Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 19:39

Le mea culpa télévisé de DSK jugé choquant par les féministes

Le mea culpa télévisé de Dominique Strauss-Kahn n'a pas convaincu lundi les féministes, qui doutent de la sincérité de l'ex-directeur du FMI sur ses rapports avec les femmes et dénoncent un traitement de faveur médiatique.

partagez
Photographe : Thomas Samson :: Manifestation de féministes devant le siège de TF1, le 18 septembre 2011 à Boulogne-Billancourt photo : Thomas Samson, AFP

"Mais quel scandale, quelle indécence! Le harcèlement, les viols, les violences sexuelles subis par les femmes quotidiennement ont-ils si peu d'importance qu'un homme soupçonné de tels agissements se voie offrir une tribune pareille pour minimiser la gravité de son comportement envers les femmes?", s'indigne La Barbe dans un communiqué, invoquant "un rouleau compresseur médiatique en marche pour réhabiliter les grands hommes", selon le groupe d'action féministe.

Pour l'avocate féministe Gisèle Halimi, l'interview, menée par Claire Chazal, était un "entretien de connivence où les liens d'amitié entre la journaliste (...) et DSK sont apparus gros comme des câbles".

"Il s'est mis dans la peau du comédien qui devait être pugnace et incisif", a-t-elle commenté.

Avis partagé par Nelly Martin, de la Marche mondiale des femmes, qui fustige le "côté méprisant et froid" de l'ancien patron du FMI, pas "crédible même quand il a voulu jouer le pauvre homme".

"Ce qui est choquant, c'est le fait qu'il n'a aucun regret, aucun regret envers Nafissatou Diallo, envers les femmes qu'il poursuit de ses envies mâles et autoritaires", et le fait que la "faute morale" confessée "l'embêtait surtout car il n'a pas pu se présenter" à l'élection présidentielle, a-t-elle déclaré à l'AFP.

Les féministes regrettent par ailleurs que DSK n'ait pas levé "les zones d'ombre" sur ce qui s'est réellement passé dans la suite 2806 du Sofitel de New York le 14 mai, ou en France, en 2003, avec Tristane Banon.

"J'ai trouvé que c'était lamentable", a dit à l'AFP Olivia Cattan, présidente de l'association Paroles de femmes, étonnée de ces "relations sexuelles entre deux personnes qui ne ne connaissaient pas, en quelques minutes, non tarifiées" et présentées comme "consentantes".

Accusé d'agression sexuelle aux Etats-Unis avant que la justice n'abandonne les poursuites pénales fin août, celui que les sondages donnaient comme le favori socialiste pour 2012 est toujours sous le coup d'une plainte au civil aux Etats-Unis et, en France, d'une plainte pour "tentative de viol" déposée en juillet par la romancière Tristane Banon.

Dimanche, DSK a reconnu une "faute morale" à New York, mais a martelé qu'il n'y avait eu "ni violence, ni contrainte, ni agression, ni aucun acte délictueux" contre Mme Diallo, s'interrogeant sur l'éventuelle motivation financière de la plaignante.

Concernant Mme Banon, il a démenti tout "acte d'agression", évoquant la "version imaginaire" de la jeune femme, qui devait s'exprimer lundi soir sur Canal+.

Pour Mme Martin, "la seule façon de pouvoir s'expliquer, ce n'est pas de venir devant TF1, (...) mais d'aller en justice. Une enquête est en cours, et lui peut tranquillement devant des millions de téléspectateurs donner sa version à lui".

Après la prestation de DSK sur TF1, Choisir la cause des femmes, présidée par Me Halimi, exige que les plaignantes ou leurs représentants puissent jouir d'un droit de réponse au JT de Claire Chazal dans les mêmes conditions.

"Ce qui est grave, c'est que chaque fois que la dignité des femmes est en cause comme cela, on tente de faire passer les femmes qui sont de pures victimes pour des affabulatrices", estime Me Halimi.

La Barbe s'interroge: "Que faut-il alors si l'affaire DSK n'y a pas suffi, pour qu'enfin on reconnaisse la domination masculine et ses ravages?"

 Marie-George Buffet, députée communiste (Front de gauche) déclare que "cette intervention ne méritait pas 25 minutes au J.T. de 20 heures. Le New York Times a titré sur un scenarion bien monté. C'est cette réalité qui me paraît choquante. On nous a dit qu'on allait connaître les faits et il n'en ai rien. Il n'y a aucune justification avancée par DSK. Il parle de "faute morale". Je ne sais pas ce que ça veut dire. S'il y a agression sexuelle, la justice doit passer. Il n'u a pas d'"excusez-moi". Les seules excuses à faire sont celles qui devraient $etre faites aux femmes concernées, Nafissatou Diallo et Tristane Banon. Je ne comprens pas cette espèce de faux mea culpa. Il n'y a pas eu un mot de regret par rapport à elles. De plus l'équité de parale n'est pas respectée. Quant est-ce que TF1 donnera la parole aux présumées victimes ? (...)". Au nom de quel pouvoir, cet homme a un droit de parole au JT de 20 heures quand elles n'ont droit à rien ? (...)".

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Je partage ces indignations au nom de l'égalité hommes-femmes, d'une humanité réunie et progressiste, en homme attaché à ces valeurs.

   H Moulinier

Partager cet article

Repost 0
Published by henri Moulinier - dans Egalité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Henri MOULINIER
  • Henri MOULINIER
  • : Espace de débat pour contribuer à l'élargissement du Front de gauche, la victoire de la gauche pour une réelle alternative au néolibéralisme et au capitalisme
  • Contact

Profil

  • henri Moulinier
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Acteur du Front de gauche. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Acteur du Front de gauche. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.

Recherche

Pages

Catégories