Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juillet 2012 7 29 /07 /juillet /2012 07:35

 

8000 suppressions d’emplois chez Peugeot, la volonté de liquider le site d’Aulnay, c’est la première grande épreuve sociale du nouveau pouvoir socialiste. Arnaud Montebourg s’est beaucoup dépensé pour faire face à ce plan anti-social du clan Peugeot et de ses alliés. Il occupe le terrain politique et médiatique au nom du gouvernement, discute, rencontre syndicats et PDG de Peugeot.

Quelle réponse à l’urgence sociale ?

Le plan d’A. Montebourg et du gouvernement vise à soutenir la filière automobile. Il comporte un système de bonus-malus pour stimuler l’achat de véhicules propres, écologiques (véhicules électriques et hybrides). Il propose que la commande publique (Etat , …) se réoriente vers ce type de véhicules, dégage des financements pour les PME sous-traitantes et la recherche-développement.

Mais ce plan, intéressant sur le plan économique, ne répond pas à l’urgence sociale et à l’ampleur du défi du redressement. D’abord parce que ce plan ne peut avoir d’effet immédiat. Il s’inscrit dans le moyen et le long terme. Et actuellement les voitures électriques et hybrides ne représentent d’UN % du marché automobile national. Mais il ne stoppe pas l’hémorragie d’emplois immédiate. Les 8000 emplois supprimés, la liquidation du site Peugeot à Aulnay (3000 emplois) vont-ils passer par pertes et profits dans la stratégie du groupe Peugeot ?

Clan Peugeot : sacrifier ses salariés pour leur faire payer sa stratégie ?

Un expert a été nommé par le gouvernement. Il doit rendre un rapport. Mais cela ne fait pas le compte sur le plan politique. Le gouvernement ne peut se tenir à l’écart du débat qui oppose la direction Peugeot et les salariés, et appelant seulement aux négociations entre les deux                 « partenaires ». Ce « dialogue social » cher à F. Hollande met la puissance publique hors champ des solutions politiques possibles. Ainsi, comme le propose le Front de Gauche, par la voix de M.G. Buffet député communiste de Seine-Saint-Denis, il faut donner aux salariés les outils législatifs « pour empêcher les plans de licenciements boursiers comme celui auquel procède PSA aujourd’hui. PSA a reçu des aides publiques. Pa seulement en 2008 mais tout au long de la période 2008-2012, avec le chômage technique, à travers les heures supplémentaires, à travers la recherche, etc. PSA a fait son année record de ventes en 2011. Il y a un an, l’entreprise était au sommet. Donc, il y a de l’argent ! » (L’Humanité du 26-7-2012)

Or la fermeture d’Aulnay était prévue par la direction Peugeot en …2011 !

La CGT de Peugeot avait, en son temps, révélé le contenu d’un document interne de la direction Peugeot prévoyant la fermeture du site d’Aulnay, plan écrit en plein cœur de cette année 2011, année des records de ventes !!! Les actionnaires en ont profité. Des dividendes leur ont été versés en 2011. Donc, les chiffres de ventes en baisse en cette année 2012 servent d’alibi pour faire passer le plan de liquidation de 8000 emplois en France, 10 % des effectifs de Peugeot dans notre pays, excusez du peu ! C’est pourtant ce que fait un journal aussi sérieux que Le Monde du 26 juillet 2012, en page 11, en publiant des chiffres qui ne concernent que les années 2012 et 2011, montrant la « forte baisse » des résultats de Peugeot en 2012. Le Monde doit à la vérité la source de ses statistiques publiés et il le fait en petit au bas à droite des résultats : « Source : PSA ». En clair, Le Monde se contente de reprendre à son compte journalistique les chiffres alibis de la direction de … Peugeot Société Anonyme !!! Article signé « PH.E et D.G. », … courageusement !

L’Humanité, ce journal infâme, suppôt du Front de gauche, publie lui d’autres chiffres, qui sont l’expression d’une série plus longue et qui mettent en évidence la stratégie de la Famille Peugeot et de ses associés. Des chiffres donnés par « idé », que tous les journaux reçoivent, y compris Le Monde ! Nous apprenons ainsi que la production automobile de PSA en France a baissé de près de 20 points depuis 2003, alors que ceux de la production hors France augmentait dans le même temps de … 20 points ! Plus précisément :

Production automobile PSA

*En France : 61,6 % en 2003 – 40,8 % au Ier trimestre 2012

*Hors de France : 38,4 % en 2003 – 59,2 % au Ier trimestre 2012

Dans ce contexte de déclin programmé, le site d’Aulnay est condamné au déclin depuis des années : 299 600 véhicules produits en 2006 – seulement 135 800 en 2011, soit une chute de plus de 50 % ! Globalement, les effectifs de Peugeot ont baissé en France surtout, un peu moins en Europe, et ont augmenté dans « le reste du monde ». Ainsi Peugeot emploie 3 500 salariés sur son site de Slovaquie, pour y produire la Citroën C3 et la nouvelle Peugeot 208 ! Il vient de mettre en place une troisième équipe de production avec l’objectif de produire 300 000 voitures en 2013, ce que produisait le site d’Aulnay en France en 2006 !!!

Pour quelle stratégie ?

Il faut appeler un chat un chat ! Ces chiffres montrent une stratégie qui ne date pas de 2011, mais de bien plus longtemps, celle de la délocalisation par Peugeot de ses productions, vers l’étranger. Alors que l’Allemagne continue à monter ses véhicules sur son territoire, tout en ayant délocalisée la sous-traitance vers les pays de l’Est voisins. Ainsi l’Allemane continue à exporter des véhicules, qui plus est haut de gamme, donc chers. Ce qui n’en fait pas pour autant un modèle !

Ainsi Peugeot abandonne notre territoire français pour aller produire ailleurs, afin de répondre aux exigences des actionnaires.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by henri Moulinier - dans Et maintenant - avec Hollande
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Henri MOULINIER
  • Henri MOULINIER
  • : Espace de débat pour contribuer à l'élargissement du Front de gauche, la victoire de la gauche pour une réelle alternative au néolibéralisme et au capitalisme
  • Contact

Profil

  • henri Moulinier
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.

Recherche

Pages

Catégories