Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 avril 2010 4 29 /04 /avril /2010 12:22
Volcan islandais, tsunami grec, séisme portugais... :
à qui le tour ?


Après l’Islande et la Grèce, le Portugal et l’Espagne viennent de voir leur note abaissée par les agences de notation financière, ce qui leur annonce des lendemains difficiles. À lire la plupart des commentateurs, les « marchés » qui spéculent contre ces pays semblent avoir la puissance d’une force de la nature. Rien ne pourrait s’opposer à l’action des traders et des fonds spéculatifs, comme s’il s’agissait de catastrophes naturelles ou de divinités courroucées. Il n’y aurait d’autre issue que d’essayer d’apaiser leurs craintes en sabrant dépenses publiques, budgets sociaux et salaires.

 

 Des purges draconiennes sont annoncées pour « rétablir la confiance des marchés » sous l’égide du FMI.

La France elle-même met en scène une réforme des retraites, dans l’espoir sans doute vain d’éviter le sort grec. Malgré les mesures d’austérité annoncées, la spéculation ne fait que s’intensifier. Mais comme c’est habituel avec le FMI, la purge annoncée va aggraver encore plus le mal – le chômage, la précarité, les inégalités. En s’enfonçant dans une spirale dépressive, sans pouvoir dévaluer leur monnaie nationale puisqu’ils n’en ont plus, les pays du Sud de l’Europe vont entraîner le reste du continent. Ils risquent d’être contraints de quitter la zone euro et de recréer des monnaies nationales, dévaluées par rapport à l’euro. Ils devront alors dénoncer leur dette publique, car ils ne pourront plus l’honorer. Les dominos tomberont les uns après les autres, et la France ne sera pas la dernière touchée.

Le risque d’effondrement de l’euro et donc de l’Union européenne dans les années (voire les mois) à venir devient réel

 C’est ainsi que les spéculateurs s’enrichissent pendant les crises. Mais il n’y a là aucune fatalité naturelle, juste le prix du renoncement des États face au pouvoir de la finance. Ce renoncement n’est pas inéluctable, il est indécent de laisser les fonds spéculatifs et les banques manipuler les marchés de produits dérivés (les fameux CDS) pour créer la panique.

 

 Il faut cesser de recourir aux marchés financiers fauteurs de crise pour financer les déficits publics : aujourd’hui les banques et les fonds spéculatifs prêtent aux États à des taux usuraires des sommes empruntées à bon marché (1% pour les banques qui se refinancent auprès de la Banque centrale européenne) ! Il faut faire converger les politiques économiques par le haut et non par le bas : au moins autant que le manque de compétitivité de la Grèce ou de l’Espagne, c’est le dumping social et salarial de l’Allemagne qui est à la racine des déséquilibres européens. Une fiscalité européenne sur le capital permettrait de créer enfin un vrai budget européen et de renforcer les solidarités.

A court terme deux séries de mesures sont urgentes pour faire rentrer la lave de la spéculation dans son cratère et éviter la catastrophe économique, sociale et politique qui s’annonce :
- Désarmer les marchés financiers :
Il faut interdire l’achat de ces titres d’assurance aux spéculateurs qui ne détiennent pas d’obligations du pays concernés (« CDS nus »), et instaurer une taxation des transactions financières pour briser les mouvements spéculatifs de court terme.
- Court-circuiter les marchés : la BCE doit acquérir (directement ou via les banques commerciales) les obligations d’État émises par les pays de la zone euro, ce qui réduira drastiquement la charge des intérêts de la dette.
Avec les syndicats et les mouvements sociaux de toute l’Europe, il est temps d’imposer une construction européenne qui préserve les intérêts des peuples, pas ceux de la finance. A l’opposé des réactions de repli nationaliste, Attac France sera au côté de ceux et celles qui défileront dans les rues des villes européennes le 1er mai et exprimera sa solidarité avec la grève générale grecque le 5 mai.

Attac France,
Montreuil, le 29 avril 2010
http://www.france.attac.org/spip.php?article11214

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°° 

Mais que fait la Banque Centrale Européenne?

 

Nous devons agir pour que lL'Union Européenne  change  son fonctionnement ultralibéral  et remette en cause l'indépendance de la BCE et l'interdiction qui lui est faite  de ne pouvoir prêtrer de l'argent aux Etats, mais seulement aux banques!!! Et qui a pour seul but de combattre l'inflation! 

Voici les textes officiels, que le Traité de Lisbonne a consacré!

  

    Article 123 de la version consolidée du Traité sur le Fonctionnement de l'Union Européenne (T.F.U.E.), issue du Traité de Lisbonne:

"1. Il est interdit à la Banque centrale européenne et aux banques centrales des États membres, ci- après dénommées «banques centrales nationales», d'accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions, organes ou organismes de l'Union, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres; l'acquisition directe, auprès d'eux, par la Banque centrale européenne ou les banques centrales nationales, des instruments de leur dette est également interdite. »    

Formulation du Traité de Lisbonne (Article 245 bis – page 39), repris par la même version consolidée du T.F.U.E.:

    « L’objectif principal du Système européen de banques centrales est de maintenir la stabilité des prix. La BCE a la personnalité juridique. Elle est seule habilitée à autoriser l’émission de l’euro. Elle est indépendante dans l’exercice de ses pouvoirs et dans la gestion de ses finances. Les institutions, organes et organismes de l’Union ainsi que les gouvernements des Etats membres respectent cette indépendance » *

 

Les Traités de l'Union Européenne, et son dernier avatar ultra-libéral confirmé, le Traité de Lisbonne, interdisent à la Banque Centrale Européenne d'aider un Etat en difficulté ( comme la Grèce, l'Espagne, le ortugal, ...). Mais cette BCE a aidé massivement les banques commerciales lors de la crise financière, avec des taux d'intérêt à 1%. Résultat: la Grèce doit emprunter en grande partie au FMI dominé par les Etats-Unis ... d'Amérique et sur les "marchés financiers" ( auprès des spéculateurs boursiers) à des taux dépassant les ... 10%!!! Ce qui ne fera qu'aggraver la crise de la Grèce. De même que les plans d'austérité imposés au peuple grec, qui laisse de marbre les banquiers, les propriètaires de flottes de bâteaux et autres milliardaires!

  

 

       Voir, en cliquant ici,  mon diaporama sur cette Union Européenne ultra-libérale,

 

Partager cet article

Repost 0
Published by henri Moulinier - dans Union européenne: son avenir
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Henri MOULINIER
  • Henri MOULINIER
  • : Espace de débat pour contribuer à l'élargissement du Front de gauche, la victoire de la gauche pour une réelle alternative au néolibéralisme et au capitalisme
  • Contact

Profil

  • henri Moulinier
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.

Recherche

Pages

Catégories