Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2008 4 10 /07 /juillet /2008 17:01
        Le souhait  d'une autre europe s'affirme. Le Non irlandais l'a encore montré: quand on laisse la parole aux peuples, ceux-ci exprime leur rejet de cette Europe libérale.

         Meme le Parti Socialiste reconnait, dans le communiqué commun avec le Pcf, le Mrc et le Mrg, qu'il "existe une exigeance de réorientation des politiques" de l'Europe ( voir 2e document de cette page). Mais cela va-t-il jusqu'à la remise en cause des fondements, des sources de ces politiques européennes "néolibérales actuelles", qui sont totalement et clairement dûes aux "traités" européens signés par les chefs d'Etats ( voir le premier document ci-dessous) ? Alors que très récemment encore, la majorité du PS et des députés Ps acceptait de  ratifier le Traité de Lisbonne au Parlement français ( en votant pour ou en s'abstenant), et évitait ainsi un référendum, dont tout montre qu'il aurait vu un nouveau Non majoritaire des français?

      Le Pcf a signé le premier communiqué commun avec le Ps, le Mrc et le Mrg, mais pas le 2e. Certes, il s'agit d'une déclaration à propos de la présidence française de l'Union Européenne. Mais au delà: quel est  l'objectif politique du Pcf, à quelques mois des élections européennes? Peut-on faire croire que l'on peut "réorienter" la construction européenne sans toucher aux Traités qui fondent ces politiques européennes? C'est la question que pose le communiqué des communistes unitaires membres du Conseil National du Pcf ( voir le 3e document)

                                               _______________________________________

1er communiqué

Une autre Europe est possible !

      Les politiques de l’Union européenne prennent une part déterminante dans la vie quotidienne de nos concitoyen-nes. Traités, politiques communes et jurisprudences européennes sont aujourd’hui caractérisés, pour l’essentiel, par la mise en concurrence des systèmes sociaux et fiscaux, la déréglementation des services publics, une politique monétaire sans aucun contrôle démocratique, une politique budgétaire restrictive, une politique agricole sacrifiant l’agriculture paysanne, des politiques sécuritaires notamment vis-à-vis de l’immigration, des traités bilatéraux de libre-échange aggravant l’exploitation des pays du Sud, notamment en matière agricole, une politique extérieure et militaire alignée sur celle de l’OTAN et plus généralement un déficit démocratique. La « concurrence libre et non faussée » joue contre l’emploi, le niveau de vie et les services publics, l’environnement et les ressources naturelles.

       Face à ces attaques sans précédent, il s’agit de mettre en avant la primauté des droits pour toutes et tous, notamment sociaux, face à la concurrence. Il s’agit de nous opposer et de construire des alternatives sociales, écologiques, féministes et démocratiques qui rompent avec les politiques néolibérales actuelles. Nous appelons à construire ensemble un cadre de débats et de mobilisations, qui permette la construction de convergences entre des associations, syndicats, organisations politiques et réseaux qui partagent ces préoccupations et souhaitent travailler ensemble dans le respect de l’indépendance et de la place spécifique de chacun.

Construire ensemble un cadre de débats et de mobilisations

      La présidence française de l’Union européenne pendant le deuxième semestre 2008 sera une occasion de porter ces exigences et des propositions alternatives. L’ensemble de ces réflexions et ces actions devra à la fois concerner la politique française dans l’Union Européenne et s’inscrire pleinement dans un cadre européen, notamment en lien avec le Forum social européen de Malmö en septembre 2008 et les réseaux qui y sont liés.

       Les signataires ci-dessous appellent à agir dans cet esprit, et tout d’abord pendant la Présidence française de l’Union européenne, durant laquelle ils mettront des propositions concrètes en débat. Ils sont disponibles pour tout ce qui permettra, dans la longue durée, la convergence de celles et ceux qui considèrent qu’une autre Europe est possible.

Alter Ekolo, Attac, CGT-Finances, Confédération Paysanne, Coordination des collectifs unitaires, Fondation Copernic, Forces Militantes, FSU, La Gauche Cactus, LCR , Les Alternatifs, Les Marches européennes contre le chômage, MARS-Gauche Républicaine, Mémoire des luttes, MRAP, PCOF, Pour la République Sociale, Réseau Féministe « Ruptures », UFAL, Union syndicale Solidaires.

_____________________________________________________________________


2e document:


Déclaration du Mouvement républicain et citoyen, du Parti communiste français, du Parti des radicaux de gauche et du Parti socialiste :

7 priorités pour la présidence française de l'Union européenne         

                            Paris - 1er juillet 2008

 

      Les priorités de la présidence française de l’Union européenne sont fixées. Elles concernent principalement : l’immigration, l’Union pour la Méditerranée, l’environnement et la lutte contre le changement climatique, l’énergie, la politique de défense. En arrière plan, le gouvernement français prévoit également daborder la question de la réforme de la PAC, de l’Europe du futur, de la politique économique, de linfluence de l’Europe sur la scène internationale, du renouvellement des institutions européennes.

 

     Le référendum irlandais qui a vu la nette victoire du non ne traduit pas un rejet de l’Europe mais une exigence de réorientation des politiques en clarifiant les priorités de la construction européenne.


   C’est ce qu’entend proposer la gauche, à un moment où le gouvernement, en acceptant un compromis sur le temps de travail au niveau européen, fait sauter la durée légale pourtant fixée à 48h hebdomadaire. Ce choix fait au nom de la France par Nicolas Sarkozy est significatif de ce que va être cette présidence : transposer à l’échelle de l’Europe la politique aujourd’hui conduite en France. C’est le choix de ladaptation à la globalisation économique libérale.


Face aux conséquences de ces choix de Nicolas Sarkozy, les partis de gauche proposent d’autres priorités pour la présidence française de l’Union européenne, qui permettent de répondre à la fois aux attentes sociales, aux enjeux environnementaux, à la préservation de la paix, à la coopération et au développement avec lAfrique et la Méditerranée.


Cela implique la définition de 7 priorités. ( voir document ci-joint)



 

___________________________________________________________________________________________


3e document:

Pourquoi le PCF signe le texte avec le Ps, le MRC et le Mrg et pas le premier?
       Un communiqué des communistes unitaires membres du Conseil National du PCF

         


        Le PCF a signé un texte sur l’Europe et la présidence française dans le cadre du Comité de
liaison de la gauche, avec notamment le PS et le PRG, qui ont approuvé sur le fond le traité de
Lisbonne, après le projet de Traité constitutionnel européen.


        Dans le même temps, le PCF a refusé de signer un appel proposant un cadre commun de réflexion et de mobilisation, contre la méthode actuelle de construction européenne et pour une autre Europe. Parmi les
signataires de cet appel figurent des syndicats, des associations et des formations politiques
engagés clairement dans les batailles récentes, notamment contre le traité de Lisbonne.
Comment a-t-on pris de telles décisions, et en mesure-t-on les implications ?

       Ainsi, signer un texte avec le PS n’aliénerait en rien l’indépendance du PCF, tandis qu’en signer un autre avec
les forces critiques corsèterait les actions communistes !

     Cette double décision est inquiétante : au mieux, elle paraît incohérente avec les trois années précédentes ; au pire, elle annonce un parti communiste qui se met à la remorque du PS.


Trop incohérente ou trop cohérente ?

       Cela ne présage rien de bon pour les prochaines élections européennes, de l’issue du Congrès
de décembre et de l’avenir même du communisme politique. Il est plus que temps de redresser
la barre.

    Les communistes unitaires proposent à cet effet :

1. Que le PCF s’inscrive sans restriction dans tous les espaces critiques et constructifs (dont le
« collectif pour une autre Europe ») qui visent à faire face à l’Europe des libéraux et des
sociaux-libéraux.

2. Que, sans tarder, il appelle à ce que s’engage un processus de convergence électorale,
rassemblant en 2009 l’arc le plus large des forces critiques, et notamment celles qui se sont
mobilisées contre le traité de Lisbonne.


3. Qu’en septembre un premier bilan soit fait du travail engagé, pour élargir l’initiative et la
réflexion unitaires.

Rassemblés, et seulement si nous le sommes, nous pourrons contribuer à ce qu’émerge une autre Europe.

                                                                                                           Le 10 juillet 2008

                                                                

Partager cet article

Repost 0
Published by henri Moulinier - dans Pcf: quel avenir
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Henri MOULINIER
  • Henri MOULINIER
  • : Espace de débat pour contribuer à l'élargissement du Front de gauche, la victoire de la gauche pour une réelle alternative au néolibéralisme et au capitalisme
  • Contact

Profil

  • henri Moulinier
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Acteur du Front de gauche. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Acteur du Front de gauche. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.

Recherche

Pages

Catégories