Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 15:23

     Le prix du baril de pétrole n'arrête pas de monter., justifioant son surnom "d'or noir". Depuis quelques semaines, son prix affole ... les marchés , en particulier, le marché de New-York.

"Il semble que la spéculation n'ait plus de limite"

        Tel est le titre d'un article récent  de "L'Expansion" du 10/4/2008 , c'est le patron de Total qui s'exprimait ainsi.

     °  Lui qui dirige un groupe pétrolier qui a réalisé, en 2006, un "résultat net ajusté" de 12, 585 milliards d'euros, contre 12 en 2005 et 9,131 en 2004. Combien en 2007, et bientôt en 2008. Car les réserves de pétrole sont, je pense, de 3 mois en France. Donc une hausse aujourd'hui du pétrole brut ne devrait se répercuter que ... 3 mois plus tard! Non?

     ° Et que dire de l'Etat français qui taxe 2 fois les carburants: avec la TIPP et avec la TVA. Au ... total, cela représente près de 75% pour l'essence et environ 67% pour le diesel. Une manne financière pour le gouvernement Sarkozy, en ces temps de "vache maigre", après avoir réduit les impôts des plus riches de 15 milliards ( avec le "paquet fiscal" voté en Aout)

     ° Mais la spéculation est elle aussi bien réelle, et elle contribue grandement à pousser les cours du pétrole à la hausse!  Et cela se passe effectivement sur le "New York Mercantile Exchange" (Nymex), où le baril de "light sweet crude" voit son cours dopé par les interventions des spéculateurs qui se sont désengagés des marchés boursiers des actions et de l'immobilier ( crise des Subprimes Us oblige)  C'est la même chose pour le "baril de Brent" de la mer du Nord qui grimpe lui aussi.

      Face à un marché du pétrole en pleine expansion ( demande des pays émergeants, mais aussi des Etats-Unis), alors que les pays producteurs de l'OPEP  n'augmentent que de manière limitée leurs exportations ( + 500 000 barils - 159 litre  le baril - par jour), que les réserves fondent de manière inquiétante aux Etat-Unis, alors que le dollar - monnaie dans laquelle est libellée le prix du pétrole- est " en déliquescence", et  malgré les efforts d'économie de certains pays - dont le notre - , "le marché" (autrement dit les spéculateurs) vise  un baril dont les cours continuent à monter.

   "La spéculation coûte cher aux consommateurs"

      
C'est ce que titrait "la presse canadienne" - édition du jeudi 10 janvier 2008 - qui affirmait déjà à cette date que "la proportion de spéculateurs oeuvrant sur le New York Mercantile Exchange - Nymex- a presque triplé".

        Il y a bien "une financiarisation du marché pétrolier" affirme une journaliste - Béatrice Mathieu- dans l'Expansion du 5/5/08, ce que disait déjà, le 12 mars dernier, dans la même revue, Frédéric Lasserre, chef analyste à la Société Générale. Et de préciser: "Les investisseurs institutionnels, comme les fonds de pension, les assurances ou les fonds communs de placement (FCP) " ont rejoint les "hedge ffunds". "Ces établissements veulent acquérir des actifs dont la valeur est assez indépendante de la croissance et des grans indicateurs économiques". Et d'ajouter que "les fonds préfèrent (en effet) investir les marchés des matières premières, plus rentables, et moins impactés par la crise que les cours d'actions ou d'obligations. Les investisseurs s'y sont précipités pour se protéger d'un redémarrage de l'inflation. Avec les subprimes, certaines banques centrales, comme la Fed aux Etats-Unis, ont du abaisser leurs taux directeurs, et ainsi baisser la garde dans la lutte contre la hausse des prix. Alors que celle-ci persiste, voire s'accentue... Essentiellement alimentée par la flambée des tarifs des produits alimentaires et de l'énergie"

     Ainsi, les investisseurs chercent donc à se protéger d'une inflation qu'ils provoquent en partie" interroge l'Expansion. Et Frédéric Lasserre de répondre: "Ce phénomène est courant sur les marchés de matières premières."

    Jusqu'où?

     " Tant que les investisseurs auront confiance en une croissance interne chinoise solide, le potentiel de baisse des prix restera faible (...) Les particuliers et les fonds communs de placement pourraient fuir rapidement le marché du pétrole, leur comportement est "plus spéculatif" (...)

      C'ela peut aussi dépendre de la réaction citoyenne, de notre réaction commune pour clamer, ensemble, "ça suffit! Arrêtez votre spéculation!" ou encore "qu'attendez-vous Messieurs et Mesdames les principaux dirigeants de ce monde - le G8 - pour prendre des mesures politiques pour mettre hors la loi cette spéculation qui s'attaque même aux prix des produits alimentaires, poussant à la famine, voire à la mort- des millions d'êtres humains en Afrique et ailleurs!


      

Partager cet article

Repost 0
Published by henri Moulinier - dans Economie - libéralisme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Henri MOULINIER
  • Henri MOULINIER
  • : Espace de débat pour contribuer à l'élargissement du Front de gauche, la victoire de la gauche pour une réelle alternative au néolibéralisme et au capitalisme
  • Contact

Profil

  • henri Moulinier
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Acteur du Front de gauche. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Acteur du Front de gauche. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.

Recherche

Pages

Catégories