Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 13:23
J'ai choisi de contribuer au Front de gauche. Je le fais, en ce qui me concerne, en rejoignant le Parti de Gauche. Chacun peut faire son choix, un autre choix. Mais notre diversité n'est pas, ne doit pas être une cause d'éparpillement. L'union la plus large d'une gauche bien à gauche est vitale face à Sarkozy et à l' Europe du fric.



Trois priorités me semblent essentielles:


- le besoin de faire bouger la gauche, toute la gauche, face à une crise globale du capitalisme mondialisé, financiarisé. Alors que le Parti Socialiste ( à une très forte majorité), mais aussi les Verts et les Radicaux de Gauche, ont choisi de soutenir le Traité européen de Lisbonne qui signe des politiques ultralibérales pour l'Union Européenne et les Etats membres.

- l'urgence s'unir sur des bases réellement de gauche, pour ouvrir une alternative politique pour une autre Europe et pour une autre politique pour la France que celle, ultraréactionnaire, autoritaire et antisociale de N Sarkozy. Son Premier Sinistre, François Fillon, de ce point de vue, persiste et signe en affirmant, après le large mouvement du 29 Janvier, que " rien ne serait pire qu'un changement de cap"!!! La droite entend continuer à aggraver sa politique.

Fillon voyant même dans la "colère" qui s'est exprimée dans les cortèges "une forme de soutien exigeant aux initiatives que la France a prises pour engager la refonte des institutions financières internationales"!!! Pour un peu, nous aurions manifesté pour ... soutenir Sarkozy! De qui se moque-t-on???

- la perspective d'une démarche de rassemblement de toute la gauche de gauche, avec, dans l'immédiat, la proposition d'un Front de gauche pour les élections européennes de Juin 2009. PCF et PG sont d'accord. D'autres ne disent pas non, tels les Alternatifs; le M'pep dit oui.

  ( Ajout au 13/2/09: LO vient d'annoncer ses têtes de listes pour les européennes. la "secte politique" préfère continuer seule, pour diviser un peu plus le paysage politique à gauche et pour se compter - autour de 1 ou 2% - en attendant la ... révolution!!!??? Le NPA va -t-il faire pareil? IL faut continuer à discuter, discuter pour rassembler)

Reste que la position du Npa me laisse perplexe!


A l'issue de son Congrès, le Npa ne me semble pas respirer la volonté d'union. Le NPA sera "une force anticapitaliste incontournable demain", affirme Alain Krivine, un des "anciens" du nouveau parti. A gauche, "il y a le pôle PS d'un côté, le pôle NPA à l'opposé et au milieu, des groupes qui se cherchent un peu", "le NPA, c'est une vraie recherche à l'opposition à Nicolas Sarkozy", a-t-il dit à l'AFP. Krivine ne me semble donc pas avoir en vue de former un vrai "pôle" avec d'autres, avec ce qu'il appelle de manière un peu méprisante des "groupes qui se cherchent un peu".


Le NPA ne compte-t-il pas plutôt sur la popularité de son leader, Besancenot, pour se ... compter seul lors des élections européennes? Il a confirmé dimanche, lors de son Congrès, sa réticence à rejoindre le "front de gauche" proposé par le PCF et le Parti de Gauche de Jean-Luc Mélenchon. Selon lui, l'alliance serait ponctuelle, et le PCF rejoindrait le Parti socialiste "pour sauver ses élus" lors des régionales (2010).

Besancenot se dit favorable à un front électoral "durable". Mais alors, ne faudrait -il pas aussi parler des présidentielles et des législatives, pour que 'ça dure"!? N'est-ce pas un prétexte pour ne rien faire dès maintenant pour les élections européennes?


74% des délégués ont voté contre cette démarche de Front de gauche
pour les européennes

Cela a fait dire à Christian Piquet, qui défendait au sein du Npa la démarche de Front de Gauche pour leseuropéennes: "que le congrès fondateur se termine sur une fin de non-recevoir polie au front de gauche et l'élimination, au terme d'un coup de force, de certains de ses animateurs"

Le Npa a jusqu'ici défendu une unité à gauche "pour les luttes", Mais cette unité à gauche ne lui semble pas relever de la même nécessité pour les élections. Pourtant, les 2 me semblent nécessaires: les luttes sociales
ont besoin d'un débouché politique, sauf à continuer à supporter longtemps encore Sarzozy et sa politique réactionnaire.
                                Lire le texte des minoritaires du NPA, qui prônent la participation au Front de gauche

Pourtant l'unité dans le cadre d'un Front, ce n'est pas le fusion, ni la confusion, mais la volonté de faire front ensemble, pour enclencher une dynamique politique.

J'ose encore espérer que le Npa peut bouger en ce sens, sinon, il prendrait une lourde responsabilité, celle de casser toute démarche unitaire sur le champ électoral d'une gauche de gauche.


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
      
.
Point de vue

Pour un front de gauche aux élections européennes, nous persistons, par Alain
Faradji, Catherine Jouanneau et Christian Picquet (membres du Npa)
LE MONDE | 25.02.09 |

Issus d'histoires différentes, mais partisans d'un front de la gauche de gauche aux prochaines élections européennes, nous nous sommes retrouvés dans la "sensibilité unitaire" qui a obtenu le soutien d'un délégué sur six au congrèsfondateur du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA). Nous l'avons d'ailleurs payé de notre éviction brutale des instances dirigeantes de ce dernier. L'heure n'est pourtant pas, pour nous, au découragement ou à la déploration. Nous ne nous résignons pas à voir notre formation, à peine née, commettre un faux pas
irrémédiable.

En juin, à l'instant même où les citoyens de l'Union européenne se verront convoqués aux urnes, la crise du capitalisme aura déjà produit des centaines de milliers de nouveaux chômeurs, des fermetures d'entreprises et des délocalisations en série, des régressions sociales et des dégradations dramatiques des conditions d'existence du plus grand nombre.

Les profits faramineux de ces actionnaires dont l'avidité a placé la planète tout entière au bord d'une catastrophe, mais qui n'en continuent pas moins à s'enrichir cyniquement, ne seront jamais apparus si insolents. La construction libérale de l'Europe ne pourra plus dissimuler sa totale vacuité, nul ne s'aventurant plus à défendre l'idée que la "concurrence non faussée", l'autorégulation des marchés ou l'indépendance consentie aux banques centrales
puissent, d'une quelconque manière, conduire à une "mondialisation heureuse".

Ici même, face à un régime de plus en plus oligarchique dans sa pratique, la
colère aura encore grandi, pouvant à tout moment se transformer en une
explosion, dont la situation aux Antilles peut être un signe précurseur.

L'exaspération populaire, l'angoisse qui saisit la société, l'ampleur d'une
attente sociale, qui vient de faire descendre 2,5 millions de travailleurs dans
la rue le 29 janvier, demeurent toutefois orphelines d'une perspective
politique. Rarement, le besoin d'une réponse de gauche, plus précisément de
cette gauche qui n'a pas renoncé à contester la domination destructrice du
capital, se sera-t-il fait à ce point sentir.

Le Parti Socialiste est englué dans son soutien au traité de Lisbonne,

Ce Traité de Lisbonne qui grave dans le marbre des orientations dont la faillite n'est plus discutable, le Parti socialiste, englué dans son soutien à ce Traité,  se montre durablement incapable de porter une alternative à la hauteur du moment historique présent.

C'est la raison pour laquelle il importe tant de renouer le fil brisé du rassemblement de la gauche du "non", qui avait conduit au succès que l'on sait la campagne de 2005 contre le traité constitutionnel européen.

Au printemps, c'est notre conviction, une nouvelle offre radicale doit voir le jour, porteuse d'une ambition majoritaire au sein de la gauche, commençant de ce fait à changer la donne politique, se faisant l'écho des recompositions qui
s'amorce sur notre continent.

D'un même mouvement, des millions d'hommes et de
femmes doivent pouvoir émettre un vrai vote de gauche.

° Sanctionner la sainte-alliance du pouvoir sarkozyste et d'un patronat de combat.
°  Prolonger politiquement les mouvements sociaux.
° Défendre les mesures d'urgenceanticapitalistes qui s'imposent pour protéger le monde du travail des retombées
de la tourmente financière.
° Dessiner les contours d'une autre Europe, au service de peuples qui récupéreraient enfin leur souveraineté, plaçant la satisfaction des besoins sociaux au coeur des politiques publiques, se réappropriant le système bancaire et le crédit, redistribuant audacieusement les richesses au moyen d'une harmonisation sociale et fiscale, stoppant les privatisations pour réhabiliter les services publics, instaurant une planification écologique afin
de lutter contre la dévastation menaçante de notre cadre de vie, défendant une démarche de paix par la rupture avec le bellicisme de l'Otan.

Aucune des composantes de la gauche de gauche ne peut, isolément, porter ce
programme avec la crédibilité suffisante
.

Le risque est même que leur concurrence absurde n'aboutisse à les priver toutes d'une représentation au
Parlement de Strasbourg.
Voilà pourquoi nous ne renonçons pas à faire prévaloir la raison sur les calculs à courte vue.

Nous ne pouvons nous satisfaire des faux prétextes ou des arguments de
circonstance qui conduisent immanquablement à briser l'unité, donc à détruire
tout espoir à gauche.

 
S'il faut, bien sûr, un front durable de la gauche de combat, dans les luttes comme dans les élections, autant ne pas louper la première marche et commencer à le bâtir à l'occasion du rendez-vous d'importance
qui se présente.
Le NPA doit faire le pari dynamique que les approches
divergentes de la question des alliances gouvernementales à conclure dans le
futur se clarifieront à la chaleur des expériences réalisées en commun.

Rien n'est encore joué. A l'heure où vont s'ouvrir les discussions sur la mise
en place d'un front de gauche, il importe que se fasse entendre partout la voix
de celles et ceux, engagés dans des partis ou simples citoyens, acteurs sociaux
ou militants de terrain, qui ne veulent pas que soit une nouvelle fois sacrifiée
la possibilité qu'une autre gauche émerge enfin dans ce pays. Nous serons à
leurs côtés...


--------------------------------------------------------------------------------
Alain Faradji, Catherine Jouanneau et Christian Picquet sont membres du NPA.

   °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


    Je vous invite au débat citoyen sur ces questions, particulièrement sur cette perspective de Front de gauche, en "ajoutant un commentaire" au bas de cet article

  Eléments de réflexion:

               - Jean Luc Mélanchon: " Front de gauche contre eurolibéralisme" 
                       
               - Site national du Parti de Gauche: http://www.lepartidegauche.fr
                 
               -  Projet de texte d'orientation pour le 1er Congrès national du PG

        

             -  Appel pour une autre Europe: créer une dynamique unitaire


           -  Un Front de gauche obtiendrait 14,5% des voix aux européennes


             -  Rien ne peut empêcher l'union aux prochaines élections européennes ( R Martelli)

                                                                                                                           -
             -  Traité de Lisbonne: décryptage     
 
             -  Institutions politiques de l'Union européenne: décryptage


             -  Question à Martine Aubry: pourquoi cachez-vous
 votre  position  sur le Traité de Lisbonne?

  
             -
 Sondage Ifop: 53% des français voteraient NON
au Traité de Lisbonne!  

            -  Parti de Gauche: projet de note sur les européennes


              -
Peut-on changer la construction européenne?
                                                                                                                                                   

         


Partager cet article

Repost 0
Published by henri Moulinier - dans Parti de Gauche
commenter cet article

commentaires

Henri Moulinier 08/03/2009 18:32

La majorité des dirigeants du NPA a décidé de faire cavalier seul. De diviser la gauche de gauche, au lieu de rejoidre le Front de gaucheMais d'autres membres du NPA prennent leurs responsabilités, comme Christian Piquet, présent au Meeting du Front de gauche à Paris ce dimanche 8 mars. J'apprécie et je salue leur courage politique. J'espère que d'autres vont faire pareil: les Alternatifs, les écologistes de gauche, le MRC, et que les militants de la nouvelle Fédération pourrons y être associés aussi

Henri Moulinier 23/02/2009 09:37

Merci pour votre commentaire amicalJ'espère que le NPA va prendre le chemin de l'union dans la diversité des organisations et des citoyen(ne)s. Il pose des conditions préalables qui sont à discuter, mais il ne faut pas que ces conditions deviennent autant de raisons de refuser de contribuer à ce Front pour les élections européennesPersonnellement, je souhaite de toutes mes forces contribuer à l'élargissement et au succès de ce Front de gauche, pour combattre cette Europe ultralibérale sur le plan économique ( corsetée par les Traités européens et que reprend le Traité de Lisbonne, mais aussi pour marquer fortement notre opposition à la politique de N Sarkozy. Mon engagement actuel et récent au PG ne vaut pas négation de ma libre réflexion sur ce blog. Je crois, en effet, qu'il faut aujourd'hui savoir "marier" démarche solidaire, en politique, comme dans tous les domaines et singularité, individualité ( à ne pas confondre avec égoîsme, chacun pour soi, esprit de concurrence)Car la richesse naît de la diversité et la solidarité permet de dépasser l'éparpillementJe voudrais inviter mes lecteurs à aller voir votre blog ( , en cliquant sur votre nom au bas de votre message ou en retrouvant l'adresse dans mes "liens préférés"Amitiés

guignabert 22/02/2009 22:02

Bonsoir,j'avais visité votre site il y a pratiquement un an de cela je l'avais noté dans mon marque page, pour le coté militant je m'étais dis: "chapeau", dans cet article vous vous posez des questions sur le NPA, je ne sais non plus qu'en penser. C'est un parti politique qui cherche à acquérir de la notoriété avec toujours le même leader(ça me gène au niveau égo).Je suis apolitique(dans le sens ou mon courant m'appartient), car comme en philosophie on remet toujours les bases en cause; car sur quoi se base-t-on? J'apprécie franchement votre manière de ne rien prendre comme institutionnel, vive le débat participatif avec tout ce qu'il comporte comme complication.Dans un monde globalisant l'identité se perd. Je n'ai pas eu le temps de tout lire, mais aprioris vos propos son sain(pour moi), je reviendrais , plus riche de participation, pour l'instant: "félicitation"En tout respect et avec complicité, merci pour votre engagement.

Etiam Rides 03/02/2009 15:21

Espérons que le NPA entende ces arguments...

Présentation

  • : Henri MOULINIER
  • Henri MOULINIER
  • : Espace de débat pour contribuer à l'élargissement du Front de gauche, la victoire de la gauche pour une réelle alternative au néolibéralisme et au capitalisme
  • Contact

Profil

  • henri Moulinier
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.

Recherche

Pages

Catégories