Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2013 6 02 /11 /novembre /2013 09:33

 

 

L’ambassadeur de France à Cuba, Jean Mendelson, en poste depuis novembre 2010 avait accordé un entretien à « L’Amateur de cigare » dans son numéro juillet/août 2012, « Spécial Cuba ». Son entretien est intitulé « Le promeneur du dimanche ». Il se trouve que nous en avons pris, hélas, connaissance avec retard, alerté par un aficionado. Nous en publions l’essentiel, après les accords nécessaires. Malgré les mois qui ont passé, cet entretien garde tout son sens et sa valeur.

 

L’Ambassadeur de France à Cuba depuis novembre 2010, Jean Mendelson « fréquente » les havanes depuis longtemps. Sa passion remonte à 1968 à l’occasion de son premier voyage à Cuba. Aujourd’hui, « je fume, quand je peux, un cigare par jour- jamais au bureau bien sûr ». Ses préférés ? « le Fundadores de Trinidad et le Churchill de Romeo y Julieta. Quand je n’ai que peu de temps, je choisis un Sport Largos de Romeo ou un Demi-Tasse d’El Rey del Mundo”.

Dans l’entretien qu’il a accordé à Camille Sifer pour « L’Amateur de cigare »dont le directeur de publication est Jean-Yves Martinez, Jean Mendelson répond bien évidemment à diverses questions sur Cuba, personnelles et professionnelles. Ce diplomate de haut rang fournit des réponses claires et directes. 

 

L'Amateur de Cigare : Vous êtes heureux ici, Monsieur l'Ambassadeur ?

 

Jean Mendelson : Très ! Je l'étais déjà quand j'étais directeur des Archives aux Affaires étrangères mais, puisqu'il fallait partir, je désirais que ce soit à Cuba.

 

L'ADC : Ce n'est pourtant pas une ambassade stratégique.

 

J. M.: L'intérêt d'un poste ne se mesure pas seulement à cela. Il y a aujourd'hui cinq cents Français à Cuba, ce n'est certes pas beaucoup, mais les relations commerciales avec la France sont nombreuses. En matière de tourisme notamment : Paris est le principal hub aérien pour Cuba, le plus important en nombre d'avions. Il y a aussi un flux constant d'échanges cultu­rels entre Paris et La Havane et les réceptions à l'am­bassade se multiplient !

 

(…) L'ADC : Connaissiez-vous Cuba avant votre arrivée ? -

 J. M.: Je connais Cuba depuis 1968. J'y étais allé cette année-là pour participer à la plantation du café à Artemisa. C'était un Cuba romantique et j'avais vingt ans...

 

L'ADC : Un Cuba romantique ? - J. M.: Oui, c'était l'époque où, de Sartre à Vargas Llosa, tout le monde (ou presque...) s'enthousiasmait pour la révolution cubaine. Et moi aussi.

 

L'ADC : Et quarante-cinq ans après ?

 

J. M.: C'est comme quand on retrouve une fille dont on a été amoureux : ce n'est pas tout à fait la même et pas tout à fait une autre... Mais j'étais déjà retourné plusieurs fois à Cuba, en mission pour le Quai d'Orsay. La dernière fois, c'était en 1991, au tout début de la « Période spéciale ». L'Union soviétique s'effondrait et le pays était en pleine déroute économique.

 

L'ADC : Quels changements notez-vous aujourd'hui ? [« aujourd’hui » : l’été 2012]

 

J. M.: Le plus évident concerne la consommation, notablement plus facile et abondante aujourd'hui qu'alors, même si cela reste une préoccupation constante pour la population. On voit moins de tension dans les rues qu'à l'époque de la Période spéciale où les gens peinaient à se nourrir. Je trouve aussi que les Cubains parlent plus libre­ment. Ce n'était pas le cas en 91, ni en 68. Ils râlent ouvertement dans les taxis collec­tifs, dans les bus...

 

L'ADC : Vous nous dites que la liberté d'expression est respectée à Cuba ?

 

J. M.: Ce n'est pas précisément ce que je dis : je parle plus exactement de la liberté de rouspéter sans crainte. À Cuba, cette question est principalement celle de l'expression collective : le système du parti unique fait que toute manifestation collective est organisée, contrôlée. Mais pourquoi faudrait-il s'in­terdire de constater que le pays a connu une évolution considérable par rapport aux périodes que je viens d'évoquer, par exemple dans les domaines de la liberté de conscience, de la religion ou de la création culturelle ou artistique ? Nombre de créateurs ne ménagent pas leurs critiques envers le régime et ils ne sont pas empêchés de travailler. L'art cubain d'aujourd'hui n'a plus grand-chose à voir avec l'art militant de jadis.

 

L'ADC : Comment percevez-vous ces changements ?

 

J. M.: C'est une discipline quotidienne d'ouvrir grands ses yeux et ses oreilles, d'essayer de ne pas se laisser abuser par ce qu'on voit et ce qu'on entend dans la bulle diplomatique.

 

Par exemple, le dimanche, j'assiste souvent à une messe, en changeant de paroisse, car c'est une occasion de parler à d'autres Cubains que ceux que je fréquente à l'ambassade, à des gens qui ne sont ni des officiels ni des membres du parti. Puis je saute dans un bus un peu au hasard, parfois jusqu'au terminus, et je rentre à pied — il m'arrive de marcher pendant plusieurs heures. Je m'arrête dans un café, je regarde les enfants jouer, j'écoute et je regarde ce qui m'entoure. Cela ne me garantit pas évidemment contre le risque d'une erreur d'analyse, mais j'espère que cela diminue un peu ce risque.

 

L'ADC: Quel est votre plan d'action en tant qu'ambassadeur ?

 

J. M.: J'ai été chargé, dès mon arrivée, de reprendre la coopération entre la France et Cuba, suspendue depuis 2003, et mon premier acte a été la signature d'un accord en ce sens. À partir de là, il faut faire vivre les échanges franco-cubains dans tous les domaines : politiques, économiques, culturels, et surtout humains. C'est ainsi qu'a été formalisée, voici quelques semaines, l'existence de l'Alliance française, qui subsistait sans avoir de statut officiel. On raconte une anecdote à ce sujet, sans doute embellie mais pas invraisemblable...

 

C'était en 1959, lors de la première séance de recibo diplomático du gouvernement révolutionnaire. Le gouvernement et les diplo­mates étrangers sont réunis dans la salle du protocole.

 

« Où est l'ambassadeur de France ? demande en français un des nouveaux dirigeants en uniforme. Savez-vous combien votre langue m'a manqué, et combien Baudelaire m'a aidé à tenir pendant ces trois ans de guérilla ? Je me présente, comandante Guevara. »

 

Mon prédécesseur lui aurait alors appris que l'Alliance française venait d'être fermée. « Quelle bêtise ! Manana se abre [Demain elle ouvre] », aurait répondu le Che. Et, en effet, l'ordre fut exécuté le lendemain. Aujourd'hui, plus de cinquante ans plus tard, l'exis­tence de l'Alliance française est donc enfin formalisée ! C'est d'ail­leurs la seule institution de cette nature qui existe à Cuba.

 

(…) L'ADC: Un souvenir lié à un cigare pour conclure ? - J. M.: En 1983, pour fêter le centenaire de l'Alliance française, Fidel Castro avait fait fabriquer des Cohiba Lanceros spéciaux. J'accompagnais un ministre à cette occasion et j'ai eu droit à une belle boîte. Les cigares étaient fameux, je les ai tous fumés, sauf un que j'ai emporté au Chili où j'étais premier secrétaire. Le pays était alors sous la dictature de Pinochet qui imposait encore, parfois, un couvre-feu. Si nous invitions des amis à dîner, la fête durait nécessairement toute la nuit. Un soir, un de nos invités en manque de cigarettes a fumé cet ultime cigare. Quand je m'en suis rendu compte, j'étais furieux. Le coupable était un médecin chilien qui, quelques années plus tard, à l'occasion d'un congrès médical à Cuba, a été reçu par Fidel Castro. Il lui a raconté cette histoire. Et, peu après, j'ai reçu une deuxième boîte de Lanceros...

 

L'ADC : Vous les avez fumés ?- J. M.: Je les ai fumés sans remords, car le charme était rompu : il n'y avait plus la bague faisant mention de l'anniversaire de l'Alliance française... (mp)

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Le monde a voté massivement contre blocus à Cuba i

mardi 29 octobre 2013
par  Posté par RG

L’Assemblée Générale des Nations Unies a rejeté aujourd’hui, pour la vingt deuxième occasion consécutive, le blocus de Washington à Cuba.

Avec 188 voix pour, deux contre (États-Unis et Israël) et trois abstentions, a été approuvé la résolution présentée par l’île : « Nécessité de lever le blocus économique, commercial et financier imposé par les États-Unis contre Cuba ".

M. Bruno Rodriguez Parrilla, Ministre des affaires étrangères de Cuba. Il a rappelé les objectifs du blocus imposé à Cuba, exprimé en 1960 par l’ancien Secrétaire d’État adjoint, M. Lester Dewitt Mallory selon lequel, il fallait « le désenchantement et la désaffection basés sur l’insatisfaction et les difficultés économiques…il faut mettre en pratique au plus vite tous les moyens possibles pour affaiblir la vie économique de Cuba….en refusant à Cuba de l’argent et des livraisons afin de réduire les salaires nominaux et réels, de provoquer la faim, le désespoir et le renversement du Gouvernement

 

Cuba : LE MONDE CONDAMNE UNE INJUSTICE

 

Nations Unies – La communauté internationale a ratifié ce mardi lors de l’Assemblée Générale de l’ONU l’isolement des Etats-Unis dans son application du blocus économique, commercial et financier contre Cuba.

Ce forum, qui réunit les 193 pays membres des Nations Unies a approuvé une nouvelle résolution sur la nécessité de mettre fin au siège de Washington, un document soutenu par 188 pays, avec le vote contre des Etats-Unis et d’Israël et l’abstention de la Micronésie, de Palau et des Iles Marshall.

Avant le vote du projet de résolution, la Communauté des Etats Latino-américains et Caribéens (CELAC) et les pays du Marché Commun du Sud (MERCOSUR) ont dénoncé le fait que le blocus ne respecte pas les principes de la Charte des Nations Unies et du Droit International.

PL informe qu’au nom de la CELAC, le Chili a appelé les pays membres à ajuster ses actions nationales et internationales aux droits, aux obligations et aux principes consacrés dans ce document.

Le Venezuela, qui parlait au nom des nations membres du MERCOSUR, a considéré que le blocus viole aussi le principe d’égalité entre les Etats et la non-ingérence dans les sujets internes.

A son tour, Delano Bart, représentant permanent de San Cristobal et Nieves devant les Nations Unies, a considéré au nom de la Communauté des Caraïbes (CARICOM) que le coût social, économique et humanitaire du siège étasunien est devenu de plus en plus important.

Le représentant permanent assistant de Chine devant l’ONU, Wang Min, a exhorté les Etats-Unis à mettre fin aussi vite que possible au blocus et a dénoncé le fait que cette mesure affecte aussi les interactions économiques, commerciales et financières normales entre Cuba et d’autres pays, parce qu’il sape les intérêts et la souveraineté de pays tiers, rapporte Xinhua.

Le vice-représentant permanent de Russie devant les Nations Unies, Dimitri Maximichev, a déclaré que cette politique de Washington est une réminiscence de la Guerre Froide.

Pour sa part, le représentant algérien, Mourad Benmehidi, a rappelé que son pays a toujours condamné l’imposition de lois extra-territoriales et d’autres formes de coercition économique et commerciale.

Le blocus de Cuba ne sert aucun but juste, c’est une anomalie anachronique injustifiée, a déclaré à son tour le représentant de l’Organisation pour la Coopération Islamique, Roble Olhaye et il a souligné que cette sanction unilatérale des Etats-Unis contribue à empêcher les aspirations de développement du peuple cubain.

Mohammed Adeeb, membre du Parlement indien et de la délégation de son pays devant l’ONU a exigé l’arrêt immédiat de cette politique hostile qu’il considère comme une mesure extra-territoriale et contraire à l’opinion mondiale. Il a précisé qu’elle affecte cuba du point de vue économique et lui refuse l’accès à des technologies nécessaires pour le développement.

 

Cuba dément les justifications des Etats-Unis.

Le chancelier cubain, Bruno Rodriguez , a exercé le droit de réponse après la conclusion de l’explication du vote des pays et a réfuté les critères présentés par Ronald Godard, conseiller principal de la zone pour les Sujets de l’Hémisphère Occidental des Etats-Unis, qui a attribué la posture de son pays à l’intérêt supposé de « soutenir les Cubains dans leurs aspirations ».

Monsieur Godard ment quand il dit que les Etats-Unis promeuvent les droits de l’homme sur l’île parce que le blocus est une violation massive, flagrante et systématique de ces droits et un acte qu’on qualifie de génocide, a affirmé Rodriguez Parrilla cité par PL.

Il a rejeté, de plus, des arguments brandis par Godard sur une soi-disant assistance humanitaire et un accès à internet. A ce sujet, il a dénoncé le fait que les éléments présentés devant l’Assemblée Générale se réfèrent en réalité à des ressources destinées par Washington à la déstabilisation, à la subversion et à la politique de changement de régime à Cuba. Rodriguez Parrilla a appelé instamment les Etats-Unis à laisser tomber le double critère et le mensonge.

(source « Granma » 30 octobre 2013)   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by henri Moulinier - dans Cuba et l'Amérique Latine
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Henri MOULINIER
  • Henri MOULINIER
  • : Espace de débat pour contribuer à l'élargissement du Front de gauche, la victoire de la gauche pour une réelle alternative au néolibéralisme et au capitalisme
  • Contact

Profil

  • henri Moulinier
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.

Recherche

Pages

Catégories