Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 10:35

 

30 ans après la victoire d’un Président de gauche aux élections présidentielles, et à un an des prochaines élections présidentielles et législatives : où en sommes-nous ?

1981 : un espoir, des changements, …

J’ai fait campagne pour Georges Marchais au Ier tour, appelé à voter et voté pour François Mitterrand au 2e tour, manifesté ma joie sur le port de La Rochelle après l’annonce de la victoire, non sans interrogations sur ce qui allait se passer après.

La victoire de F Mitterrand s’accompagnait d’un net affaiblissement du PCF ( perte de la moitié de ses députés, un poids électoral qui le plaçait derrière le Parti Socialiste, une petite présence – 4 Ministres- au gouvernement de gauche, sur 44))

La première année, de grandes décisions s’inscrivirent dans l’histoire de notre pays : abolition de la peine de mort, retraite à 60 ans, création du RMI, semaine de 39 heures, hausse du SMIC de 10%, augmentation de 25% des allocations familiales et de 50% de l’allocation logement, hausse du minimum vieillesse porté à 1 700 francs (+ 20%), mais aussi création de 54 000 emplois publics, mise en œuvre de dispositifs spécifiques pour les jeunes., nationalisation de 7 grandes sociétés industrielles, entrée de 36 établissements bancaires dans le service public, vote des lois Auroux modifiant le Code du travail et la liberté d’expression dans les entreprises, suppression de la Cour de Sûreté de l’Etat, autorisations des radios locales (telle Radio La Rochelle), abrogation de la loi anticasseurs, création d’une Haute Autorité de l’audiovisuel. Et je n’oublierai pas la création de l’I.G.F. (impôt sur les grandes fortunes), devenu aujourd’hui l’I.S.F. ( l’impôt de Solidarité sur les Fortunes) et que a droite sarkhozienne veut vider de son contenu.

Des décisions qui étaient attendues pour améliorer la vie des gens ( sauf l’abolition de la peine de mort qui, à l’époque, était rejeté par une majorité de français). « Changer la vie », tel était le sens des 110 propositions du candidat socialiste F Mitterrand.

Entre 1982 et 1984 : un retournement social-libéral

L’espoir, « le formidable espoir », dit MG Buffet, se levait, commençait à se réaliser. Mais a déception a suivi, avec le tournant de « la rigueur » réalisé par le gouvernement dirigé par Pierre Mauroy. Ce fut en fait, chose non avouée par es dirigeants socialistes, un changement de cap, un tournant social-libéral, embrassant les orientations libérales, ultralibérales de a « révolution conservatrice » de Reagan et M. Thatcher. En un mot, le gouvernement de gauche se pliait à ce contexte réactionnaire qui envahissait le monde occidental. Il soutenait et même provoquait l’avancée de l’Europe dans le moule économique libéral », celui de « l’économie de marché  , en clair celui du capitalisme et de ses politiques de privatisation et d’austérité. Ce fut la décision de F Mitterrand et de Jacques Delors de mettre en place le « grand marché unique européen » de 1993, c’est-à-dire la libre-circulation des marchandises (déjà réalisée), des hommes, des services ET DES CAPITAUX. Tel est le contenu de ‘Acte Unique Européen promu par J Delors et décidé par les Chefs d’Etats européens, tous, en 1986 ( voir sur ce blog le dossier sur la construction européenne : Union européenne: son avenir

C’en était fini d’une volonté politique de gauche en France et en Europe !

Le pouvoir socialiste cédait, comme en 1936, au « mur de argent », aux « marchés », au capital dans sa phase d’un capitalisme de plus en plus mondialisé et qui va se financiariser ( c’est le 1er gouvernement de gauche, puis le 2e , qui verra le départ des Ministres communistes qui va initier le déploiement de la Bourse, la création du Second Marché, du MATIF, de nombreux produits financiers exonérés d’impôt. Ce capitalisme des marchés (financiers) allait s’appuyer sur la politique de désinflation dite « compétitive » (réduction du taux d’inflation par pression sur les salaires,  leur pouvoir d’achat- par la décision de désindexer la progression des salaires en fonction de l’inflation et de la productivité). Avec les vagues de licenciements ( sidérurgie, mines, …), la part globale de la masse salariale dans a la richesse crée – la valeur ajoutée- diminuait de près de 10%, en faveur des … profits, des actionnaires !

L’Europe qui s’est construite depuis, avec l‘accord des partis socialistes et socio-démocrates des pays européens – tous, est aujourd’hui une Europe au service de a « concurrence », des privatisations, de la déréglementation, de la baisse des dépenses sociales et des impôts sur les plus riches, une Europe qui met le taux de chômage structurel en Europe à plus de 10% , alors que es profits et les dividendes des grosses firmes explosent, y compris aujourd’hui après la parenthèse de la « crise financière ».

Cela a conduit le PS a soutenir majoritairement le projet de Traité constitutionnel européen en 2005, rejeté par une majorité de Non, a soutenir, majoritairement là encore, le Traité de Lisbonne voulu par Sarkozy et qui laisse pleine liberté de spéculation aux capitaux dans et hors de l’Union Européenne !

Battre la droite et l‘extrême-droite en 2012, mais pour changer réellement de politique !

Le « projet » présenté, le mois dernier,  par le PS et voté par toutes ses composantes, comprend des avancées possibles, un discours plus à gauche, mais reste prisonnier de ce carcan européen ultralibéral qu’il ne dénonce pas, n’entend pas mettre en cause. Et es mêmes causes risquent fort de conduire un gouvernement et un-e président-e socialiste élu en 2012 a « être obligé » de faire une politique d’austérité et de réduction des dépenses (sociales), comme le font les gouvernements socialistes en Grèce,en Espagne,et –récemment, au Portugal.

Il faut promouvoir une autre politique, à gauche, pour battre a doite et l'êxtrême-droite. Cela passe, à mon sens, par e renforcement et l'éargissement du Front de gauche et, simultannément, par un large débat à gauche, entre parti socialiste, Front de gauche, Europe Ecologie, et les citoyen-ne-s, non sur l'ego de tel ou tel candidat-e, mais sur les propositions politiques, es mesures à prendre pour changer réellement et retrouver l'Espoir de Mai 1981!

Sur ce blog, d'autres éléments de discussion:

Présidentielles 2012 : faut-il une candidature unique à gauche dès le 1er tour ?     

Pour une candidature de la gauche de transformation sociale et écologique en 2012     

Olivier Besancenot ne sera pas candidat en 2012: pourquoi pas une candidature commune de la gauche de transformation sociale et écologique?     

Le projet du Parti socialiste: de quoi faire trembler les patrons du CAC 40 ?     

Un Front de gauche élargi pour une dynamique de vrai changement!

Pourquoi la candidature de Mélenchon ne doit-elle pas être écartée au front de gauche ?

Jean Luc Mélenchon: une bonne candidature pour le Front de Gauche?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Henri MOULINIER
  • Henri MOULINIER
  • : Espace de débat pour contribuer à l'élargissement du Front de gauche, la victoire de la gauche pour une réelle alternative au néolibéralisme et au capitalisme
  • Contact

Profil

  • henri Moulinier
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.

Recherche

Pages

Catégories