Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2008 5 25 /01 /janvier /2008 21:36

     Dans un interview recueilli par "Libération," Christian Piquet, chef de file de la minorité "unitaire" de la LCR, craint que la direction de la  LCR ne s'enferme dans une illusion : croire que l'écho d'Olivier Besancenot se traduiera mécaniquement en une nouvelle construction politique. Sur le fonds, Olivier Besancenot n'a pas tellement bougé de sa ligne gauchiste. Hormis sur une chose: il a compris que la Ligue ne pouvait être le receptacle naturel des attentes qu'il suscite lui-même. Il a donc enclenché un dépassement de la LCR. Le problème, c'est qu'il s'est arrêté sur la forme.

      A mesure que le projet se concrétise, la définition du nouveau  parti se veut de plus en plus "révolutionnaire" et prétend  ne s'adresser qu'aux seuls "révolutionnaires". Les gens vont donc comprendre que les bases proposées sont celles de la LCR aujourd'hui et qu'elle veut les instrumentaliser. Cela risque d'avoir un coût politique  élevé: le refus de discuter avec les sensibilités antilibérales existant par ailleurs, du PCF aux gauches dans le PS en passant par les forces alternatives, pour en appeler aux seuls "anonymes" dans les luttes, aux 'héros du quotidien.

      Oui, c'est une démarche cul par dessus tête: on définit à l'avance, la base politique "révolutionnaire", le périmètre - seulement les anonymes et les acteurs de terain - et le calendrier. Comment dire après aux futurs adhérents: venez, on va tout décider à égalité avec vou. Ils veuent une formation qui rassemble le meilleur des traditions de la gauche anticapitaliste. Son pluralisme est une nécessité, sauf à penser que la LCR seule peut réaliser la synthèse insispensable. (...)"

 
        Je partage ce sentiment de Christian Piquet, ce d'autant plus que j'ai la même impression du côté du PCF  qui prépare lui aussi sa mue, ... tout seul,  entre soi, sans les autres forces!

       Il faut que tout ça bouge, pour faire, ensemble,  du neuf à gauche!

      Pour travailler ensemble, commençons par réfléchir ensemble. C'est ce que ous proposons partout en France, et donc ici, chez nous: ouvrir des forums locaux pour réfléchir, en vue de préparer des Etats-Généraux nationaux        ( voir le  lien "Maintenant à gauche")


                    Qu'en pensez-vous???

Partager cet article

Repost 0
Published by henri Moulinier - dans Npa: quel rassemblement
commenter cet article

commentaires

moulinier 03/02/2008 20:11

MichelPas d'inquiétude, je ne suis pas des nostalgiques du PCF d'antan. Pour moi, cette forme là de "parti" est dépassée ( centralisé, dirigé par des permanents politiques qui sont leurs propres patrons, abscence de réel pluralisme d'expression, ...)Mais le "communisme" est un mouvement émancipateur que je ne renie pas, tout en rejetant totalement sa forme héritée du 20e siècle et du modèle soviétique ( parti unique, confusion avec l'appareil d'état, étarisme, centralisme, atteintes aux libertés individuelles et collectives, ...)"Libérer les individus" ( toi le libertaire!) est un projet  fort d'émancipation humaine. Marx et Engel n'écrivaient-ils pas dans leur "Maifrste du PC" en 1848: "A la place de l'ancienne société bourgeoise, avec ses classes et ses antagonismes de classs, surgit une association où le libre-développement de chacun est la condition du libre-développement de tous" ( Editions sociales - page 70) C'est tout le contraire qui a été fait dans les constructions "communistes" du 20e s et encore aujourd'hui!Par ailleurs, nos différences d'approches ne sont pas des difficultés, mais c'est notre diversité qui peut faire notre richesse, pas l'uniformité. Nous pouvons construire un projet politique commun, sans se renier!?  Sinon, continuons comme aujourd'hui, avec des chapelles, des appareils + ou - sclérosés, chacun pour soi, et laissons le bipartisme faire son beurre en terme d'alternance! Ce n'est pas mon choix.     Amitiés       H Moulinier

FEUERMANN Michel 03/02/2008 17:02

" revizor" ?? Qui est ce "revizor" ?Je suis inquiet : même racine que "revisioniste"Qu'il signe avec son nom !! Mais après son commentaire ,je n'ai plus grand chose à dire, que d'autres amis se manifestent. Il ressort les poubelles de l'histoire...Semard ! Cachin !! et Thorez !!! et notre ami Henri éprouve le besoin de nous ressortir : " le communisme : la libération humaine"Si c'est la voie choisie pour refonder la gauche, sans moi camarades. Et puis sur ce terrain la LCR est plus forte que vous!!Une petite dernière pour les bientôt 40 ans de Mai 68 : " Le Marxisme et le Christianisme sont les deux machoîres du même piège à cons" Michel Feuermann

revizor 27/01/2008 19:46

Je savais qu'en me référant au marxisme et au léninisme j'allais entraîner des réactions et cela ne m'étonne pas outre mesure compte-tenu de ce qu'est devenu le parti communiste après la liquidation des fondamentaux depuis le 22éme congrès.Je précise que je ne sacralise pas le modèle soviétique mais que pour autant je ne rejette pas l'enfant avec l'eau du bain.Je ne rejette pas le socialisme au prétexte qu'il y a eu les déviations staliniennes, ce que certains appellent le stalinisme.La défaite du socialisme en URSS et à l'Est de l'Europe tient beaucoup à des causes internes et surtout externes.Bien entendu il s'agit d'un débat très vaste.Sur le Parti je sais qu'il est de bon ton de trouver dépassée la forme "parti".Et je maintiens qu'il est nécessaire qu'il y ait un Parti Communiste organisé et aussi centralisé ce qui n'empêche pas qu'il soit démocratique.Il faut éffectivement un Parti qui ne soit pas seulement un club de discussion mais un Parti qui appartienne aux militants avec tous les droits et les devoirs que cela suppose, et non pas un Parti de permanents et d'élus qui font la pluie et le beau temps sans tenir compte des militants, ou un Parti divisé en clans.En bref je suis pour le centralisme démocratique.En défintive la pierre de touche est bien là.:-pour ou contre le léninisme-pour ou contre l'existence d'un Parti révolutionnaire, à savoir le parti communiste.

moulinier 27/01/2008 12:02

La renaissance d'un parti marxiste-léniniste?     Peut-on repasser les plats froids? Les partis communistes, le PCF entre autre, ont joué un rôle important pour la défense du monde du travail, pour des avancées sociales, une autre gestion des collectivités locales, .... Mais globalement le "communisme type 20e siècle, modèle soviétique" a échoué. Il est déconsidéré aux yeux des citoyens de ce monde, des jeunes plus encore. "Has been" disent-ils souvent.    Ce communisme là, étatique, non démocratique, a fait son temps, aionsi que la forme "parti centralisé", parti de "professionnels" ( de permanents qui ont tout le pouvoir, comme des seigneurs locaux , avec leur cour)   Dans le "Manifeste du PC", Marx et Engels, en 1848, donnaient un autre sens, complétement bafoué dans les pays qui s'en sont réclamés, je cite: " A la place de l'ancienne société bourgeoise, avec ses classes et ses antagonisme de classe, surgit une association où le libre développement de chacun est la condition du libre développement de tous" ( Editions sociales -1967 - page 70)   Le communisme soviétisé a fait l'inverse. Il faut revenir à l'essence du "communisme": la libération humaine et en créer les conditions sociales, politiques, culturelles, économiques.                            Henri Moulinier

revizor 27/01/2008 10:56

Je ne suis évidemment pas trotsliste car je sais que " le trotskisme, cet antiléninisme" pour reprendre le titre d'un livre assez ancien de Léo Figuéres a contribué à la division du mouvement ouvrier.Ceci ne m'empêche pas de regarder avec intérêt ce qui se passe du côté de ce que j'appellerai le néo-trotskisme.Certes la démarche de la LCR est assez volontariste.Mais elle a le mérite d'exister face à la déliquescence de la gauche officielle.Ne parlons pas du Parti Socialiste qui devient de plus en plus , avec notamment Ségolène Royal et bien d'autres un Parti démocrate comme le Parti Démocrate américain, ce qui n'a plus rien à voir avec le socialisme fut-il réformiste.Le PCF est en pleine liquidation, hésitant entre son absorption dans un " parti progressiste de toute la gauche "ou la création d'une force à la gauche du PS, en fait la gauche antilibérale ce qui est illusoire.Je note toutefois des résistances intéressantes à ce sabordage du PCF, à l'intérieur du PCF, mais n'est-il pas trop tard?Le mérite de la LCR est évidemment de proclamer son indépendance par rapport au PS .Toutefois je crois que la démarche de création d'un nouveau" Parti anticapitaliste" est illusoire.D'abord elle est fondée sur la médiatisation d' Olivier Besancenot, médiatisation pas toujours innocente et visant à ce que peu à peu la LCR remplace le PC, mais avec le risque qu'une fois le sale boulot accompli la Ligue ou le nouveau Parti se retrouve à son tour marginalisé par les médias.Il faudrait aussi savoir ce qu'on met sous le terme "anticapitalisme".et aussi le programme et les orientations fondamentales, tant au plan national qu'international.Il faudrait qu'il précise ses positions sur l'Europe, sur la lutte antimpérialiste etc..J'ai comme l'impression que la montagne risque d'accoucher d'une souris .Je crois donc que le problème fondamental est bien celui de la renaissance ou de la reconstruction d'un Parti Communiste authentiquement marxiste et léniniste, tel qu'il avait été construit par des générations de militants et de dirigeants comme Cachin, Sémard , Thorez, etc..

moulinier 26/01/2008 15:00

MichelCe n'est pas moi qui parle de "ligne gauchiste", mais Christian Piqut lui-même dans son interview à Libération que je ne fais que citer!Et je pense que cette démarche "gauchiste", signifie pour Christian Piquet une sorte dee fuite en avant volontariste et minoritaire, une radicalisation du discours (100% à gauche, seul contre tous, même LO). Cette démarche n'a aucune chance de rassembler large, sans abandonner des objectifs de transformation sociale.                 Amitiés                  H Moulinier

Michel Feuermann 26/01/2008 14:42

Bien que d'accord avec ce qu'écrit Christian Picquet je bute sur les commentaires d'Henri. Ras le bol des formules comme " sa ligne gauchiste" , formule consacrée par le PC en 1968, qui sous cette appellation classait tout ceux qui n'était pas d'accord avec sa politique, même ceux qui ne s'étaient jamais réclamé du Marxisme. Formule essentiellemnt communiste puisque Lénine désignait sous ce vocable la "maladie infantile du communisme". Alors combien de morts ont fait les frais de cette qualification ? Arrêtons d'employer les mots du passé si nous voulons construire un avenir qui surtout n'y ressemble pas.. Nous opposer à la nouvelle ligne politique de la LCR soit, mais avec une argumentation politique. C'est des questions qu'il faut poser à nos amis de la Ligue et non des anathèmes car ils sont pour l'avenir de la gauche aussi incontournables que les pseudos minoritaires du PS qui ne se sont pas encore déterminés sur leur appartenance à la reconstruction que nous espèrons.Des questions de fond comme : C'est quoi aujourd'hui la révolution ? C'est quoi être révolutionnaire ? C'est quoi le refus du pouvoir institutionnel ? C'est quoi vouloir s'appyuer sur les mouvements sociaux ? Transformer les syndicats en courroie de transmission du nouveau parti ? C'est quoi refuser les responsabilités politiciennes tout en se présentant aux élections ? Etc... Personnellement j'ai pensé un moment qu'une partie de la LCR se réclamait de la thèse de Johh Holloway " Changer le monde sans prendre le pouvoir" ( Editions Syllepse 2007 et revue Contretemps N° 6 en 2003) Cela me semblait cohérent avec la doctine proposée aujourd'hui.Et puis je lis la contribution de Daniel Bensaid dans "la revue internationale des livres et des idées"( N°3 Janvier/ février 2008) refutant cette thèse au nom de l'illusion sociale qu'elle représenterait. La conclusion de D.Bensaid, un des "penseurs" de la Ligue si je ne m'abuse, s'appuie essentiellement sur les mouvements sociaux et les expériences de pouvoir en Amérique latine. Après 60 ans du paradis communiste sovietique, allons nous avoir droit aujourd'hui à Chavez et Lula comme guide de la révolution ? Alors en conclusion de "gauchiste" comme j'étais désigné voici 40 ans, je reprends le titre de l'article cité ci-dessus "Et si on arrêtait tout ?" auquel je réponds : oui ! et j'ajoute la formule de l'AN 01, film cher à nos souvenirs : "On réfléchit et c'est pas triste" !! Michel Feuermann

Présentation

  • : Henri MOULINIER
  • Henri MOULINIER
  • : Espace de débat pour contribuer à l'élargissement du Front de gauche, la victoire de la gauche pour une réelle alternative au néolibéralisme et au capitalisme
  • Contact

Profil

  • henri Moulinier
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.

Recherche

Pages

Catégories