Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 08:34

Voici un article du journal Les échos: interessant. Discutable ? D'autres cartes et d'autres journalistes mettent en évidence l'importance des ressources naturelles du Mali. Voir l'article sur ce blog:

Intervention militaire française au Mali: pour quel objectif réel ?

Henri Moulinier

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Des enjeux stratégiques plutôt qu'économiques à l'intervention

Par Yves Bourdillon | 15/01 | 07:00

Paris n'a pas d'intérêts économiques au Mali. Les ressources s'y limitent à de l'or et des réserves hypothétiques d'uranium et pétrole.

Des enjeux stratégiques plutôt qu\'économiques à l\'intervention

«  Il n'y a pas actuellement au Mali d'enjeux en termes de ressources stratégiques pour des grandes puissances », estime Paul Derreumaux, un économiste basé à Bamako. S'il est habituel de soupçonner que les interventions militaires occidentales visent en fait à sécuriser, voire rafler des ressources minières, on voit mal en effet comment cela pourrait être le cas au Mali, tant le pays est pauvrement doté.

L'économie se réduit ici pour l'essentiel à de l'agriculture vivrière, du coton et de l'or (15 % du PIB, principale exportation depuis deux ans). Une huitaine de mines, notamment de l'entreprise offshore Randgold, font de ce pays le troisième producteur du continent, avec 50 tonnes par an, derrière l'Afrique du Sud et le Gabon. Dans l'uranium, le canadien Rockgate essaie depuis des années de développer une mine près de la ville de Falea, malgré des objections environnementales. Ses estimations non auditées font état de 10.000 tonnes de minerai à 0,03 % d'uranium. Areva, très actif au Niger voisin, n'est pas implanté au Mali.

Quelques espoirs

Enfin, dans les hydrocarbures, le vaste bassin de Taoudeni, commun à l'Algérie, à la Mauritanie, auNiger et au Mali, nourrit quelques espoirs. Il n'existe pour l'instant aucune production au Mali, ni même de résultats probants de prospections. Agip et Texaco ont mené des recherches dans les années 1970, tout comme Esso et Elf plus tard, mais sont repartis, déçus. Une dizaine de concessions ont été accordées il y a cinq ans à l'algérien Sonatrach, qui extrait déjà de l'or noir dans la partie algérienne du bassin, ainsi qu'à diverses compagnies de second rang.

Pour autant, la stabilité du Mali constitue un enjeu considérable pour l'économie d'Afrique de l'Ouest, le pays se situant au carrefour de pays importants, comme le Niger (uranium), la Mauritanie, la Côte d'Ivoire, le Burkina, la Guinée et le Sénégal.

Adeptes du kidnapping, les djihadistes basés au nord du pays menacent «  les voyageurs et les flux commerciaux de la région, ce qui donne une forte dimension antiterroriste à l'intervention française », souligne Paul Derreumaux. Bien que l'ONU évaluât fin décembre à 200.000 le nombre de personnes déplacées dans le pays, l'économie locale s'est montrée résiliente, constate un diplomate, grâce aux agriculteurs, qui continuent à cultiver leurs champs imperturbablement.

Écrit par Yves BOURDILLON 
Journaliste 
r

Partager cet article

Repost 0
Published by henri Moulinier - dans Intervention au Mali
commenter cet article

commentaires

chb 22/02/2013 23:34


 


Au Mali, l’uranium est aussi un enjeu important pour Areva. La société française essaie d’obtenir, depuis de nombreuses années, les droits d’exploitation d’une mine d’uranium qui
se trouve à Faléa (région isolée à 350 km de Bamako vers la frontière du Sénégal et de la Guinée). Dans les années 70, l’ancêtre d’Areva, la Cogema, de concert avec le Bureau de Recherche
géologique minière et la SONAREM (Société d’État malienne), avait effectué une prospection mais l’exploitation avait été jugée peu rentable. En 2005, la société canadienne Rockgate a été mandatée
par le gouvernement malien afin de forer à nouveau à Faléa. En 2010, les rapports de Rockgate ont conclu que le Mali offrait « un environnement de classe mondial pour l’exploitation de
l’uranium » et deux ans plus tard, une société sud-africaine (DRA Group) mandatée par Rockgate à propos de Faléa a conclu que Faléa pourrait offrir une production annuelle de 12 000 tonnes
d’uranium,  soit 3 fois la somme des productions des mines nigeriennes d’Arlit et Akouta !


http://www.realpolitik.tv/2013/02/crise-du-mali-deuxieme-partie-les-interets-de-la-france/

chb 30/01/2013 00:38


 


La crise du Sahel n'est pas un événement fortuit.


L'OCDE indique : « le gaz du bassin de Taoudéni pourrait être exporté via l’Algérie ». Ce bassin pétrolifère et gazier est partagé entre Algérie, Mauritanie et Nord-Mali.


A lire :  Gros appétits pour le Sahel


http://lepcf.fr/spip.php?page=article&id_article=1556

Présentation

  • : Henri MOULINIER
  • Henri MOULINIER
  • : Espace de débat pour contribuer à l'élargissement du Front de gauche, la victoire de la gauche pour une réelle alternative au néolibéralisme et au capitalisme
  • Contact

Profil

  • henri Moulinier
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Acteur du Front de gauche. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Acteur du Front de gauche. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.

Recherche

Pages

Catégories