Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2008 3 14 /05 /mai /2008 12:13
     " Le Nouvel Obs" du 8/14 mai O8 fait sa une sur Olivier Besancenot, qui a été invité dans l"émission de Druker, dimance dernier., et il lui consacre  4 pages. "Sud-Ouest" du 12/5 lui consacrait une pleine page, ...

     Olivier Besancenot est un excellent porte parole, jeune, mettant en évidence les failles du capitalisme.Il est populaire et en joue. Il s'est fait le promotteur du "Nouveau Parti Anticapitaliste" en gestation.

    De quelle perspective est-il porteur?

 
     - Celle d'un renouvellement de génération: " Il est le seul tretenaire visible à gauche" affirme Denis Pingaud dans le Nouvel Obs, qui a la sensation du déjà vu. Et de dire: " Mais son parti aura du mal à décoller: c'est dans les gênes de la Lcr"; Ex-membre de la Lcr, dit la revue, il dit:"Ils attirent des ouvriers et des jeunes radicalisés. Mais ensuiteils n'arrivent pas à s'ouvrir. Ils n'ont pas voulu construire avec les altermondialistes. Olivier aurait pu être un leader unitaire idéal s'ils avaient osé prendre des risques"

       - Celle de la construction d'une réelle perspective à gauche?

        Là est, à mon sens, le débat. Un nouveau parti pour rassembler qui? les militants dae la Ligue et "des  anonymes" comme ils le disent. Où pour bousculer la donne à gauche, en favorisant un réel rassemblement de toutes celles et tous ceux qui veulent une politique progressiste, en rupture avec les politiques libérales menées depuis les années 83-85, une politique qui soit en rupture avec la logique capitaliste du tout-profit.

        C'est aussi la question que pose Christian Piquet, minoritaire dans la Lcr, avec sa tendance unitaire "Unir" (*), à qui les dirigeants nationaux de la Lcr ont retiré so poste de permanent pour prix de son opposition à la ligne actuelle de la majorité de l'organisation. Christian Piquet prône, lui, l'idée du besoin d'un nouveau parti "qui, à gauche, propose une alternative à la dérive droitière du PS." A son sens: "Il doit être la résultante de la convergeance de courants qui s'orientent vers la même perspective. La question est posée au PC, à la gauche du PS ou des Verts, aux forces alternatives..." Ses camarades de la majorité de la Lcr, dit-il, "considèrent, eux, que le nouveau parti anticapitalistye doit être construit uniquement dans une rencontre entre la Lcr, comme seul courant politique, et ceux qu'ils appellent des anonymes."

     Voilà bien où se situent les limites de la nouvelle construction politique pronée par Olivier Besancenot

     Qui a intérêt à la réussite de cette stratégie d'Oivier Besancenot?

          
Bien évidemment Olivier lui-même et les diriogeants de la Lcr qui espèrent gagner 1000 à 2000 militants de plus avec le NPA. Mais, je le dis avec gravité: c

           Mais cela ne sert -il pas aussi le PS,
qui voit se développer une force qui ne cherche pas à mettre en cause le poids politique de son orientation social-libérale de plus en plus affirmée, en lui disputant le terrain politique et électoral, qui ne cherche pas à bousculer la donne politique à gauche,  en favorisant des regroupements les plus larges, y compris avec la gauche du PS, pour devenir une force politique qui puisse compter, y compris lors des prochaiones élections, comme Die Linke en Allemagne. La création du NPA ne risque-t-elle pas  de fermer la porte à une telle perspective et de laisser le PS quasi-seul( avec de petites formations "à ses côtés": Pcf; Verts, Mrg) dominer le jeu politique face à la droite. Cela évite toute tentation de la gauche du Ps de chercher à contribuer à la création d'une autre force à gauche.du PS. L'unité du PS est sauve!

           Elle ne me semble pas non gêner  la droite sarkoziste et le Medef. En affirmant a priori que ce NPA sera opposé à toute entente , sur une base de rupture avec les politiques économiques libérales, avec d'autres forces de gauche, y compris avec le (tout ou partie) PS, au nom de la pureté révolutionnaire. Cela ne peut que  qu' enlever des voix radicalisées à ce PS, qui ne contribuerons pas à un rassemblement majoritaire à gauche..Mais aussi à encourager les dirigeants du PS à se tourner vers un hypothétique centre, faute d'alliés suffisamment forts à sa gauche.

          Cela me fait d'ailleurs penser à la stratégie de François Mitterand qui, à partir de 1974, a poussé les médias à promouvoir  Le Pen, pour  gêner la droite, et cela a marché bien longtemps, avant que Sarkozy ne récupère une grande partie de cet électorat radicalisé à droite.

             C'est peut-être pour cela que TF1 et son principal actionnaire, Bouygues,  ont laissé Drucker promouvoir l'image "révolutionnaire" d'Olivier Besancenot? Avec lui, la "révolution" n'est pas pour demain, fut-elle nourrie du mythe troskyste classique de l'espérance de la "grève générale" qui balaiera tout.

          Et je le dis comme je le ressens: ce n'est pas une bonne façon de promouvoir une autre façon de faire de la politique que de jouer à, fonds la carte de la "people"...lisation". Autrefois, nos amis auraient crié au "culte de la personnalité" cher aux ... staliniens?!  Certes, il faut vivre avec son temps et les médias omniprésents. Mais il ne faut pas tomer dans la "marchandisation" de la politique, le vedettaria, qui fait tant de mal à notre société. Olivier Besancenot doit secrétement penser qu'il assure aujourd'hui la rélève médiathique d'Arlette Laguiller, aujourd'hui démodée, mais toujours porte-parole d'un petit parti, Lutte ouvrièe, qui est resté petit, même au temps du grand succès d'Arlette! Comme quoi, un "oiseau" fut-il révolutionnaire, ne fait pas le printemps "démocratique."
     
            Pour autant, nous avons besoin à gauche de "porte-paroles" nationaux appréciés Et j'apprécierais qu'Olivier en soit un, sur une base ...unitaire réelle!  Mais aucune porte ne me semble irrémédiablement fermée, si nous avons tous, et tous ensembles,  la volonté de changer vraiment le monde, sans attendre ... le siècle prochain! Qu'en penses-tu Olivier? Qu'en pensez-vous, amis lecteurs?

   (*) Pour en savoir plus sur les analyses de Christian Piquet et du courant "Unir" au sein de la LCR
       Cliquez ici sur
  link

    ° Le questionnement des Alternatifs des Alpes-Maritimes sur la construction actuelle du NPA par la seule LCR: cliquer sur
Le-point-de-vue-des-Alternatifs-du-06-sur-le-NPA.docx Le-point-de-vue-des-Alternatifs-du-06-sur-le-NPA.docx
    

Partager cet article

Repost 0
Published by henri Moulinier - dans Npa: quel rassemblement
commenter cet article

commentaires

Gilles Suze 20/05/2008 15:40


La formule de " contre-feu pitoyable " est en effet un peu dure eu égard à certaines personnes qui ont signé ce texte ou qui vont le signer de toute bonne foi. Qui en effet peut être contre l’unité et le rassemblement d’une gauche de gauche, d’une vraie gauche, d’une gauche de transformation sociale et écologiste ?

C’est un peu comme la nouvelle déclaration de principe du PS. Je cite : " L’idée socialiste relève, à la fois, d’une révolte contre les injustices et de l’espérance pour une vie meilleure. Le but de l’action socialiste est l’émancipation complète de la personne humaine et la sauvegarde de la planète

. " Qui est peut être contre cette déclaration de principe sans conséquence ? 
Il n’empêche que ceux qui ont initié un tel appel ne sont pas des perdreaux de la veille. Ce sont même, tous, des vieux routiers de la politique, blanchis sous le harnais. Quand ils évitent d’employer le terme de " d’anti-libéralisme " ce n’est pas par hasard. C’est à dessein. En bref, pour rassembler large, gommons les différences ! Exactement comme en 2007 quand vous évitiez de vous prononcer clairement sur votre participation ou non à un gouvernement avec les socialistes.
A l’inverse quand nous précisons que notre projet s’inscrit dans une démarche " anticapitaliste ", nous incluons l’anti-libéralisme, mais en soulignons les limites d’un anti-libéralisme de surface. En d’autres termes, si nous voulons vraiment " l’émancipation complète de la personne humaine et la sauvegarde de la planète " (déclaration de principe du PS), l’anti-libéralisme ne suffira pas et encore moins " une économie sociale et écologique de marché, une économie de marché régulée par la puissance publique, ainsi que par les partenaires sociaux ", comme le proposent les socialistes que nous avons vu à l’œuvre, privatisant à tout va, avec l’aide d’un Gayssot et le soutien des députés PC et Verts.
Ainsi nous ne pouvons faire alliance avec ceux qui affirment aujourd’hui vouloir " une société nouvelle, qui dépasse les contradictions du capitalisme, faisant toute sa place au secteur non-marchand ", car le seul moyen efficace pour dépasser " les contradictions du capitalisme " c’est de mettre en œuvre une autre économie, un autre mode de développement. Mais je suppose que tu sais tout ça. C’est ça qui est vicié dans votre appel. C’est son objectif même. Et à vouloir rassembler de Mélenchon à Besancenot, vous n’aurez, ni l’un, ni l’autre.

Gilles Suze 19/05/2008 19:47


Les " chances sont très faibles ", en effet, car c’est un projet à contre courant et que les conditions politiques sont extrêmement difficiles, mais au moins le projet de NPA va déboucher sur quelque chose de concret. Ce n’est en revanche pas le cas de cet appel (que Marianne présente comme une alternative au NPA, je dirai un contre-feu assez pitoyable). Je dis d’ailleurs sur mon blog tout le bien que j’en pense. Quand à signer avec Gayssot, non-merci ! Dans cet appel (peut-être pour faire masse ?), on ne parle même plus d’antilibéralisme ! C’est un texte qui est en régression par rapport aux précédents (combien d’appels du même genre depuis 6 mois ?). A force de courir après la " gauche " du PS, on finit par lui ressembler !

henri Moulinier 19/05/2008 21:57


Je crois qu'il ne faut pas perdre ton sang-froid! Cet appel est réalisé dans un esprit UNITAIRE, ouvert le plus largement possible, y compris à toi et aux camarades de la Lcr, même majoritaires. Ce
n'est pas une fusée anti-NPA, mais un moyen de "construire un cadre permanent qui nous permette, ensemble, nationalement et localement, de réfléchir aux moyens d'une vraie réponse politique aux
attaques de la droite et du Medef (...)". Les militants de la Ligue  sont-ils prêts à ouvrir ce débat, "sans péalable sur les engagements des uns et des autres" dit
l'appel?

    Quant à dire que cet appel ne parle même plus d'antilibéralisme, Cela me rappelle le projet de ...NPAnticapitaliste ( rien sur l'antilibéralisme non plus!). Sauf que
l'appel que tu dénigres précise ses bases: "la refondation d'une politique d'émancipation", une volonté d'appeler "à l'affirmation d'une gauche enfin à gauche", pour "changer radicalement les
choses", pour une "gauche de transformation sociale et écologiste, qui ne doit pas s'accomoder d'un statu quo qui lui interdit d'espérer changer en profondeur la donne politique", face aux
"tendances au renoncement social-libéral, inspirées des exemples de MM Blair et Prodi"; N'est-ce pas une démarche d'essence antilibérale???

   Enfin, à propos de JC Gayssot, qui a été ministre du gouvernement de la gauche "plurielle", ce militant et cet élu a tiré des leçons des erreurs marquées de la stratégie du PCF
à l'époque. Il exprime une analyse actuelle qui n'est pas feinte et va bien dans le même sens que l'appel dont nous discutons. ET si besoin est, viens pour contrebalancer et discuter du projet
politique commun!

    Non, je crois sicérement que cet appel est une CHANCE A SAISIR, ENSEMBLE, pour construire une force large et qui compte!


Moulinier 18/05/2008 16:08

Si les "chances sont très faibles", raison de plus POUR REELLEMENT NOUS RASSEMBLER! Tel est le sens de l'appel national "L'alternative à gauche, construisons-la!", appel que j'ai signé et que je te propose de signer ef faire signer ... sans aucun préalable autre que de vouloir discuter ensemble!Oui, ensembles, "tous ensembles!" ...

Gilles Suze 16/05/2008 11:06


Les chances de réussir le pari du " Nouveau parti, anticapitaliste, écologiste… " sont en effet très faibles et la LCR en a pleinement conscience : mouvement ouvrier sur le déclin, mouvement social modestement mobilisé, hostilité quasi générale des autres " forces " de la gauche de gauche, hégémonie du social libéralisme sur la gauche plurielle, etc, et une droite qui prend chaque jour un peu plus conscience du boulevard qui lui est ouvert. D’une certaine façon le projet de la LCR est donc bien à contre courant. C’est dans ces moment là qu’une Ségolène Royal ou qu’un Bertrand Delanoë peuvent s’imposer. Henri Moulinier dit que si la " LCR et Olivier veulent vraiment créer un nouveau parti très largement ouvert, qu'ils le démontrent en appelant à la rencontre avec toutes les forces , courants et citoyens qui contestent le libéralisme économique ", mais c’est justement ce que fait la LCR et depuis longtemps. Le dialogue entre nous revient donc à un dialogue de sourds. Je l’ai dit et le répète la LCR ne cherche pas à s’élargir mais à construire une nouvelle force ouverte à tous les antilibéraux et anticapitalistes. La porte est ouverte et grande ouverte. Tout comme en 2007 au moment de la candidature commune, le seul obstacle au rassemblement que nous mettons en avant c’est que cette force doit être INDEPENDANTE du PS. Pour le reste tout est permis.

Gilles Suze 16/05/2008 10:34


Je cite : " Cela me fait d'ailleurs penser à la stratégie de François Mitterrand qui, à partir de 1974, a poussé les médias à promouvoir Le Pen, pour gêner la droite, et cela a marché bien longtemps, avant que Sarkozy ne récupère une grande partie de cet électorat radicalisé à droite. C'est peut-être pour cela que TF1 et son principal actionnaire, Bouygues, ont laissé Drucker [sic] promouvoir l'image "révolutionnaire" d'Olivier Besancenot? Avec lui, la "révolution" n'est pas pour demain, fut-elle nourrie du mythe trotskiste classique de l'espérance de la "grève générale" qui balaiera tout. " (H. Moulinier)Donc (je résume), Sarkozy assume la promotion de Besancenot. Passons sur ce réflexe " archéo-satlinien ", c’est peut-être ce que tu appelles un dialogue " constructif " dans l’un de tes commentaires. Mais quelques précisions historiques. Le " mythe de la " grève générale " n’est pas " trotskiste " mais " anarcho-syndicaliste " (Hervé, Sorel, etc…), repris après 1905 par R. Luxembourg et finalement par tout le mouvement communiste quand il était dirigé par des révolutionnaires. Après évidemment on a eu le droit au " il faut savoir terminer une grève " et autres joyeusetés du même ordre. Il n'empêche, comme je l’ai rappelé précédemment qu'une bonne partie des conquêtes sociales du siècle dernier (la réduction du temps de travail, les congés payés, la reconnaissance des sections syndicales dans l’entreprise…) ont été obtenues suite à des grèves… générales : 1936, 1968. Avec en outre, pour mai 68, des hausses de salaires de 20 à 30 %.
Mais dans l’immédiat il n’est pas question de grève générale. Loin s'en faut. D’ailleurs Sarkozy ne s’y trompe pas. Il a pris le pouls du mouvement social et il sait désormais qu’il peut y aller dans l’application de son plan. Sa réaction à la " mobilisation " des fonctionnaires (surtout dans l’enseignement), en témoigne. Il a en effet très bien compris que ces adversaires n’iront pas plus loin et qu’il peut donc tout se permettre.

H Moulinier 15/05/2008 19:02

Je reconnais bien volontiers mon erreur de chaîne de TV, mais cà ne change rien, chacun le sait bien, à la main-mise des puissances d'argent ET leurs représentants politiques actuels, qui agissent dans le même sens, pour la même politique de préservation et de renforcement de la domination de la grande bourgeoisie sur notre économie et notre société.Il me semble bien, d'ailleurs, qu'un vice-président du groupe des chaînes publiques, nommé après les élections présidentielles, venait du staff électoral du candidat Sarkozy? Donc acte pour l'erreur de chaîne, mais je persiste et signe pour l'analyse de la façon dont la bourgeoisie tente d'utiliser Olivier Besancenot et SA DEARCHE POLITIQUE qui, en définitive, par une stratégie esseulée ne gêne pas le droite. Il y a tendance, toutes proportioons gardées, à reproduire le schéma Mittérand/Front National à partir de 1984, pour faire pièce à la droite, tout en jouant aux apprentis sorciers, car il a fallu 20 ans pour "réduire" le FN, mais il a smé son venin. Olivier, lui, sème une bonne critique de la société capitaliste, mais coduit à une stratégie politique minoritaire, car ne cherchant pas à rassembler le plus largement possible les forces et les citoyens qui veulent une gauche bien à gauche.( voir mon article sur Olivier). Je regrette cette stratégie de la majorité de la LCR, qui est aussi critiquée par Christian Piquet et son courant "Unir" au sein de la Ligue. Il est vrai que la démarche "unitaire" de la Lcr ( de sa majorité actuelle) commence pas virer Christian Piquet de son statut de permanent politique, pour crime de lèse-majesté, lui qui justement met le doigt où ça fait mal et montre la dumplcité de l'orientation actuelle de la Lcr. J' espère que la LCR reviendra à des sentiments réellement unitaires. Je suis triste de penser qu'elle POURSUIT sa démarche de contestation de tout ce qui peut rassembler à la gauche du PS, à commencer par son refus, la Iére, de toiute candidature commune, unitaire des forces antilibérales lors des dernières présidentiellesSOYONS CLAIRS: la Lcr et Olivier veulent-ils vraiment créer un nouveau parti très largement ouvert? Qu'ils le démontre en appelant à la rencontre avec toutes les forces , courants et citoyens qui contestent le libéralisme économique!Sinon ce n'est qu'une manoeuvre de récupération de militants autour de la LCR. L'appel national"L'alternative à gauche, construisons-la!' est bien dans ce sens du débat ouvert à tous, donc ouvert à la LCR, sans aucun préalable! Ciche!!!Et amitiés militantes

Nicou 15/05/2008 17:07

C'est peut-être pour cela que TF1 et son principal actionnaire, Bouygues,  ont laissé Drucker promouvoir l'image "révolutionnaire" d'Olivier Besancenot? Henri Molinier a tout compris, sauf que l'émission s'est passée sur A2 et non sur TF1. Mais , c'est sur, il s'agissait d'une décision de Bouygues

Présentation

  • : Henri MOULINIER
  • Henri MOULINIER
  • : Espace de débat pour contribuer à l'élargissement du Front de gauche, la victoire de la gauche pour une réelle alternative au néolibéralisme et au capitalisme
  • Contact

Profil

  • henri Moulinier
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.

Recherche

Pages

Catégories