Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 08:41

Le Bar Populaire est une institution à La Pallice, qui accueille des assoiffés de toute l'agglomération et bien plus que des assoiffés.

On s'y sent bien dans ce café-restaurant et c'est une vieille et belle histoire comme l'écrit Isabelle Pouey-Sanchou dans Sud-Ouest ( voir ci-dessous).

 Selon mes informations, la famille, depuis la disparition de la maman, il y a 2 ans, envisage les choses autrement. Une vente du fonds de commerce devrait intervenir.

Y aura-t-il un repreneur?

Et si une SCOOP était créee? et si l'on demandait le classement de ce lieu d'histoire?

Affaire ... à suivre !!!

En attendant, merci les soeurs Béziau, de tout coeur!!!        H M.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°° 

 

Isabelle Pouey-Sanchou - Sud-Ouest - 12/2/2011

La Pallice

Le Populaire est menacé

Faute d'aménagements de sécurité, le café Populaire, l'âme du quartier, est menacé de fermeture. Que vont décider Annie et Catherine, les deux sœurs qui l'exploitent ?.

 Catherine et Annie, les deux sœurs, les deux inséparables, qui exploitent ce lieu magique. photo xavier leoty

Catherine et Annie, les deux sœurs, les deux inséparables, qui exploitent ce lieu magique.

 photo xavier leoty

Facebook Twitter Diggit StumbleUpon C'est une de ces adresses où, comme dans les auberges espagnoles, on vous apporte directement le petit quart de rouge sur la table, à l'heure du déjeuner, en vous souhaitant la bienvenue.

Que va devenir le café Populaire, l'âme de La Pallice ?

L'établissement inauguré en 1890, en même temps que le port de commerce de La Rochelle, est aujourd'hui menacé de fermeture, faute de la réalisation d'aménagements de sécurité.

Annie et Catherine, les deux sœurs, les deux inséparables qui exploitent cet endroit magnifique, racontent. « Les pompiers et la commission de sécurité sont passés. Nous devons notamment faire édifier une cloison coupe-feu à l'étage, pour les trois chambres d'hôtel que nous exploitons. Nous devons également mettre la cuisine aux normes… »

 

Investir ou fermer ?

Que vont décider les deux sœurs ? Investir pour les quelques années qui les séparent de leur retraite ? Ou bien mettre la clef sous la porte et priver La Rochelle de cet endroit magique ?

Aujourd'hui, le café-hôtel-restaurant est plus que centenaire. Et son histoire est prodigieuse.

Des idées d'avant-garde

En 1890, les arrière-grands-parents de Catherine et d'Annie quittent leurs Deux-Sèvres natales. « Leurs meubles et les pierres nécessaires à la construction du café sont arrivés par l'eau, le long de la Sèvre-Niortaise puis du canal de Marans, témoigne Annie. Nos arrière-grands-parents ont ouvert un café qui s'appelait le Débit populaire et qui était alors installé sur le quai sud, derrière la base sous-marine qui n'existait pas encore. Il y avait de grandes tables encombrées par les chopines de rouge et les jeux de cartes. On servait la soupe aux ouvriers du port… »

L'établissement faisait alors café et vendait de la petite épicerie. L'arrière-grand-père de Catherine et d'Annie travaillait dur. Il prit quand même le temps de militer et de participer à la création du syndicat des dockers. « C'était quelqu'un de très avancé dans ses idées, témoigne Annie. Des idées d'avant-garde… Toute la famille a d'ailleurs toujours été communiste et nous sommes restées dans le même courant d'idées ».

Dans les années cinquante

Le Débit populaire restera quai sud jusqu'à la dernière guerre.

C'est en 1952 qu'il s'installe à son adresse actuelle, sur la place du Marché, et prend le nom de café Populaire. Un petit hôtel de cinq chambres ouvre alors à l'étage, pour accueillir des ouvriers en déplacement, des gens des chantiers navals et des familles modestes.

C'est l'époque du père et de la mère d'Annie et Catherine, René et Alice. Alice est partie en 2008. A un âge avancé mais toujours vaillante. Elle reste dans les souvenirs du quartier comme cette élégante vieille dame aux cheveux mousseux qui, les soirs où le café donnait un spectacle de cabaret, battait la mesure de la musique avec sa chaussure sous le comptoir…

Quatrième génération

En 1977, Annie prend la relève. Sa sœur Catherine, institutrice, la rejoint au café lorsqu'elle prend sa retraite.

 

Un lieu mythique !

Aujourd'hui, ce lieu mythique s'anime en deux temps. Le dimanche avec l'immense et formidable marché de La Pallice, en semaine avec les habitués qui viennent déjeuner au Populaire et qui, toujours, reviennent.

Car on mange, quart de vin compris, avec fromage et dessert, pour un peu plus de dix euros. Et, détail qui a son importance, l'excellent rôti de bœuf s'acoquine de quelques pointes d'ail. Quant aux frites, Christine, la serveuse, le garantit dans un immense sourire, elles sont « maison ».

 
Votre abonnement au journal Sud Ouest pour 24,40€/mois
 

 
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by henri Moulinier - dans Dossiers rochelais
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Henri MOULINIER
  • Henri MOULINIER
  • : Espace de débat pour contribuer à l'élargissement du Front de gauche, la victoire de la gauche pour une réelle alternative au néolibéralisme et au capitalisme
  • Contact

Profil

  • henri Moulinier
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.

Recherche

Pages

Catégories