Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 05:09

L'affaire de l'implantation de 2 nouvelles cuves ( ou "bacs") de la Société SISP à La Pallice,  a poussé ses vagues jusqu'au Conseil Municipal de La Rochelle.

 

Le Maire en personne est monté au créneau

C'est lui qui a présenté le dossier d'implantation de cuves pour stocker de l'engrais liquide nitraté  par la Société SISP, lors du Conseil Municipal de La Rochelle du 11 octobre, et non son adjoint "spécial" pour le quartier, M. Gautronneau ( qui est aussi délégué à l'urbanisme du secteur, ayant à ce titre signé un permis de construire accordé de "manière tacite" à la société Picoty, a dit le Maire) ou Patrick Larible.

Il a  reconnu que le dossier Picoty était "mal parti",  qu'il y avait eu "une petite erreur" ( ... de son adjoint ?

Il y a donc deux dossiers qui se télescopent sur le quartier,  autour du Port de Commerce:

 le projet Picoty de nouvelles cuves de pétrole  (agrocarburant?)

- et celui de la Société SISP de cuves d'engrais liquide nitraté.

 

Une promesse de réunion publique avec les habitants

"Je vais faire une réunion publique" a-t-il déclaré. "Si danger il y a, il ne sera pas question de donner un avis favorable à la Préfecture qui consulte la Mairie sur cette réalisation de cuves d'enfrais nitratés de la Société SISP. Nul doute que le débat portera aussi sur les cuves de carburant de la société Picoty.

Donc acte, volonté de "transparence". Le Maire  veut "affronter" l'opinion des gens du quartier et de mettre sur la table tous les aspects du dossier, de "vouloir éclairer l'opinion et non conforter leurs peurs". Le réunion est prévue lundi 18 octobre à 18h 30 à la Salle des Fêtes de La Pallice.

 

Les membres de l'Association Respire n'en demandaient pas plus pour les cuves de Picoty. Les écouter, dialoguer, mettre  les cartes sur la table, voir étudier des solutions alternatives. Ces citoyen-ne-s sont en colère devant l'opacité de la démarche de la Mairie jusqu'à maintenant. Le Maire l'a bien compris.

 

 A ce propos, la Mairie ne doit pas jouer le "Comité de quartier", qui s'est ... effacé sur ce sujet, contre l'Association Respire qui a eu le grand mérite de secouer le cocotier et de permettre l'expression citoyenne des habitants. La démocratie participative, c'est aussi cela! Pas seulement une information, a posteriori et filtrée, des habitants. C'est la confrontation démocratique, respectueuse des uns et des autres, le respect de l'expression citoyenne, comme le devoir des élus de mettre cartes sur tables, avant d'assumer leur pouvoir de décision.

 

Les enjeux du projet SISP: sécurité, santé et agriculture non productiviste

Ce sont des cuves qui permettront de stocker des "engrais liquides nitratés" a précisé le Maire.

Pour quoi faire a questionné Patrick Larible, élu Vert, lors d'une intervention posée et de belle facture. Pour continuer à encourager une agriculture "intensive", bourrée de nitrates, qui pollue les nappes phréatiques ?

Va -t-on continuer à soutenir cette Politique Agricole Commune d'une Europe  qui encourage la mono-culturecéréalière, à l'heure où il est question de cultures de proximité, moins boufeuse de transport polluants et d'énergie -voir article en cliquant ici ( des hariccts du Tchad vendus en France, par transport aérien, alors que les paysans locaux crèvent de faim, par mise en cause de leur cultures vivrières)?

Et quid de la santé des hommes et des femmes, dit Charles  Kloboukoff, Conseiller municipal et chef d'une entreprise (Léa Vital) qui agit dans le domaine environnemental? Quid des questions de santé, du principe de précaution, des cancers des paysans qui "nitratent", "pesticident" leurs pauvres terres? Quid, a-t-il dit, de ces enquêtes qui montrent les effets nocifs de ces produits chimiques sur la fertilité des hommes consommateurs?

Esther Mémain, pour les élus communistes, est sortie, un peu timidement, du rang pour affirmer qu'il lui "semblait nécessaire de pousser la concertation avec les habitants". 

En définitive, 16 élu-e-s ont voté contre, dont les élus verts et communistes, et d'autres aussi. La droite elle a fini par timidement prendre la parole - Mme Morvant- pour apprécier les interrogatiions de Patrick Larible, mais finir par défendre la "croissance" du Port de La Pallice en tonnage et extensions physiques et courageusement ... voter pour, le reste de l'UMP s'abstenant. Le Modem, qui a découvert  le dossier lors du Conseil,  a aussi été sensible aux arguments de Patrick Larible, s'est fait une idée lors de ce Conseil et a lui aussi voté contre.

L'adjoint en titre aux questions de l'environnement, Alain Bucherie, ex-Vert, s'est contenté d'écouter, mais a aussi voté contre!

 Un vrai débat citoyen, respectueux des uns et des autres doit avoir lieu. Le Maire vient de s'y engager. Et il concerne tous les citoyen-nes de cette ville, aux côtés de ceux de La Pallice-Laleu.

Je pense que nous devons soutenir l'Association Respire, la rejoindre,  puisqu'elle s'ouvre à des rochelais d'autres quartiers

22 septembre 2010 06h00 22 septembre 2010 06h00

Respire 001 Respire 001

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Sud-Ouest

 

13 octobre 2010 06h00 | Par Frédéric Zabalza

1 commentaire(s)

La majorité se dissout dans l'engrais liquide

L'extension et la création de cuves pour stocker un engrais liquide à la Pallice a provoqué un débat très animé, lundi soir, sur fond d'affaire Picoty.

 La société SISP, à la Pallice, a déjà lancé des travaux préparatoires pour la création des nouvelles cuves. Photo pascal Couillaud

La société SISP, à la Pallice, a déjà lancé des travaux préparatoires pour la création des nouvelles cuves. Photo pascal Couillaud

 

Les socialistes et les radicaux de gauche d'un côté, rejoints par Dominique Morvant (UMP). De l'autre, les écologistes, y compris l'ex-Vert Alain Bucherie, les communistes, le Modem et l'élu de la majorité sans étiquette Charles Kloboukoff. Au milieu, dans le camp des absentionnistes, l'UMP et une élue du PRG, Sylvie Olympe Moreau (1).

Jamais, lors des deux derniers mandats, le conseil municipal de La Rochelle n'a paru aussi divisé que lundi soir. Le conseil municipal était appelé à voter pour, ou contre, l'extension et la création de cuves d'engrais liquide à la Pallice, sur un terrain situé à l'angle de la rue Marcel-Deflandre et de l'avenue de la Repentie, par la société SISP-STEL, filiale du groupe Sica Atlantique, à qui le permis de construire a déjà été délivré.

Pour l'affaire Picoty, « Nous avons été moyens »

Des cuves à la Pallice ? Tiens donc. Difficile de ne pas rapprocher cette requête de celle de Picoty, dont le projet d'extension de son dépôt pétrolier a provoqué la colère d'une partie des habitants du quartier, soutenus par l'association Respire (« Sud Ouest » du 6 octobre).

 Maxime Bono a donc profité de l'occasion pour mettre les choses au clair. « Vous avez pu remarquer un certain émoi à la Pallice, suite à des implantations industrielles sur le port. Il faut admettre que nous avons été moyens », avouait le député-maire, appelant son équipe à faire preuve d'une transparence totale sur le dossier, et appuyant sur la part de responsabilité de l'État, « que nous cesserons de considérer comme un adversaire ou comme un partenaire. » Maxime Bono annonça donc qu'il irait s'expliquer en personne dans le quartier, lundi prochain (*).

 

Et l'engrais liquide alors ?

« Ce ne sont pas les boues rouges de Kolontar ! », clamait-il, se fiant à une étude plutôt rassurante. Patrick Larible n'est pas du même avis. Pour preuve, il a préféré laisser la présentation du dossier, dont il était chargé, à Maxime Bono.

« Au-delà de l'étude d'impact et de danger, j'aimerais qu'on distingue le fond et la forme », prévenait l'élu écologiste, plus que réticent à l'idée de voir « augmenter les flux d'engrais de 150 000 à 250 000 tonnes par an, et le transport par camion passer de 40 à 130 camions par jour à certaines périodes ».           « C'est, quelque part, pérenniser la monoculture céréalière, conduite par la PAC [politique agricole commune], avec toutes les conséquences néfastes pour le département que nous savons : une agriculture moins utilisatrice de main-d'œuvre, qui génère donc moins d'emplois et une baisse de qualité des produits. Sans parler du transport.

  Pour toutes ces raisons, les élus estiment que ce projet ne va pas dans le sens d'une reconversion écologique », estimait Patrick Larible, annonçant l'opposition de son groupe à cette délibération. Bien que compréhensif, Maxime Bono perdait patience : « Ce n'est pas en changeant deux bacs qu'on va changer la PAC ! ».

 

Esther Mémain (PCF) rappela le mécontentement des habitants dans l'affaire Picoty. « Il semble nécessaire de pousser la concertation avec les habitants. Nous pensons qu'il est un peu prématuré de voter ce soir », déclarait-elle, partageant avec Patrick Larible ses doutes sur le développement du Grand Port maritime.

« Un souci de cohérence »
 

Charles Kloboukoff, sans étiquette mais à forte sensibilité écologiste (il est président fondateur du groupe Léa Nature), voyait d'abord « un souci de cohérence avec l'image de La Rochelle ». Il s'inquiétait aussi des risques pour la santé des habitants, appelant au principe de précaution. « Alors, on va aussi démonter toutes les antennes relais des téléphones mobiles, interdire le déchargement des bois contre la déforestation… Tout ce qui contribue à la survie d'une économie mais qui ne correspond pas au développement dont on rêve », s'emportait Maxime Bono.

 

Bruno Léal (Modem), « sans opinion » au départ, se disait convaincu par les propos de Patrick Larible. « Quels sont les dangers sur la santé publique ? », interrogeait-il, exprimant une extrême réserve sur le dossier.

 Dominique Morvant (UMP), reconnaissait aussi être « très sensible » aux arguments de l'élu Vert. « Cela dit, on est en train de jouer un gros challenge avec le port de La Rochelle, qui participe au développement économique de l'agglomération et de la région », soulignait l'élue de l'opposition, qui se tient cependant « à l'écoute des habitants ».

 

(1) Résultat : 26 pour, 16 contre, 6 abstentions.

(2) Lundi 18 octobre, à 18h30, à la salle des fêtes de la Pallice.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by henri Moulinier - dans Respire à Laleu-La Pallice
commenter cet article

commentaires

henri Moulinier 14/10/2010 21:17



Alain Bucherie


J'ai pris note de ton vote contre la délibération que je salue, comme tous les autres votes contre d'élu-e-s de La Rochelle et il y a eu un vrai débat politique dans le Conseil Municipal,
...enfin!


L'adjoint restant coi, c'était dans mon esprit l'Adjoint de quartier Laleu-La Pallice, par ailleurs délégué à l'urbanisme du secteur, Gilles Gautronneau. Il est vrai que tu ne t'e pas exprimé,
mais ton vote a été clair


Amitiés



bucherie 14/10/2010 17:46



Cher Henri,


je suis adjoint à l'éducation àl'environnement, aux espaces verts et naturels, à l'eau potable et aux énergies renouvelables ;


je n'ai plus la délégation aux risques (c'est P. Larible qui l'a depuis 2008) voila pourquoi, je suis resté coi, mais je partage bien sûr les déclarations de mes copains écolos, que j'aurai pu
faire (si le groupe Ecolo du conseil ne m'avait pas enlevé la présidence) et j'ai bien voté contre ce projet d'extension ;


pour ma part je suis partisan d'un moratoire sur tous les projets du port tant qu'on aura pas une vision claire et globale des aménagements ;


amicalement


alain



Présentation

  • : Henri MOULINIER
  • Henri MOULINIER
  • : Espace de débat pour contribuer à l'élargissement du Front de gauche, la victoire de la gauche pour une réelle alternative au néolibéralisme et au capitalisme
  • Contact

Profil

  • henri Moulinier
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.

Recherche

Pages

Catégories