Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2008 2 23 /09 /septembre /2008 06:32

Réforme des lycées: "Darcos recule, ça avance!": voir article récent"

                    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


Le texte complet de la conférence de presse de Xavier Darcos - 21/10/08

   ° Une première remarque. L'Histoire-Geo et les maths ne disparaissent, contrairement à l'annonce ( ci-dessous) du "Journal du Dimanche". C'était tellement gros!? N'était-ce pas une "fuite" savamment organisée ou diffusée par ce journal pour vendre du papier, ou encore pour permettre au Ministre de faire passer sa réforme, comme bien plus "sérieuse" que dit par le Journal?

° Cela dit rien sur les SES (Sciences Economiques et Sociales" qui ne sont pas dans le tronc commun des connaissances de base, à l'heure de la crise financière et du besoin citoyen de comprendre l'économie!!! Mais, n'était-ce pas un des objectifs de la réforme(**)

° Rien sur les emplois qui sont supprimés et le seront encore avec le projet de budget pour 2009


(**) Bon triste soir (écrit un Prof de SES sur la liste inter-ES, ce 21/10/08)

> Nous sommes un module semestriel de 3 heures, en concurrence avec
> tout ce qu'il y avait déjà, et, en plus :
> Litttérature française /  Arts et histoire des arts / Mathématiques /
> Informatique et société numérique.

> Autrement dit, aucun élève n'a intérêt à faire des SES (mathématiques
> et informatique et société numérique vont devenir des modules
> obligatoires pour toute orientation d'excellence…).

> Les élèves vont nous prendre… par plaisir (c'est dit exprès). J'ai de
> plus en plus l'impression que l'objectif fondamental de cette réforme
> est de supprimer les SES.
(...)

> Pascal Binet
> Professeur de Sciences Économiques et Sociales
> Lycée Ambroise Croizat
> 73 Moûtiers

 ++++++++++++++++++++++++++++++++

Articles précedant cette conférence de presse:


1- Exclusif: Le nouveau lycée Par Alexandre DUYCK – 5 10 08
Le Journal du Dimanche

En juin prochain, le lycée d'aujourd'hui aura vécu. "Poussé par l'Elysée", selon un observateur, le ministre de l'Education nationale Xavier Darcos confirmera prochainement la naissance d'une nouvelle classe de seconde dès septembre 2009 (première en 2010, terminale en 2011). Une annonce qui aurait dû être faite dans dix jours mais qui, selon nos informations, sera repoussée au moins d'une semaine, voire reportée à la rentrée des vacances de la Toussaint.

Une classe de seconde profondément remodelée. La piste de travail actuellement privilégiée par le "Monsieur Réforme du lycée" -le recteur d'Aix-Marseille, Jean-Paul de Gaudemar- consiste à bâtir un tronc commun pour tous les élèves dans lequel on trouverait lettres, maths, histoire-géo, deux langues vivantes et sport. A ce jour, la physique-chimie, l'éducation civique et les sciences naturelles ne font donc plus partie des enseignements obligatoires. Pas plus que l'économie, déjà exclue par une précédente réforme contestée. Ce tronc commun devrait représenter 60% des cours. Le reste sera divisé en deux types de modules, les "exploratoires" (25% du total) et ceux "d'accompagnement" (15%). L'année scolaire sera découpée en deux semestres au lieu de trois trimestres. A la fin du premier semestre, les élèves pourront changer de module, ce qui constitue une révolution: la fin du programme figé pour l'année entière.

La suppression du redoublement. Chaque année, 15% des lycéens de seconde redoublent. "L'idée est que les élèves en difficulté dans tel domaine se renforcent lors du second semestre par le jeu des modules, explique le cabinet de Xavier Darcos, et que le redoublement devienne anecdotique." Quitte à imposer aux lycéens de prendre tel module et pas tel autre, ce qui va à l'encontre de l'esprit initial de la réforme, résumée dans un premier temps comme "lycée à la carte" par le ministre. Une expression abandonnée depuis à la suite de critiques de Nicolas Sarkozy et d'élus UMP. "Je suis attaqué sur ma droite", aurait confié récemment Darcos.

L'histoire-géographie et les mathématiques disparaîtraient du tronc commun

Vingt-sept heures pour tous. Tel devrait être, de la seconde à la terminale, le nouveau volume horaire hebdomadaire de tous les lycéens des filières générales. Actuellement, les élèves ont entre vingt-huit et trente-cinq heures de cours. "On restera dans la moyenne européenne", se défend le ministère. Les syndicats jugent l'hypothèse "inadmissible" et craignent qu'un tel allégement des emplois du temps ne serve à justifier la politique de réduction du nombre d'enseignants. "La réforme se veut au service des élèves, elle n'est pas motivée par des questions budgétaires, réplique un proche de Xavier Darcos. Cela dit, si l'on peut en même temps réformer et réduire les coûts..."

La fin des filières, la fin des maths obligatoires. Les élèves de première et de terminale disposeront eux aussi d'un enseignement découpé en trois. La proportion actuellement retenue est de 45% (tronc commun), 45% (modules exploratoires), 10% (modules d'accompagnement). L'histoire-géographie et les mathématiques disparaîtraient du tronc commun mais pas la philo, qui pourra être débutée (en option) dès la première. Un élève pourrait donc ne plus faire de maths après la seconde! Quant aux filières scientifique (S), économique et sociale (ES) et littéraire (L), trop déséquilibrées (sur fréquentation en ES, pénurie en L) et injustes socialement (les enfants des familles les plus favorisées sont largement majoritaires en S, qui ouvre toutes les portes), elles tombent aux oubliettes. Quatre "dominantes" (humanité et arts, sciences, sciences de la société, technologie) les remplaceront plus souplement grâce au principe des modules (dont le droit, autre nouveauté) interchangeables en cours d'année. Reste le bac : "Je ne suis pas payé pour démonter la tour Eiffel" dit pour le moment Xavier Darcos...

            °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

2- Réforme du lycée: rien d'"arrêté", assure Darcos 7/10/08

PARIS (AFP) — Le ministre de l'Education Xavier Darcos a affirmé mardi sur i-télé que rien n'était encore "arrêté" sur la réforme du lycée, "niant" la "disparition supposée" des mathématiques et de l'histoire-géographie à ce niveau d'étude.

Le ministre répondait à plusieurs organisations de professeurs par discipline, à des syndicats enseignants et aux deux principales organisations lycéennes, qui se sont émus ces derniers jours, dans des communiqués, du fait que certaines disciplines pourraient disparaître d'un futur tronc commun des enseignements, à la suite d'informations de presse allant en ce sens.

"Rien de ce qui est publié n'est définitif et avéré. Je pourrais même aller plus loin: concernant par exemple la disparition supposée des mathématiques et de l'histoire, et autres inventions, je nie absolument que ceci soit arrêté", a déclaré Xavier Darcos.

Parlant de la réforme, le ministre a dit: "Nous ne voulons pas l'arrêter (maintenant, ndlr) car nous souhaitons que les lycéens soient associés le plus possible au processus" de concertation.(...)


La réforme du lycée, dont les grands axes doivent être présentés "entre le 15 octobre et la Toussaint", selon le ministère, a pour objectif de favoriser l'émergence d'un lycée plus souple et d'une plus grande autonomie des lycéens. La nouvelle seconde doit être mise en place à la rentrée 2009.

                                ++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

 

3- Le SNES a décidé de quitter les discussions
 sur le lycée avec de Gaudemar
9/10/08

Le SNES s'est engagé en juin dans des discussions sur la réforme des lycées, avec la volonté de promouvoir des changements dans l'intérêt des personnels et des élèves, dans un cadre ouvert.
La méthode employée par le chargé de mission ne permet pas l'exploration d'autres pistes de réflexion que celles qu'il propose.
L'absence de réponses aux questions centrales que nous posons rend la poursuite des discussions impossible.

L' US en ligne

la pétition SNES -SNEP à signer en ligne
"Pour une réforme du lycée répondant à l’intérêt des élèves et à l’amélioration du travail des personnels"

Si  le SNES quitte la discussion dans ce cadre imposé, il entend bien continuer à mobiliser et mettre en débat la profession, pour arracher les améliorations nécessaires, tant au collège qu’au lycée, faire enfin ouvrir le dossier de la revalorisation de nos métiers, pour tous.

Une étape importante a lieu le dimanche 19 octobre: manifestation nationale à Paris
                                soyons nombreux à y participer.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by henri Moulinier - dans Enseignement et service public
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Henri MOULINIER
  • Henri MOULINIER
  • : Espace de débat pour contribuer à l'élargissement du Front de gauche, la victoire de la gauche pour une réelle alternative au néolibéralisme et au capitalisme
  • Contact

Profil

  • henri Moulinier
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.

Recherche

Pages

Catégories