Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 14:13

 

C’est (vite) fait : les patrimoines des ministres sont rendus publics, par leur propre déclaration. Le gouvernement veut laver blanc, plus blanc que blanc, pour effacer la tâche Cahuzac. Bien ! La morale est un terrain important, surtout quand on veut contribuer à la politique d’un pays, d’une collectivité. La transparence de la vie politique est une nécessité. Car il y va de l’honnêteté et de la confiance.

Un fossé entre les ministres et la population

On constate de ce point de vue que nos Ministres ont un patrimoine moyen de 987 000 euros, contre 230 000 euros pour celui des français. Avec des écarts allant de 1 à 60. Huit d’entre eux (21%) sont millionnaires, dont 3 multimillionnaires (entre 2 et 6 millions) et 29 ministres ont un patrimoine supérieur aux 501 000 euros moyens des Français les plus riches. Six se situent au dessus du seuil de 1,3 millions pour l’impôt sur la fortune (ISF). Ces informations, écrit le quotidien L’Humanité du 17-4 « confirment en tout cas le fossé existant entre la population et la représentation politique en France », non seulement sur le plan socioprofessionnel, de l’âge, mais aussi de la fortune personnelle. On constate une surreprésentation des professions libérales et de la haute fonction publique. « Ce ne sont plus les classes populaires à gauche et les gens riches à droite » dit le sociologue Michel Pinçon. De ce point de vue, M. Le Pen devrait, comme sa fille, se taire, lui qui a ouvert un compte en Suisse, pour, dit-il, avoir un « crédit » moins couteux, lui le milliardaire héritier du cimentier Lambert.

Peut-on donc être de gauche et riche ?

Oui, a répondu Stéphane le Foll, Ministre de l’agriculture sur France 2, le 16-4 : « Voter à gauche répond à l’idée de faire progresser la société et que le partage à un sens. Je ne vois pas pourquoi ceux qui sont riches ne pourraient pas avoir ces valeurs ».

D’accord ! Alors que ce gouvernement passe aux actes !

Le « partage », dont parle Stéphane le Foll, doit devenir réalité politique. Il faut aussi rendre public sur le site du Premier Ministre le « calendrier des grandes propositions de loi engageant le changement » dit Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF.

Encore faut-il qu’à gauche, au PS, on ne continue pas, comme depuis le tournant social-libéral des années 1980, à voisiner avec les milieux de l’argent, les milieux du grand patronat. Mais pour cela, encore faudrait-il changer réellement de politique, prendre le contre-pied des choix patronaux de « prix de transfert », pour déclarer des activités, fictives, dans les paradis fiscaux ! Encore faudrait-il que la France exige la transparence sur les comptes non déclarés dans ces paradis et les imposent comme le font les Etats-Unis ! Encore faudrait-il que F. Hollande lui-même coupe les ponts avec son ancien trésorier de la campagne présidentielle, le dénommé Jean-Jacques Augier, qui a créé des sociétés offshore aux Iles Caïman ou Emmanuel Macron, l’un de ses 2 Secrétaires Généraux à l’Elysée, qui fut banquier d’affaire à la Banque Rothschild, devenant même gérant de cette banque en 2012, avant d’intégrer le staff de F. Hollande.

    Les aveux de Cahuzac en appellent d'autres!

Arrêtez de voisiner avec les milieux de l'argent!

Encore faudrait-il prendre des mesures, rapides, du gouvernement français (et non attendre une décision, qui doit être unanime, d’un conseil européen des Chefs d’Etat) pour combattre l’évasion fiscale : peut-être plus de 600 milliards, 60 à 80 milliards d’euros de manque à gagner pour l’Etat, sans compter une vraie réforme de la fiscalité au lieu d'augmenter la TVA sur tous au même taux! Et de s'opposer, par la loi, aux licenciements boursiers, pour le plus grand profit des actionnaires. Il faut mettre fin à cette politique d'austérité que critiquent d'ailleurs ouvertement 3 Ministres de ce gouvernement, alors que F Hollande affirme, en monaque de la République, qu'il n'y aura qu'une seule politique, celle de cette austérité qui est programmée (au moins) jusqu'en 2014, a confirmé Pierre Moscivici, en faisant référence au "programme de stabilité" budgétaire, pour faire baisser le déficit budgétaire au-dessous de la barre des 3% du P.I.B.

Oui, vivement une 6e République, qui démocratise la vie publique et rejette l'austérité et le chômage!

  Le 5 mai à Paris: Marche citoyenne, contre l'austérité et le chômage, pour la 6e République

Allons M. Hollande, encore un effort !!!

 

Partager cet article

Repost 0
Published by henri Moulinier - dans Une autre politique à gauche
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Henri MOULINIER
  • Henri MOULINIER
  • : Espace de débat pour contribuer à l'élargissement du Front de gauche, la victoire de la gauche pour une réelle alternative au néolibéralisme et au capitalisme
  • Contact

Profil

  • henri Moulinier
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.

Recherche

Pages

Catégories