Arabie Saoudite, monarchie théocratique veut imposer la vision wahhabite rigoriste du Coran, sa haine des chiites et des soufis. Cela explique leur soutien aux djihadistes partout dans le monde, qui font exploser des mosquées soufis à Tombouctou, chiites en Syrie ou en Irak. Le Qatar soutient les frères musulmans, ce qui explique les conflits internes aux islamistes ou en Égypte entre les militaires, les salafistes et les frères musulmans. Hollande ne peut pas vouloir combattre les terroristes djihadistes et ne pas s'opposer à leurs financiers, ne pas vouloir une démocratisation des pays d'Afrique et du Moyen-Orient et s'appuyer sur des États non démocratiques. Ce ne sont pas des terroristes, ce sont des acteurs politiques (aux pratiques barbares mais ce ne sont pas les seuls), qui ont des cadres, une organisation, dont des armées organisées, une diplomatie, un projet politique. La guerre a changé de dimension pour se réaliser sur de grands territoires.

Hollande, un danger pour la Gauche ?

Hollande est devenu un danger pour la Gauche en décrédibilisant son projet avec sa stratégie de la fuite en avant. Aujourd’hui, la politique du gouvernement ne permet ni de sortir de la crise, ni de contrer la montée du FN.

Face à cela, 3 attitudes. Soit on considère que le gouvernement actuel est tellement responsable de la situation actuelle qu’il faut le combattre frontalement. C’est la stratégie du Parti de Gauche. Je me suis déjà exprimé sur ce point, il y a un an, bien avant le résultat des dernières élections, dans « Où va la politique française face à une conjonction politique dangereuse ? » sur la stratégie dangereuse de Mélenchon. N’oublions pas que François Hollande a gagné grâce à toute la gauche. Son échec serait perçu comme celui de toute la gauche et le score des élections européennes est là pour nous le rappeler (- de 35 % pour toute la gauche). Ladéstabilisation actuelle des institutions, aggravée par les derniers événements de la mise en examen de Sarkozy pour corruption, dans le contexte actuel ne peut que favoriser la montée du FN. Aujourd’hui, il n’y a aucune alternative à gauche crédible pour l’opinion. L’échec d’Hénin-Beaumont pour Mélenchon aurait du être un signal en n’arrivant même pas à se qualifier pour le deuxième tour des législatives malgré son bon score à l’élection présidentielle. Il n’en fut rien.

La deuxième attitude est celle de partir de l’absence d’alternative, le fameux TINA (There is no alternative). Face à cela, il faut agir au mieux au sein du gouvernement ou dans la majorité pour obtenir le maximum d’avancées. Il faut faire une balance entre les avancées et les reculs. Cette attitude pourrait se comprendre dans une situation où il n’y aurait pas de dégradation de la situation, mais ce n’est pas le cas. Alors, on cherche des boucs émissaires externes. La France serait soumise à une crise externe.

Reste la troisième attitude, construire une alternative politique et un programme audible et crédible. Face à une crise singulière, il faut une unité de la gauche, des écologistes, des mouvements sociaux et des syndicats. Les enjeux de la sortie de la crise ne pourront se faire sans une unité large. Cette unité doit éviter tout anti-mélenchonisme ou tout anti-hollandisme. EELV doit jouer le rôle de passerelle entre les deux gauches. Dans ces périodes, il faut être unis et éviter la division, car nos véritables ennemis s’organisent et ont peu à faire de la démocratie. La difficulté est de simultanément répondre à l'urgence pour stopper la déliquescence en cours, faire le programme de rupture que nécessite la crise et trouver les ou la majorité qui le permette dans un contexte où Hollande a produit beaucoup de désillusion. Tout cela ne pourra pas se faire sans une clarification au sein du PS notamment avec la ligne néo-conservatrice Valls qui ne conduit qu'à la dislocation de la gauche et à son déshonneur tellement ses propos l'ont disqualifié avec les « blancos », la non intégration des Rroms en France. Ses derniers propos au JDD du 17 aout 2014 clarifient l'impossibilité de perspective avec lui en jugeant hors de question de changer de politiques et irresponsables ceux qui le demandent !

Le danger particulier du FN

Le FN n’est pas un adversaire anodin. Ce n’est pas un parti classique de droite. C’est un parti néo-fasciste. Il cherche à prendre le pouvoir et tous les moyens sont bons pour y parvenir. Une fois le pouvoir conquis, il n’y a pas de retour en arrière possible. Comme chaque fois que l’extrême-droite gagne les élections, elle profite d’abord du contexte de crise qu’elle alimente et qui la porte puis enclenche les réformes juridiques qui renforcent son pouvoir. N’oublions pas les travaux de Wilhelm Reich des années 1930 sur « La Psychologie de masse du fascisme ». Ce n’est pas le fascisme qui a endoctriné les masses, mais les masses, réceptives aux illusions, ont porté le fascisme au pouvoir. Petit à petit, on s’habitue aux reculs démocratiques, aux restrictions des libertés, à la présence d’hommes en arme, pour notre sécurité. On trouve des boucs émissaires, les Rroms, les chômeurs, les musulmans. On détourne les mots de leur signification. Le FN défend la laïcité, la liberté de parole, les ouvriers licenciés… Il mène une stratégie de conquête progressive du pouvoir, pas à pas, territoire après territoire. Il a analysé son échec de 1995 où il n’a gardé comme ville conquise qu’Orange. Cette ville est très emblématique de la stratégie du FN, même si Bompard n’est plus membre du FN. Après avoir gagné la ville, il a conforté son pouvoir sur la ville. Sa femme a gagné la ville voisine de Bollène, puis il a gagné la circonscription législative et obtient 59,82 % des voix au premier tour des élections municipales. À cela, s'ajoute la deuxième circonscription du Vaucluse (sur 4), gagnée par Marion Le Pen. Aujourd’hui, la communication du FN vise à donner de la respectabilité, malgré les « provocations » régulières de Jean-Marie Le Pen. Ce jeu de rôle entre le père et la fille ne doit pas tromper sur la nature de ce parti. Il n’y a pas de mouvement comparable à ce qu’a fait Gianfranco Fini en Italie en quittant le MSI pour créer l’Alliance nationale. Il suffit de lire les analyses deRéflexes ou les travaux des chercheurs qui suivent le FN. De plus, par rapport à 1995, la situation politique, économique et sociale est critique. Dans de nombreux pays, les partis nationalistes montent en puissance et gagnent même des élections comme en Hongrie ou poussent les autres partis à reprendre des éléments de discours et surtout mettre en œuvre une partie des programmes. Nous ne sommes plus dans la lepenisation des esprits mais dans la mise en pratique.

Au-delà de l’impasse dans laquelle nous place Hollande, il nous met face au dilemme du 21 avril 2002, la droite républicaine ou le FN. Sauf qu’on ne reproduit jamais deux fois le non-choix, d’autant plus que l’exacerbation de la crise économique est amplifiée par la crise politique. Une crise politique peut être résolue par une réforme institutionnelle mais pas la conjonction des crises politiques et économiques. Le passage de la quatrième république à la cinquième s’est fait dans un contexte de croissance économique. Le problème premier des gens n’est pas d’avoir un meilleur système démocratique ou des territoires plus adaptées à leur vie, mais de résoudre leur problème de précarité ou leur inquiétude d’y sombrer. Il faut certes passer à la sixième république, mettre en place la proportionnelle, faire une réforme territoriale mais c’est aujourd’hui insuffisant pour renverser le cap.

Que faire pour EELV et pour les progressistes ?

Il y a un accord pour changer de stratégie politique mais encore faut-il savoir laquelle ? Pour cela, il faut résoudre le dilemme du temps, concilier l'urgence de la réponse avec celui du temps long de la construction de l'alternative ? Les attitudes pré-citées face à l’impasse Hollande conduisent à des stratégies contradictoires. Le maintien de l’alliance conflictuelle avec le PS est une impasse. Nous sommes bien loin des avancées de 1997-2001. La maintenir ne permettra pas de faire changer Hollande de cap qui maintiendra une politique inefficace, qui n’empêchera pas la montée du FN. On obtiendra une loi de transition énergétique meilleure, mais insuffisante part rapport aux exigences de la crise. Et nous coulerons politiquement avec le PS. La seule stratégie institutionnelle est insuffisante. Elle nous coupe même de plus en plus de la population.

Il y a une autre stratégie perdante : croire qu’une solution à gauche est uniquement possible en dehors des institutions. L’alternance politique qui pourrait se construire n’est pas aujourd’hui à gauche comme en 1997 ou en 2012 mais à la droite extrême. Il y a une stratégie possible d’alliance au centre à travers un front républicain. C’est une variante du TINA que partage l’UDI ou le Modem. Le problème est que cette politique ne permet en aucun cas de résoudre la crise sociale et renforcerait l’idée que droite et gauche, c’est la même chose. Symétriquement, l’alliance uniquement avec le Front de Gauche est insuffisante pour construire une alternative à court terme et la gravité de la situation nous oblige à agir vite. Le repli identitaire est aussi contraint par l’urgence de la réaction et nous ne sommes plus dans la situation de 2009 où EELV était en capacité d’être moteur d’une alternative écologiste et de gauche.

EELV a donc une équation compliquée à résoudre : retrouver notre situation de 2009, répondre à l’urgence à la situation, construire un front dans lequel nous ne sommes pas noyés, tout en ayant en perspective la singularité de la crise et de sa réponse (voir mon analyse avec Yann Moulier-Boutang, « Une lecture écologiste de la crise, la première crise socio-écologique du capitalisme » ou « un plan B pour Hollande ») L’urgence de la réponse passe par les parlements actuels car dissoudre l’assemblée nationale, c’est à coup sûr redonner le pouvoir à la droite. Il faut élargir l’alliance EELV, Front de Gauche, frondeurs pour atteindre une majorité alternative, quitte à avoir une crise institutionnelle car l’irrationalité de la politique actuelle est telle que l’inaction est tout aussi une impasse qui ne peut que favoriser la montée du FN. Simultanément, il faut préparer une alternative à moyen terme, d’autant plus que la première solution a une forte probabilité d’échouer. La construction d’une alternative ne doit pas commettre les erreurs de la séquence 2009-2012. Il ne faut pas uniquement construire les alliances politiques, ni le programme. Il faut également réfléchir à la mise en œuvre de cette alternative. Ce travail ne doit pas se faire qu'avec les partis mais aussi avec l'ensemble des acteurs sociaux dont une partie a perdu confiance dans la politique. La communauté de pensée écologiste est bien plus grande dans la société que dans la politique mais elle reste insuffisante. Il faut construire, co-élaborer des stratégies pour gagner des victoires qui redonnent confiance.

Face à l’impasse Hollande, il faut réagir pour ne pas sombrer.

Partager cet article

Repost 0
Published by henri Moulinier - dans Quelle alternative à gauche
commenter cet article

commentaires

serrurier paris 4 26/08/2014 05:32

Je vous vante pour votre critique. c'est un vrai boulot d'écriture. Poursuivez

Le de serrurier paris paris en serrurier paris paris sur serrurier paris paris et serrurier paris paris :. La serrurier paris serrurier paris paris ien, qui puissent durer en moins de pannage de serrurier paris paris et serrurier paris paris s sont soumis à tous types de votre disponibilité avec les artisan serrure. Serrurier serrurier paris paris . Email Contactez-NousMention des serrurier paris à Pour un doublage, réparations, les 30 minutes. Bricard Fichet Laperche, cylindre grippée, clé. Serrure a larder ).

Michèle Villalongue 18/08/2014 22:26

Redonner confiance, à un peuple qui a été odieusement trompé, vous plaisantez !
Hollande a souillé le beau mot de socialiste.
Plus personne ne pourra accorder le moindre crédit à quelque programme que ce soit qui porte ce nom..
Et l'épouvantail Le Pen ne provoquera plus jamais ce qu'il était convenu d'appeler "le vote utile.
Traître à ses engagements, traître à 51 % des votants, traître à ses co partisans et à lui-même, cet homme sans honneur a détruit l'image de la gauche à tout jamais.
Il a vendu notre pays et devrait être poursuivi devant la cour de justice de la république pour manquement grave à à ses devoir de veiller à la souveraineté de la France.
Vivement une VIe république !

Présentation

  • : Henri MOULINIER
  • Henri MOULINIER
  • : Espace de débat pour contribuer à l'élargissement du Front de gauche, la victoire de la gauche pour une réelle alternative au néolibéralisme et au capitalisme
  • Contact

Profil

  • henri Moulinier
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.

Recherche

Pages

Catégories