Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 06:51

 

« Dans les prés, l’herbe ne repousse plus ! » titrait un article de « Sud-Ouest », le 9 mai dernier. Déjà ?! Et cela se voit à l’œil nu, aussi, dans les jardins privés, comme le mien à La Rochelle. Où va-t-on ?

Eté 2011 : catastrophe annoncée

Les experts de la météo nationale prévoient un été chaud, plus chaud que les autres années. Déjà des éleveurs, en Charente-Maritime et ailleurs parlent d’abattre une partie de leurs troupeau, faute de fourrage. En Camargue, les plantations de riz sont menacées alors que leur production représente un tiers de notre consommation nationale. Va-t-on vers une pénurie agricole en France ? Vers une hausse des prix, encouragée par les spéculateurs ? Mais aussi vers des drames sociaux et humains chez les agriculteurs/éleveurs ?

Nous sommes tous concernés !

Et je pense qu’il ne faut pas rester le nez dans le guidon. Car chacun mesure que cette situation n’est pas conjoncturelle. Elle semble clairement liée au processus de réchauffement climatique qui menace toute la planète ( voir dossier sur ce blog).

C’est pourquoi, je pense que les agriculteurs doivent s’interroger sur leur type de production, dont certaines sont dévoreuses d’eau par arrosage. Tel est le cas du maïs. Samedi 21 mai, nous avons rencontré un barrage d’irrigants à la sortie de l’Autoroute Paris-Bordeaux, à hauteur de Pons. Il ne laissait passer que les 17, rejetant les « touristes ». Leur tract s’efforçait de dédouaner l’arrosage agricole. « Il est clair, écrivaient-ils, que l’état de nos cours d’eau ne peut plus s’expliquer avec le seul argument de l’irrigation. (…). Le prélèvement en eau lié à l’agriculture ne représente que 1% des pluies. Il s’agit bien d’un problème de gestion et non de rareté de l’eau ».

Problème de gestion ou de rareté de l’eau ?

Certes, des réserves d’eau sont une piste à étudier. Mais on ne peut stocker que l’eau qui vient avec les pluies, les sources, les cours d’eau. Si la pluviosité diminue, le stock global d’eau diminue lui aussi. Ainsi, depuis décembre 2010, les précipitations sont très limitées.

Il s’agit donc d’abord de combattre le réchauffement climatique dans notre pays et à l’échelle du monde. Or la Conférence de Stockholm sur le climat a été un échec. Et depuis : rien, rien, rien !

Il s’agit aussi de consommer autrement, d’économiser l’eau. Cela ne passe-t-il pas  aussi par une autre agriculture, non productiviste, plus raisonnée, plus en lien avec les marchés locaux ?

C’est une affaire sérieuse, non?

Henri Moulinier

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Sécheresse: la région Poitou-Charentes

              débloque 1 000 euros par éleveur en difficulté


Le conseil régional de Poitou-Charentes a voté le 30 mai une aide régionale d'urgence de 1 000 euros pour les éleveurs actuellement touchés par la sécheresse.

 Le Poitou-Charentes est l'une des régions les plus affectées par le manque de pluie de ces derniers mois. Ce fonds d'urgence de 5 millions d'euros, adopté au cours d'une commission permanente, sera disponible dès cette semaine. Il a pour objectif de prendre en charge l'achat du fourrage et les frais de transport ainsi que de favoriser le développement de cultures résistantes à la sécheresse.

En contrepartie de cette aide, « les éleveurs doivent dès maintenant réfléchir au changement des pratiques culturales, c'est-à-dire à utiliser et à planter, à la prochaine saison, des cultures destinées à nourrir le bétail moins consommatrices d'eau », a précisé Ségolène Royal, présidente du Conseil régional.

 Elle a par ailleurs annoncé la mise en place d'un numéro vert destiné à faciliter les échanges entre ceux qui disposent de fourrage et les agriculteurs qui en ont besoin pour nourrir leurs animaux.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Un printemps 2011 sans précédent

Sud-Ouest - 1/6/2011

Quand bien même il pleuvrait abondamment à partir de maintenant (ce qui n'apparaît nullement dans les prévisions à une semaine de Météo France), le printemps 2011 resterait celui des records en matière de sécheresse.

Selon le bilan publié hier par Météo-France, le temps sur l'Hexagone durant les mois de mars, avril et mai a été « exceptionnellement chaud, sec et ensoleillé ». L'anomalie est d'autant plus singulière que ces trois éléments se conjuguent. Ce printemps est à la fois le plus sec de ces cinquante dernières années et le plus chaud depuis le début du XXe siècle. Ce qui accentue l'évapotranspiration, c'est-à-dire la perte d'eau par l'évaporation directe du sol et des plans d'eau, et par la transpiration des plantes.

La situation n'est pas identique suivant les régions, même si la sécheresse est globale à l'échelon français, voire européen (la Grande-Bretagne, l'Allemagne comme la Suisse connaissent des précipitations anormalement basses). Le déficit est plus marqué sur le nord et l'ouest de la France, tandis que le pourtour méditerranéen est relativement épargné. Dans notre région, la sécheresse est d'autant plus grave qu'elle progresse vers le nord. Si le pied des Pyrénées a été épisodiquement arrosé, comme Tarbes avant-hier, la Charente et la Charente-Maritime sont complètement privées de pluie.

La comparaison avec les moyennes indique par ailleurs que la sécheresse devient de plus en plus grave à mesure que le printemps tire vers sa fin.

Il était tombé 76 % des précipitations normales au cours du mois de mars. Ce taux a dégringolé à 29 % en avril sur l'Hexagone et à 30 % en mai. Le mois d'avril figurait sur le podium des plus secs depuis cinquante ans, avec les crus 1982 et 1984. Le mois de mai est le plus sec de ces cinq dernières décennies.

Hier, le BRGM (l'établissement public des géosciences) n'avait pas encore mis en ligne son bulletin mensuel. Mais on peut d'ores et déjà parier sur une aggravation du déficit des nappes souterraines. Au 1er mai, 68 % des réservoirs affichaient un niveau inférieur à la normale. Notamment les nappes du bassin de la Garonne. Ce qui n'a rien d'étonnant, puisque 2011 est le paroxysme d'une série d'années sèches.

Partager cet article

Repost 0
Published by henri Moulinier - dans Préserver notre planète
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Henri MOULINIER
  • Henri MOULINIER
  • : Espace de débat pour contribuer à l'élargissement du Front de gauche, la victoire de la gauche pour une réelle alternative au néolibéralisme et au capitalisme
  • Contact

Profil

  • henri Moulinier
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.

Recherche

Pages

Catégories