Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2008 7 16 /11 /novembre /2008 20:02

Je vous propose de prendre connaissance de la  réflexion de Rémy Jean, publiée ci-dessous, que j'ai reçu dans mon courrier internet. J'en partage la démarche. Et vous, qu'en pensez-vous? N'est-il pas temps, dans ce contexte de crise profonde du capitalisme, d'échec des politiques ultralibérales, mais aussi de crise politique à gauche, criante au Parti Socialiste?

Je pense que l'initiative de créer un "parti de gauche", clairement ancré à gauche, pourrait permettre un déclic à gauche:

- à condition que tous ceux qui appellent à la création d'une force de gauche, en rupture avec les politiques économiques libérales et productivistes,  puissent et sachent se regrouper, et pourquoi pas au sein de ce "parti de gauche"?

- à condition qu'il soit, oui, collectif, pluraliste et citoyen dans son processus de création et son fonctionnement. Je pense alors que les signataires de l'Appel à Gauche initié par Politis y auraient toute leur place

° Mais il y a aussi un autre projet, celui de "fédération". Projet différent? Contadictoire?

° Et des questions se font jour comme celles du député Asensi

=============================================================


Nouveau parti à gauche : pour une construction collective, pluraliste et citoyenne

 

Rémy Jean

 

 

Jean-Luc Mélenchon et Marc Dolez viennent de quitter le Parti Socialiste et appellent à la création d’un nouveau parti résolument à gauche. Ce geste politique arrive à point nommé dans un contexte où la crise qui vient de débuter démontre la pertinence des analyses de la gauche antilibérale et va immanquablement donner lieu à des confrontations politiques et sociales majeures où la question d’une alternative au libéralisme se posera à grande échelle.

 

Quelques jours après que la réunion nationale des signataires de l’appel Politis ait constaté « la nécessité d’une nouvelle force de gauche dans ce pays », ce geste politique en actualise la possibilité et nous invite à nous donner plus rapidement les moyens de la concrétiser.

 

Comment avancer ? Entre un PCF incapable de s’extraire de la vieille gangue stalinienne et un NPA au sectarisme maintenu, deux projets coexistent aujourd’hui dans la gauche antilibérale unitaire. Le projet de Parti de Gauche porté par les amis de Jean-Luc Mélenchon et de Marc Dolez, rejoints par MARS, Claude Debons et sans doute bientôt par le courant UNIR de la LCR. Et le projet de Fédération porté par les Alternatifs, les Communistes Unitaires, des courants de l’écologie radicale et la Coordination Nationale des Collectifs Unitaires. Il serait insensé que ces deux projets ne convergent pas rapidement pour constituer la nouvelle force de gauche que les signataires de l’appel Politis et des milliers d’autres citoyens engagés dans le mouvement social, syndical ou associatif appellent de leurs vœux.

 

On plaidera donc ici pour que s’initie, sans tarder et à tous les niveaux, entre ces deux projets un processus de convergence capable d’aboutir à la constitution effective de cette nouvelle force politique au début de l’année 2009.

 

Une nouvelle force politique, un nouveau parti de la transformation sociale et écologique, qui devrait être capable de mener le combat contre toutes les formes de domination en conjuguant efficacement contestation radicale du système, engagement dans les luttes, élaboration de projets et participation aux institutions. Dans une visée majoritaire et avec la volonté de développer toujours plus la démocratie et l’auto-organisation militante et citoyenne.

 

Un nouveau parti dont l’existence pourrait de surcroît, dès demain, contribuer de manière déterminante au rassemblement de toute la gauche antilibérale pour les élections européennes de juin prochain et à son succès.

 

C’est le défi que nous avons à relever tous ensemble.

 

 

16 novembre 2008

             ========================================================================


Une citation de Jean-luc mélanchon dans l'huma du 19/11/08


« Nous sommes un parti, renchérit Jean-Luc Mélenchon. Pas un réseau, pas un collectif, pas une association. Et nous voulons, comme le Parti communiste y avait appelé, constituer un front. On veut un dialogue politique construit et cohérent, ce n’est possible qu’entre forces politiques constituées. » Il a annoncé qu’il rencontrerait le NPA, le MRC et les Alternatifs.

Il est vrai qu'il y a 3 semaines PRS était encore une association...et ne pouvait pas mettre en place de dialogue politique construit et cohérent...
QUID des collectifs, de politis, de l'ACU...des mouvements...tout celà n'est sans doute pas de la politique...
vivement une "fédération", force politique d'un type nouveau... ( extrait d'un message de Laurent Airaud reçu sur mon courrier internet, le 20/11/08)


     =====================================================================================


Et le point de vue de Gilles Alfonsi,  Communiste unitaire ( 20/11/08)


Le Parti de la gauche est sur les rails, c'est-à-dire que JL Mélenchon ayant décidé de quitter le PS, il se dote d'un outil politique à sa main, sur un segment politique précis (en gros, la "gauche républicaine", base sur laquelle il est rejoint par Mars).
 
Je comprends tout à fait qu'il le fasse, pour exister politiquement, et de manière autonome.
Cependant, il ne le fait pas en co-construction. Il appelle à rejoindre son organisation, à la rallier, sur la base d'orientations qu'il définit. Il a fixé un premier meeting, une date de congrès... Je ne saurais lui "reprocher", mais c'est évidemment bien éloigné de la construction de la nouvelle force politique de transformation sociale et écologique, où devraient se retrouver tous les courants politiques (communistes, socialistes, autogestionnaires, libertaires, écologistes, féministres, républicaines de gauche...) de la gauche alternative (encore mieux : les courants et les citoyens).
 
Nous concevons l'initiative de fédération  comme un premier pas, une étape, en soulignant très nettement qu'elle n'a pas vocation à être gravée dans le marbre. Nous ne pouvons laisser passer les trains de la recomposition. Nos documents sont marqués par l'idée que nous gardons complètement notre objectif d'une seule force rassemblant tous les courants, et cela "dès que possible". Et pour aller dans ce sens le cadre de Politis est le plus large (même si je le rappelle malheureusement JL Mélenchon n'a pas signé l'appel).
 
Nos documents disent aussi que nous sommes partie prenante des Assises : il n'y a donc aucune hypothèque, au contraire. La question sera plutôt de savoir à quoi peuvent être utiles ces Assises, vu ce qui bouge dans l'espace de la gauche de gauche.
 
Bonne journée.
 
Gilles Alfonsi

              ============================================
Point de vue de Serge Golberg de Saintes (17)

Partager cet article

Repost 0
Published by henri Moulinier - dans Parti de Gauche
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Henri MOULINIER
  • Henri MOULINIER
  • : Espace de débat pour contribuer à l'élargissement du Front de gauche, la victoire de la gauche pour une réelle alternative au néolibéralisme et au capitalisme
  • Contact

Profil

  • henri Moulinier
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Acteur du Front de gauche. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Acteur du Front de gauche. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.

Recherche

Pages

Catégories