Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 18:28
     

François Hollande a fait un discours de gauche. Il a commencé à dévoiler ses propositions ce dimanche 22 janvier lors d'un grand rassemblement. Mais ses propositions me laissent sur ma faim. Elle manquent de clarté et d'engagement contre les "marchés financiers", le caractère dévastateur de la spéculation dont les banques sont aujourd'hui un maillon essentiel. François Hollande a, en effet, proposé une "réforme des banques" qui consiste a bien "séparer leurs opérations de crédit et leurs actions spéculatives", a-t-il dit.

 Certes, séparer les banques de (nos) dépôts et les banques dites "d'affaires" est une nécessité pour que nos comptes bancaires ne soient pas utilisés pour la spéculation. Mais cela ne suffit pas, loin de là!

C'est la spéculation elle-même qu'il faut contrer, réduire, voire supprimer, car c'est elle qui provoque le chaos financier et économique. François Hollande ne dit mot sur le contrôle public des banques par l'Etat, leurs salariés et les usagers.

- Oui, pas un mot sur un contrôle public, comme le propose le programme partagé du Front de gauche. Et pas un mot sur cette "finance de l'ombre", comme l'analyse Marc Roche dans son livre (que je vous conseille) "Le capitalisme hors la loi" (Editions Albin Michel):

- Rien sur les paradis fiscaux dont ceux qui sont dans l'Union Européenne (les plus nombreux!).

- Rien sur les fonds spéculatifs (hedge founds, fonds de pensions, ...; rien sur les actions spéculatives des compagnies d'assurance

- Et rien sur les choix européens de "libre-circulation totale des capitaux", dans et hors de l'Union Européenne (depuis le Traité Unique européen de 1986, instaurant le "grand marché unique des marchandises, des services, des hommes et ..des capitaux" et la décision de cette libre-circulation des capitaux dès 1990 (innovation à l'époque soutenu par F. Mitterand et Jacques Delors). Non le cri du coeur de François Hollande  contre le "monde de la finance" qu'il promet "d'affronter sans faiblesse" n'apparait-il pas comme un coup d'épée, spectaculaire, mais bien timoré, dans un océan de finance ?

- Et sur la dette publique, en grande partie illégitime? Aucune critique, si ce n'est "des engagements forts pour réduire nos déficits budgétaires et parvenir à l'équilibre à la fin du quinquennat". Donc, comme Sarkozy et Merkel, il nous invite à payer pour effacer cette dette, sans la remettre en cause, alors qu'elle a profité aux marchés financiers qui prêtent à plus de 3% pour notre pays.

- Certes, il souhaite que la Banque Centrale européenne "soit au service de la lutte contre la spéculation". Bien ! Mais comment? Remet-il en cause son "indépendance" et "l'interdiction" qui lui est faite de prêter aux Etats directement, alors qu'elle le fait massivement aux banques commerciales (à 1%)? Ne voila-t-il pas ce qu'il faudrait pour casser la spéculation, comme le propose le Front de gauche ? Mais cela exige de remettre en cause les Traités européens: du Traité de Maastricht, qui a inscrit cette interdiction, au Traité de Lisbonne qui l'a repris, Traité que François Hollande a soutenu.

Aujourd'hui, il affirme vouloir renégocier le Traité de Lisbonne. Bien. Mais dans quel sens? Est-ce pour remettre en cause cette libre-circulation totale des capitaux et instaurer un contrôle à l'échelle européenne ? Est-ce pour remettre en cause ces statuts de la Banque Centrale Européenne, son indépendance et l'interdiction de prêter directement aux Etats,  à un taux au plus égal à celui des prêts qu'elle fait aux banques commerciales (1%), pour mettre à l'écart les marchés financiers ? Ce n'est pas clair !

Un nécessaire débat à gauche

Le débat à gauche doit avoir lieu comme ne cesse de le demander Jean-Luc Mélenchon, pour que la gauche change réellement les choses, et ne se contente pas d'un replâtrage. Je pense, plus encore aujourd'hui, que le Front de gauche présente des propositions claires et offensives qui méritent discussion ! Je vous propose de lire la réaction de Pierre Laurent, dirigeant du PCF, l'une des formations du Front de gauche, et par ailleurs Président du Conseil national de campagne du Front de gauche.                              H Moulinier

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°  

° Programme partagé du Front de gauche:

http://2012.pcf.fr/14360

° Qui est le directeur de campagne de François Hollande ?

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Nous avons eu l'entrée en campagne, mais pas la clarté

" Nous attendions de François Hollande une vraie entrée en campagne et enfin de la clarté dans les propositions. Nous avons eu l'entrée en campagne mais pas la clarté. Ce qui était connu des engagements socialistes a été confirmé. Mais ce qui posait problème dans ses engagements aussi. Je pense:

° au droit à la retraite à 60 ans, avec une définition très restrictive de l'accès à ce droit

° à l'absence de propositions en faveur de la hausse des salaires, à la limitation du nombre d'emplois publics au niveau actuel alors que Nicolas Sarkozy en a supprimé 170.000, ° à l'absence de remise en cause de la loi HPST (Hôpital, Patients, Santé et Territoires) et de la tarification à l'activité pour les hôpitaux...

 
Quant à ce qui était imprécis, cela l'est resté.

François Hollande déclare que son adversaire, « c'est le monde de la finance ». Au Front de gauche, nous disons enfin ! Mais alors pourquoi ne dit-il rien sur le contrôle public des banques et du crédit (lire le commentaire de l'A.F.P. ci dessous) ?
Enfin, un étonnement : le candidat socialiste est resté muet sur les contours de la majorité qu'il entend constituer, or personne à gauche ne peut espérer gagner seul.

Le Front de gauche: plus que jamais la garantie d'une victoire solide de la gauche

De tout cela, je tire une conclusion : le Front de gauche va être plus que jamais la garantie d'une victoire solide de la gauche face à Nicolas Sarkozy. Une victoire qui se construira dans la clarté, seule susceptible de mobiliser celles et ceux qui attendent le plus du changement pour pouvoir vivre enfin dans la dignité et la justice.

Pierre Laurent, Secrétaire national du PCF et Président du Conseil national de campagne du Front de gauche,
Paris, le 22 janvier 2012.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Selon l'A.F.P. - dimanche 22/1/12

Définissant comme son "véritable adversaire, qui n'a jamais été élu et ne sera pas candidat, le monde de la finance", le député de Corrèze a voulu démentir ceux qui lui reprochent une gauche pas assez combative. Mais il n'a pas calé sur la sécurité, "un droit", s'engageant à lutter contre les fraudeurs fiscaux ou délinquants financiers tout comme "le petit caïd" qui "met en coupe réglée un quartier". "La République vous rattrapera!"

Ponctuant son discours du mot "France", il a aussi promis d'inscrire la laïcité dans la Constitution. "C'est une valeur qui libère et qui protège".

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Autres articles sur ce blog:

F. Hollande: méprise sur le quotient familial !

Quand François Hollande abandonne la retraite à 60 ans ! Contre-arguments

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Programme / Hollande : réaction de Pierre Laurent

François Hollande a continué ce matin, en rendant public son programme, de faire entendre la musique de gauche qu'il avait entamée dimanche au Bourget.

Mais cette musique reste marquée par 2 sons de cloche contradictoires.

° D'un côté, quelques engagements nouveaux et bienvenus comme la suppression de niches fiscales à hauteur de 29 milliards d'euros profitant aux plus riches et aux grandes entreprises.

°Mais de l'autre, beaucoup de fausses notes, par exemple sur les retraites où l'engagement du retour à 60 ans reste beaucoup trop partiel, ou encore sur les exonérations de cotisations sociales patronales où il retire d'une main, sur les heures supplémentaires, ce qu'il donne de l'autre, avec le contrat de génération.

François Hollande reste prisonnier d'une contradiction : faire à gauche, en prétendant respecter dans le même temps des engagements de réduction des finances publiques pris par la droite à la demande des marchés financiers.

Il y a aussi des impasses inquiétantes, en particulier sur le salaire : comment François Hollande peut il penser qu'on pourra attendre 2 ans avant de redistribuer les richesses alors qu'un salarié sur deux gagne moins de 1 500 € ?

Le Front de gauche propose des solutions concrètes pour sortir de ces contradictions. C'est sur ces solutions que nous comptons continuer à rassembler dans l'intérêt de toute la gauche pour garantir que la politique mise en œuvre demain par une majorité nouvelle soit conforme aux attentes du pays.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Henri MOULINIER
  • Henri MOULINIER
  • : Espace de débat pour contribuer à l'élargissement du Front de gauche, la victoire de la gauche pour une réelle alternative au néolibéralisme et au capitalisme
  • Contact

Profil

  • henri Moulinier
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.

Recherche

Pages

Catégories