Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 septembre 2009 2 15 /09 /septembre /2009 20:58

Voici de larges extraits d'une analyse de Jacques Sapir sur les mécanismes et les causes profondes de la crise qui n'est pas terminée. Il conclue cet article en disant que "le répit que nous connaissons actuellement ne peut être que passager. Nous sommes bien entrés dans une crise de longue durée".

Voir aussi d'autres  articles sur ce blog

     °  "Non, la crise globale, systémique n'est pas finie !"

    °   Et maintenant, les subprimes de la mort: la spéculation n'a pas de limite !

    °   Le partage des profits en 3 tiers: une catastrophe

    °  Les racines sociales de la crise financière

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

La crise: un an... et toutes ses dents

Extraits
Jacques Sapir - Economiste | Mardi 15 Septembre 2009 In "Marianne"

15 septembre 2008: la chute de Lehman Brothers. La crise poussait son premier cri. Aujourd'hui, Jacques Sapir, économiste à l'EHESS, ne nie pas l'accalmie, mais il dénonce ses conséquences: nous croyons être en sécurité, et nous prenons des risques.(...)

Alors que l’on commémore le premier anniversaire de la faillite de Lehman Brothers, il convient de prendre un certain recul. Les économistes médiatiques, que l’on ne citera pas par charité, se sont discrédités par les diverses palinodies que nous avons pu entendre depuis 2007 (1). Souvenons-nous de cet économiste, fréquemment invité à la télévision (sur France 2) et qui se permet de conseiller les socialistes français, qui déclarait à l’été 2007 que la crise était purement celle du marché hypothécaire américain et qu’elle était de toute manière sous contrôle… Il sévit encore là où toute personne honnête serait allée cacher sa honte au plus profond d’une forêt. (...)


Aujourd’hui, la crise commencée au début de 2007 connaît donc une accalmie.

À voir comment les banques ont reconstitué leurs profits, et les banquiers leur appétit illimité, on pourrait même croire qu’elle est terminée. Il n’en est rien, et la stabilisation actuelle risque d’être provisoire. Les problèmes posés par cette crise n’ont en rien été résolus par les mesures prises depuis un an.

Il est particulièrement regrettable, mais pas spécialement surprenant, que le sentiment de relative sécurité dans lequel nous sommes depuis le mois de mai nous ait conduit à renoncer aux mesures les plus importantes et les plus radicales. Les gouvernements ont, par impéritie ou par dessein, laissé s’échapper le moment de la crise qui aurait aussi pu être celui des réformes.(...)

Une crise triple

Cette crise en réalité conjuguait trois types de temporalités, dont l’enchevêtrement a tendu par ailleurs à en obscurcir les leçons (3).

° Dans le temps court, nous avons eu la crise de liquidité internationale déclenchée par la faillite de Lehman Brothers.
Cette dernière a amplement démontré que, dans le court terme, le risque de système était très supérieur à l’aléa moral (4). Cette crise a pris les acteurs de marché et les autorités par surprise ; elle était pourtant parfaitement prévisible. Ce risque de système, qui est bien connu de tous ceux qui étudient les crises financières, a donc dominé les représentations. Son ajournement a conduit à un sentiment de soulagement, et le soulagement a induit le relâchement. Mais, ce n’est pas parce que l’on a ajourné cette crise de système que son risque a disparu. Les marchés ne sont pas devenus « efficients », comme on le prétend (5), pour autant (6), ni l’arbitrage un moyen d’aboutir à l’équilibre (7).

La dégradation de la situation du secteur bancaire fut continue depuis le début de l’été 2007. Elle traduisait la substitution du crédit à une politique des revenus aux Etats-Unis et chez leurs clones, Royaume-Uni, Espagne, Irlande et Islande.

° Cette crise assumait ainsi dans le moyen terme une seconde nature qui dépassait de loin le simple problème du marché hypothécaire américain et des « subprimes » (8). En fait, si 54% de ces hypothèques à risque étaient titrisées en 2001, le pourcentage était passé à 75% en 2006. Globalement, avec l’explosion du marché des CDO et CLO, c’était bien le marché des produits dérivés qui était en cause. L’explosion de ce dernier, passé de 1500 milliards de dollars en 2002 à 45 500 milliards en 2007 révélait l’ampleur du problème (9).

Ce que la situation créée par la faillite de Lehman Brothers à mis au jour n’était autre que le processus de titrisation (10) qui a massivement généralisé ce risque et créé, sous l’apparence d’une situation de « partage du risque », toutes les conditions pour une contamination généralisée du système bancaire et financier (11). Ce problème montre que même si une régulation plus stricte est certainement nécessaire, elle ne saurait être suffisante. L’innovation financière aura toujours un moment d’avance sur la réglementation ; sauf, bien entendu, si cette dernière inclut des prohibitions comme cela avait été le cas avec le Glass-Steagall Act de 1933 qui fut démantelé en 1999 (12). (...)

° Mais, il y a un troisième moment dans cette crise, qui correspond cette fois à la longue durée. C’est bien l’inversion du rapport de force entre le capital et le travail, qui s’est produit dans les années 1980, qui a porté en lui cette crise.


                  Graphique 1

      Part des profits dans l’économie américaine depuis les années 1980

La crise: un an... et toutes ses dents (1/3)
      Source : Bureau of Economic Analysis et EHESS


Quand les profits mangent progressivement la totalité des gains de productivité, on ne peut plus maintenir la demande solvable, sans laquelle, rappelons-le, le capital accumulé ne peut se valoriser que par un engagement toujours plus important du crédit. C’est bien ce phénomène qui a engendré l’explosion du crédit que nous avons connu ces dernières années et qui a servi de détonateur à cette crise.


                  Graphique 2

      Endettement des ménages américains en % du PIB

La crise: un an... et toutes ses dents (1/3)
     Source : Bureau of Economic Analysis et CEMI-EHESS

Il y a ici plusieurs causes à cette situation.

° 
Tout d’abord, pour affaiblir, voire briser le compromis salarial qui dominait dans les années 1950 et 1960, on a eu recours au découplage entre le marché sur lequel une société réalise ces profits et celui sur lequel elle recrute ses travailleurs. Ceci a pris diverses formes et porté divers noms. De la « contrainte extérieure » à la « mondialisation » nous avons eu une tendance permanente à mettre les travailleurs en concurrence pour que le moins disant et le mieux offrant puissent s’imposer (13).
 
° Il y a eu ensuite le basculement progressif dans la « valeur actionnariale », traduction du « shareholder value ».     Ce basculement, qui s’est réalisé à la fois du côté des entreprises privées et du côté des entreprises publiques que l’on a privatisées, s’est traduit par une mainmise de la finance sur les activités industrielles. Elle s’est accompagnée d’une demande pour des revenus toujours croissants, qui a exercé à son tour une pression sur les salaires des producteurs. Il y a dans ce système une certaine beauté en ceci que la rente financière est le plus souvent payée en salaires elle aussi. Elle ne saurait apparaître ainsi dans les statistiques, mais elle explique l’emballement des rémunérations du secteur de la finance et du petit groupe social qui y est associé.

° Il y a eu enfin les politiques fiscales, qui se sont contractées et qui ont déplacé l’essentiel du fardeau des entreprises vers les ménages. La concurrence fiscale, ici encore, a joué un rôle extrêmement important. Notons cependant que cette concurrence ne peut jouer que parce que nos économies se sont ouvertes. Ces politiques fiscales ont ainsi progressivement, et de manière différenciée suivant les pays, abouti au démantèlement des systèmes de protection publique qui avaient été mis en place dans les années 1950 et 1960 et à la paupérisation progressive des classes moyennes (14). Elles ont servi de prétexte au développement des fonds de pension qui a donné un nouvel élan à la financiarisation, avant de se révéler un piège pour ceux qui y avaient investi, comme on l’a vu au Etats-Unis, en Grande-Bretagne et en Irlande dans le feu de la crise actuelle.

Ces politiques se sont traduites par un accroissement important des inégalités, nous ramenant pour le cas des Etats-Unis à la situation d’avant 1929.


                Graphique 3

     Évolutions des inégalités aux Etats-Unis

La crise: un an... et toutes ses dents (1/3)
    Source : T. Piketty and E. Saez, Income Inequality in the United States, Quarterly Journal of Economics, February 2003. Données mises à jour par les auteurs sur la base des statistiques de l’IRS.


Mais, elle existe aussi en France où le 1% le plus riche accumulait en 2005 plus de 6,7% des revenus (15), tandis que l’écart de ce centile avec la médiane (le niveau de salaire partageant l’échantillon des salaires en deux parties égales) ne cesse d’augmenter depuis les années 1980 (16).

C’est bien dans le partage des richesses qu’il faut chercher la cause profonde de cette crise.

Tant que l’on n'y aura pas porté remède, il ne saurait y avoir que des replâtrages. De ce point de vue, la question des inégalités n’est pas, pour l’essentiel, une affaire de morale et d’éthique, encore que l’on voit bien comment ces inégalités attaquent le tissu de nos sociétés. Il s’agit d’un facteur qui est éminemment économique. Tant que l’on n’aura pas une distribution plus juste des revenus, on ne saurait avoir les conditions stabilisées de valorisation du capital.(..)



               Graphique 4

     Le tournant des années 1980 en France

La crise: un an... et toutes ses dents (1/3)
     Source : INSEE

La combinaison de ces différents facteurs s’est elle aussi fait sentir en France, en particulier lors du premier septennat de François Mitterrand, où la combinaison de la politique de Jacques Delors et de celle de Pierre Béregovoy produisit un mouvement similaire sur la valeur ajoutée. Cette politique a été, en dépit de l’appartenance au Parti Socialiste de ses auteurs, l’équivalent pour la France de la politique de Ronald Reagan aux Etats-Unis ou de Margaret Thatcher en Grande-Bretagne.

La crise actuelle a donc des causes profondes, qui plongent leurs racines dans les années 1980. Elle repose aussi sur la conjonction de ces trois temporalités. C’est bien pourquoi le répit que nous connaissons actuellement ne peut être que passager. Nous sommes bien entrés dans une crise de longue durée.

La crise: un an... et toutes ses dents: la suite

Notes

(1) F. Lordon, Les Disqualifiés, Miméo
(2) Voir J. Sapir:
- Global finance in Crisis: a provisional account of the subprime crisis and how we got into it, Real-world economics review, issue n° 46, 18 May 2008,
- Quelle ampleur et quelle durée pour la crise actuelle, Revue du Mauss Permanente, 19 mai 2008,
- Sept jours qui ébranlèrent la finance, in Actualités de la recherche en Histoire Visuelle, 22 septembre 2008,
- Trop peu, trop tard? Les aventures du plan Paulson, in Actualités de la recherche en Histoire Visuelle, 10 octobre 2008,
Le monde qui vient, in Actualités de la recherche en Histoire Visuelle, 25 octobre 2008,
- 2009: Récession ou Dépression?, in Actualités de la recherche en Histoire Visuelle, 6 janvier 2009
(3) J. Sapir, Une décade prodigieuse. La crise financière entre temps court et temps long, Revue de la régulation, n°3, 2ème  semestre 2008, Varia, mis en ligne le 30 septembre 2008.
(4) C.P. Kindleberger, Manias, Panics and Crashes – A History of Financial Crises, revised edition, Basic Books publishers, New York, NY, 1992.
(5) E. Fama, Efficient Capital Market: a Review of Theory and Empirical Work in Journal of Finance, Vol. 25, n°2/1970, pp. 383-417.
E. Fama and K. French, Permanent and temporary component of stock prices, Journal of Political Economy, vol. 96, n°2/ 1988, pp. 246-273.
(6) S.J. Grossman et J.E. Stiglitz, Information and Competitive Systems in American Economic Review, vol. 66, n°2/1976, Papers and Proceedings, pp. 246-253,
On the Impossibility of Informationally Efficient Markets in American Economic Review, vol. 70, n°3/1980, pp. 393-408.
(7) S.Salop, On the Non-Existence of Competitive Equilibrium, Federal Reserve Board, St. Louis, 1976
S.Salop et J.Stiglitz, Bargains and Ripoffs: A Model of Monopolistically Competitive Price Dispersion, in Review of Economic Studies, Vol.44, 1977, pp.493-510.
(8)  US Congress, JEC, The Subprime lending crisis – The economic impact on Wealth, Property Values and Tax Revenues,
How We Got There, Report and Recommendations by the Majority Staff of the Joint Economic Committee, US-GPO, October 2007, p. 3.
(9) J.P. Morgan Credit Derivatives and Quantitative Research, Credit Derivative : A Primer, J.P. Morgan, New York, janvier 2007.
(10) A. B. Ashcraft and T. Schuermann, Understanding the Securitization of Subprime Mortgage Credit, FIC Working Paper n° 07-43, Wharton Financial Institutions Center, Philadelphia, Pa., 2007.
J.P. Morgan Corporate Quantitative Research, Credit Derivatives Handbook, J.P. Morgan, New York, December 2006, p. 6.
(11) M. Gallegati, B. Greenwald, M.G. Richiardi and J.E. Stiglitz, The Asymmetric effect of Diffusion Processes: Risk Sharing ad Contagion, Global Economy Journal, Vol. 8, n° 3, 2008, article 2.
(12) Federal Trade Commission: the Gramm-Leach-Bliley Act
(13) J. Bivens, Globalization, American Wages, and Inequality Economic Policy Institute Working Paper, Washington DC, 6 septembre 2007.
P. Artus, Quels risques pèsent sur les salaries européens?, Flash-Economie n°2006-153, April 11th, 2006, IXIS, Paris.
P. Atrus, Pourquoi l’ouverture aux échanges semble être défavorables dans certains cas?, Flash-Economie n°2004-53, February 17th, 2004, CDC-IXIS, Paris.
(14)  R. Bigot, Hauts revenus, bas revenus et «classes moyennes». Une approche de l’évolution des conditions de vie en France depuis 25 ans, Intervention au colloque «Classes Moyennes et Politiques Publiques» organisé par le Centre d’Analyse Stratégique, Paris, 10 décembre 2007.
(15)  C. Landais, Les hauts revenus en France (1998-2005). Une explosion des inégalités?, Document de travail de l’ecole d’économie de Paris, 2007, Paris.
(16)  INSEE, enquête à partir des DADS (Déclarations Annuelles de Données Sociales).

Partager cet article

Repost 0
Published by henri Moulinier - dans Crise économique mondiale
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Henri MOULINIER
  • Henri MOULINIER
  • : Espace de débat pour contribuer à l'élargissement du Front de gauche, la victoire de la gauche pour une réelle alternative au néolibéralisme et au capitalisme
  • Contact

Profil

  • henri Moulinier
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.

Recherche

Pages

Catégories