Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 17:39

  Joël Da Silva est un récent retraité de Gaz de France. Il fut délégué CGT/UFICT, administrateur national de G.D.F.. Il a beaucoup travaillé à l'échelle internationale sur les questions énergétiques, en particulier, en Amérique Latine. Il donne, dans l'article ci-dessous, des éléments d'information et de réflexion personnelle sur l'avenir énergétique.

 Cet avenir exige un vrai débat citoyen, alimenté par des informations accessibles au plus grand nombre, des approches contradictoires. Un tel débat pourrait/devrait se conclure par un référendum national.

 Faut-il "sortir du nucléaire"?

 Personnellement, je suis tenté par une réponse positive, surtout depuis la triste catastrophe japonaise.  Voir le site "Sortir du nucléaire": http://www.sortirdunucleaire.org/.

Mais est-ce si simple?    Les réflexions de Joël Da silva ci-dessous montrent que e ébat mérite d'avoir réellement lieu en France. Cest ce que propose le programme partagé du Front de gauche - Lire: programme populaire partage le programme populaire partagé du Front de Gauche: page 5

      "Nous proposons un débat public national immédiat sur la politique énergétique en France. Ce grand débat devra permettre la remise à plat des choix énergétiques et du nucléaire et penser l'alternative aux énergies fossiles et carbonées. Il devra être conduit de l'information jusqu'à la prise de décisions par les citoyens avec une ratification référendaire. Dans le domaine du nucléaire civil, l'ensemble des possibilités - dont la sortie du nucléaire ou le maintien d'un nucléaire sécurisé et public- sera alors tranché. (...)".

                                                 Henri Moulinier
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

QUELLE POLITIQUE ENERGETIQUE POUR LA FRANCE ? POUR  L’EUROPE ? POUR LE MONDE ? quelques modestes réflexions.

C’est bien un vaste sujet au contenu et contours vastes, complexes et contradictoires.

Certes il s’agit avant tout d’un choix de société et d’un mode de développement qui doivent répondre aux besoins de notre temps.

Satisfaire les besoins pour tous car l’énergie avec l’eau c’est aussi le droit à la vie.

En France, c’est apporter l’électricité dans chaque foyer quelle que soit la situation dégradée des familles à faibles ou très faibles ressources en raison de la crise.

Dans le monde, c’est trouver des solutions techniques mais aussi financières pour apporter où produire l’énergie pour les 2,5 milliards de personnes qui n’ont accès à aucune source hormis le bois de chauffe (avec les conséquences désastreuses sur la déforestation). C’est d’ailleurs souvent les mêmes qui n’ont pas accès à l’eau potable. Ces pénuries sont aussi la cause de la faim dans le monde et du décès quotidien de milliers d’enfants.

Les dégâts causés par les activités industrielles en général et dans le domaine énergétique en particulier frappe notre génération :

Les marées noires, l’explosion de la plateforme pétrolière dans le golfe du Mexique, Bhopal en Inde, les accidents nucléaires aux USA, à Tchernobyl, à Fukushima, mais aussi l’explosion de AZF et on pourrait citer bien d’autres accidents moins spectaculaires mais avec également des conséquences dramatiques. ( par exemple les explosions de gaz).

Les différentes formes de production

Naturellement, chaque mode de production pour satisfaire les besoins nécessaires, utiles, sans gaspillage, comporte des avantages et des inconvénients. Il s’agit donc d’assurer une diversification qui garantisse une certaine indépendance, qui soit économiquement et socialement acceptable et mise en œuvre dans les meilleures conditions de sécurité.

C’est ce qui avait prévalu après la seconde guerre mondiale : exercer ces activités à risque dans le cadre de services publics impliquant les citoyens et les salariés de ces secteurs sensibles dans lesquels la stricte rentabilité financière n’avait pas sa place surtout au détriment de la sécurité et des conditions de travail comme on le voit aujourd’hui.

C’est pourquoi, l’information et le contrôle des citoyens sont tout à fait indispensables, la transparence dans les choix et dans le déroulement des « process » est aussi incontournable.

Malheureusement ça n’a pas été le cas dans les dernières décennies et ça ne l’est encore moins aujourd’hui.

Deux ou trois éléments de la problématique

Dramatisation des risques, incohérences techniques, obscurantisme scientifiques, langage technocratique laissant les béotiens face à leurs doutes et angoisses.

Vous ne pouvez éviter dans les débats d’être classé « pro »  ceci ou « d’anti » cela, excluant toute position mesurée, réfléchie et constructive, tellement nécessaire pourtant.

Les deux sujets d’actualité sur le nucléaire et le gaz de schiste en sont des exemples frappants.

A propos du nucléaire civil

Opter, sous l’émotion bien légitime, de sortir du nucléaire (immédiatement pour certains, dans 25 ou 30 ans pour d’autres) relève, semble-t-il de cette réaction à l’emporte-pièce qui ne mesure pas toutes les conséquences que cela entrainerait :

Quels moyens de substitution immédiats ?  Les  conséquences sur l’emploi, sur l’environnement (CO2) sont quelques-uns des aspects non négligeables propres à satisfaire ou non les besoins nécessaires à la population, à l’industrie, au développement du pays.

Cette réflexion n’occulte en rien la plus grande exigence en matière de sûreté, de conditions d’exploitation, de transparence et de maitrise publique.

Le réchauffement de la planète et l’effet de serre dus à la surproduction de gaz carbonique (CO2) ont curieusement  disparu des préoccupations premières des médias et de la plupart des politiques au « profit » si j’ose dire de ces deux questions : sortir du nucléaire et interdire  « ad vitam aeternam » la recherche sur le gaz de schiste.

Au moment où l’Allemagne a fait le choix de sortir du nucléaire d’ici à 2022 on apprend que les émissions mondiales de CO2 sont de plus de 1,6 gigatonnes en 2010 soit le plus haut niveau jamais enregistré.

Comment ce pays va-t-il faire face à ses besoins en électricité sachant que ses centrales actuelles en couvrent 22% ?

Aujourd’hui elle a déjà recours à des importations massives notamment en provenance de France et d’origine nucléaire.

Les moyens de substitution telles les énergies renouvelables ne peuvent seules, en raison de leur intermittence, résoudre le problème pour assurer la continuité d’alimentation d’où la nécessité, pour l’Allemagne, de se doter de centrales au charbon et de se trouver en dépendance aggravée par rapport au gaz. L’augmentation prévisible des rejets de CO2 dans cette hypothèse serait de l’ordre de 20%.

Cet exemple très précis montre la complexité des problèmes et que les moratoires n’ont fait que supprimer les moyens de la recherche pour trouver de véritables solutions aux défis technologiques et environnementaux retardant ainsi de 20 ou 30 ans les réponses aux enjeux.

Au passage, le nucléaire militaire n’est jamais évoqué comme un danger potentiel mais j’en profite, pour vous indiquer que le budget militaire français en 2011 est proche de 42 milliards d’euros dans lequel la modernisation de la force nucléaire française prend une part importante.

(2,9 milliards d’euros pour le renouvellement des têtes, 10,4 mds pour la mise au point des missiles M51 d’ici à 2018, 17,2 mds nouvelle génération des sous-marins nucléaires lanceur d’engins.)

-Données de l’Assemblée Nationale projet loi de finances 2011-

A propos des gaz et huiles de schiste et de charbon

Sur cette question comme de la précédente il faut éviter les positions simplistes.

La production des gaz et des huiles de schiste, dans l’état actuel des techniques, n’est acceptable nulle part en France et dans le monde en raison de l’impact ( consommation démesurée d’eau et de produits chimiques très polluants).

A ce stade de la réflexion je m’en remets à l’analyse de la FNME CGT :

« La CGT considère que les craintes que font naitre les systèmes de production industrielle dans notre société capitaliste ont leur légitimité en particulier dans l’énergie.

Mais l’instrumentalisation de ces craintes pour refuser l’apport des sciences et des techniques, pour le progrès social dans la vie des gens est une malhonnêteté caractérisée.

Un aspect essentiel du débat réside dans la quantification des réserves. La phase d’exploration, qui n’utilise pas les mêmes techniques et n’a donc pas d’impact équivalent sur l’environnement est donc incontournable comme préalable au débat et le moratoire actuel sur l’exploration est injustifiable. »

Ces travaux de recherche comme sur toutes les autres énergies : solaire, éolien, biomasse, charbon et  nucléaire compris doivent être coordonnés et placés sous l’autorité des pouvoirs publics dans le cadre d’une filière de recherche publique.

Ces travaux doivent être soumis à l’examen et à l’autorisation du Parlement.

Ceci entre bien dans la conception d’un grand pôle public de l’énergie au niveau national et international.

Ces  quelques propos sont soumis à votre réflexion car, après tout, dans ce débat sur l’énergie les salariés actifs ou retraités du secteur ont aussi le droit et même le devoir de donner leur point de vue.

Un de mes amis dont vous avez le plaisir de lire l’excellente prose dans ce journal (AD) aime à citer des personnes illustres,  s’il le veut bien je reprendrai cette réflexion d’Albert Camus au lendemain de la seconde guerre mondiale : « Le monde est ce qu’il est, c'est-à-dire peu de chose…

Il va falloir choisir, dans un avenir plus ou moins proche, entre le suicide collectif ou l’utilisation intelligente des conquêtes scientifiques ».

JDS, Boucau, 64,  le Rond point, le 22 juin 2011.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Le point de vue de la CGT sur les questions énergétique:

4 pages - ENERGIE sept 2011 4 pages - ENERGIE sept 2011

 

 

Repost 0
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 20:32

En date du 30 mars

 

Les masses d’air contaminé par les rejets de la centrale nucléaire de FUKUSHIMA DAIICHI sont désormais présents sur une grande partie de la France.

Les analyses effectuées par notre laboratoire sur des prélèvements d’air du week-end attestent de la présence d’iode 131 dans l’air de la vallée du Rhône, d’Avignon au sud jusqu’à Péage de Roussillon au Nord (Sud de vienne).

Les niveaux restent heureusement très faibles mais la radioactivité se retrouve évidemment dans l’eau de pluie, voir à ce sujet le communiqué ci-joint.

Il n’y a pas d’inquiétude à avoir pour le moment mais les dépôts vont s’accumuler dans le temps (pendant au minimum 15 jours, probablement plus étant donné la situation au Japon).

Notre laboratoire va donc suivre l’évolution de très près.

 

 

Par ailleurs, quand une contamination est d’envergure planétaire, il est très important de pouvoir accéder à toutes les mesures disponibles de façon à anticiper au mieux les risques et les mesures à prendre. Aussi trouvons-nous scandaleux que les résultats de contrôle de l’activité de l’air soient confisqués par les Etats. Si vous partagez notre sentiment, merci d’imprimer, signer et faire signer autour de vous la pétition ci-jointe. Vous avez également la possibilité de la signer en ligne (voici le lien à diffuser autour de vous).

 

 

Pour suivre les infos de la Criirad sur Twitter, nous vous avions une adresse fausse, merci de noter la nouvelle adresse : https://twitter.com/criirad.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 "Biosphere": un blog a voir!

 

Notre blog sur l’actualité, rattaché au réseau de documentation biosphere, a bien entendu analysé les leçons que nous donnent Fukushima. Voici ci-dessous des liens vers le blog, et en pièce jointe la totalité des articles. A vous d’en faire le meilleur usage possible et à nous écrire si nécessaire.

pour nous écrire, biosphere@ouvaton.org

notre réseau de documentation biosphere

 

1/6) Fukushima, quand l’impossible est certain

Entre Three Mile Island et Tchernobyl, entre Charybde et Scylla, il faudra encore bien d’autres catastrophes « naturelles » pour que les humains sortent non seulement du nucléaire, mais aussi de la société thermo-industrielle !

2/6) Fukushima et l’impuissance des médias

Pourquoi Fukushima ne nous fera pas réagir vraiment ? A cause de la neutralité mal intentionnée des médias. Comme tout peut se dire et son contraire sur le nucléaire, le progrès technique, l’avenir de la consommation énergétique, le niveau de risques supportables… aucune vision nette de notre futur ne peut en résulter…

3/6) Fukushima et la bombe atomique

S’éclairer à la bombe atomique, ce n’est pas très raisonnable. Mais continuer à produire des armes nucléaires, c’est carrément de la folie furieuse. Sortir du nucléaire, c’est à la fois démanteler les centrales nucléaires et l’arsenal militaire. Mais la gauche écolo se polarise aujourd’hui sur le nucléaire civil et oublie que nous devrions tous être des objecteurs de conscience…

4/6) Fukushima, quelle démocratie ?

Une démocratie écologiquement compatible repose sur deux conditions nécessaires :

Il n’y a de durable que le local, y compris en matière de démocratie.

Il n’y a de démocratie durable que s’il y a des démocrates.

Fukushima n'est pas une énergie localisée. Fukushima avec ses déchets et ses ruines radioactives ne pense pas aux générations futures.

5/6) Fukushima, problème technique ou existentiel ?

Un tremblement de terre et un tsunami pourraient faire de Fukushima le révélateur du dépassement des limites de notre technologie. Car la vraie catastrophe, c’est le développement techno-indusriel, ce ne sont pas les soubresauts de la nature. C’est le point central à quoi tout le reste se ramène, qu’il s’agisse du nucléaire, des pollutions diverses, des 13 millions d’habitant entassés à Tokyo, etc. Refuser la société industrielle a un sens, refuser le nucléaire c’est libérer l’homme de la technique.

6/6) Après Fukshima, ce sera comme avant…

L’histoire est immobile, les sociétés humaines n’apprennent rien de leurs erreurs. La preuve, malgré notre cerveau, notre capacité d’empathie et notre possible compassion, le paradis n’a pas été institué sur Terre. La seconde guerre mondiale a succédé à la première guerre mondiale, Staline et Kadhafi suivent une longue lignée de dictateurs sanguinaires et Fukushima veut imiter Tchernobyl.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Repost 0
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 18:27

 

Le Parti de Gauche (membre du collectif unitaire qui appelle à manifester ce dimanche 20 mars -15h, voir au bas de la page) appelle à la sortie du nucléaire et demande la tenue d'un débat démocratique suivi d'un référendum et la mise en place de la planification écologique.

 

***

Face à la gravité de la situation, le Parti de Gauche a fait part dès le début de la tragédie de sa solidarité pleine et entière avec le peuple japonais et tient à saluer les travailleurs de la centrale de Fukushima qui mettent leur santé en danger en tentant d'éviter le pire.

 

Nous souhaitons également marquer notre souci, au nom de l'intérêt général de tous les peuples, d'engager un véritable débat, sérieux et argumenté, sur la sortie progressive du nucléaire et la nécessaire transition énergétique. Ce débat doit permettre de redonner la parole aux citoyen-ne-s en débouchant sur un référendum.

 

L'énergie n'est pas une marchandise comme les autres, mais un droit fondamental.

Aujourd'hui pétrole, nucléaire et désormais huiles et gaz de schiste aiguisent les appêtits du CAC 40, au mépris de la démocratie, de la sécurité des populations et de l'environnement. La privatisation de la filière nucléaire et la force de ses lobbies industriels ont fait de l'énergie un secteur marchand et capitaliste. Or le système capitaliste et sa recherche de profit sont incompatibles avec l'écologie et le bien commun.

 

La catastrophe que vit le Japon est aussi la preuve concrète du danger que fait courir la course au profit et au tout marché. Tchernobyl était la démonstration de l'échec du système bureaucratisé lié au modèle productiviste, Fukushima restera comme l'échec du système capitaliste et du modèle productiviste.

***

Pour toutes ces raisons, le Parti de Gauche est signataire de l'appel solennel commun au gouvernement, signé par de nombreuses organisations, associations, partis et syndicats, et sera présent au rassemblement de dimanche à 15h(*) devant l'Assemblée Nationale à Paris et dans différentes villes de France devant les préfectures.

 

Le Parti de Gauche appelle à la sortie du nucléaire par la planification écologique : économies d'énergie et développement des énergies renouvelables (éoliennes, solaire, géothermie…) et demande immédiatement :

 

-        la fermeture de la centrale de Fessenheim et de tous les réacteurs ayant atteint ou dépassé les 30 ans de fonctionnement

-        un audit public sur les risques sismiques et d'inondations liés aux centrales françaises et au centre de recherches nucléaires ITER à Cadarache

-        l'arrêt de tous les projets nucléaires de type EPR

-        un moratoire sur tous les centres de stockage des déchets nucléaires

-        l'organisation d'un grand débat public suivi d'un référendum portant sur la question de notre production énergétique, et d'un service public de l'énergie pour mettre en oeuvre la sortie progressive et maitrisée du nucléaire ainsi que la diminution du recours aux énergies fossiles

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

Information CRIIRAD:

Japon: "Radioactivité de l'air: les résultats enfin disponibles sont très inquiétants"

 °cliquez sur:CRIIRAD 17 3 2011 CRIIRAD 17 3 2011 -13h

 

Articles sur ce blog:

° Japon, après le séisme et le tsunami: savoir la vérité sur le danger nucléaire

° Attac Japon: notre plus grande tâche aujourd’hui pourrait être de redéfinir une façon de vivre sans détruire l’environnement.  

 °  Révélations - Nucléaire : EDF a(urait) falsifié des données sismiques...

 °  Sortir du nucléaire, pour tous les peuples du monde !

 

(*)A La Rochelle, comme partout en France

  Ce DIMANCHE 20 MARS - 15h

Rassemblement unitaire

Départ Préfecture de La Rochelle

(à l'appel d'un collectif unitaire)

Lien: TRACT-UNITAIRE TRACT-UNITAIRE  

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

Le point de vue de Pierre Laurent, Secrétaire national du PCF

"Chaque heure qui passe rend plus urgent un débat public national"

 

Au moment où une catastrophe nucléaire de grande ampleur se précise au Japon, je veux redire toute ma solidarité et le soutien des communistes français au peuple japonais. Cette situation doit être prise très au sérieux par les autorités françaises et d'importants moyens de secours et d'expertise doivent être mis au service des populations touchées par cette catastrophe.

Dans ce contexte, le PCF partage l'inquiétude des Françaises et des Français quant à leur propre sécurité et chaque heure qui passe rend plus urgent un débat public national sur la politique énergétique. Ce débat doit être sérieux et conséquent. La catastrophe au Japon ouvre en grand le débat sur le nucléaire et intervient alors même que le réchauffement climatique et la raréfaction des ressources fossiles nécessitent par ailleurs la sortie des énergies carbonées. C'est donc un débat d'ensemble qui doit avoir lieu et une mise à plat générale de nos choix énergétiques.

 

Je demande, au nom du PCF, l'organisation d'un grand débat public national qui contribue à fixer les conditions précises de la nécessaire évolution du mix énergétique pour garantir en France et à l'échelle mondiale le droit à l'énergie pour tous dans les décennies à venir. Le PCF souhaite d'ores et déjà contribuer à ce débat et organisera à son siège national une grande initiative le 29 mars prochain intitulée « Après la catastrophe nucléaire au Japon, quelle politique énergétique en France ? »

 

Pierre Laurent, Secrétaire national du PCF

Jeudi 17/3/11

Repost 0
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 08:09
Désastre au Japon : tremblement de terre, tsunami et explosion nucléaire


Au fil des heures qui passent, la réalité s’impose à nous. De nouveaux chiffres, toujours plus élevés, s’affichent sur l’écran, et je me dis que cela devait être la même terrible expérience pour nos amis au Pakistan et en Haïti, qui souffrent encore aujourd’hui du désastre naturel dont ils ont été victimes.

Hier, le gouverneur de Miyagi annonçait que le nombre de morts allaient dépasser les 10 000. Et aujourd’hui le réacteur No.3 à la centrale nucléaire de Fukushima a explosé, et voilà que le cœur du réacteur N° 2 est en fusion (à 2 heures du matin le 15 mars, heure locale). Il est évident que les réacteurs nucléaires de Fukushima sont hors contrôle.
http://www.bbc.co.uk/news/world-asia-pacific-12724953

Il y a quarante ans, nos aînés se sont battu contre la construction de centrales nucléaires : ils avaient compris le danger de telles centrales dans un pays sujet aux tremblements de terre. Malheureusement, ce qu’ils redoutaient vient de devenir réalité !

A l’époque, le gouvernement a exproprié les coopératives de pêcheurs et les communautés locales pour construire les centrales nucléaires. Il a détruit la source de subsistance de ces gens pour ces centrales, en affirmant que l’énergie nucléaire était sans danger.

Aujourd’hui, le gouvernement et la société d’électricité de Tokyo, TEPCO, répètent à l’envi qu’un tremblement de terre d’une amplitude inhabituelle a frappé le nord du Japon. Pourtant, Hiroaki Koide, professeur associé en recherches sur le nucléaire à l’université de Kyoto a déclaré : "Puisque le Japon est un des pays où les tremblements de terre sont les plus fréquents, il ne devrait jamais y avoir tremblement de terre imprévu si le gouvernement soutient le nucléaire." Beaucoup de citoyens ordinaires verront bien qui est responsable de l’accident.

Hier, la TEPCO a commence à opérer des coupures programmées à Tokyo et d’autres municipalités, elles continueront jusqu’à la fin avril, avec comme explication que l’accident nucléaire a provoqué une pénurie d’électricité. Beaucoup de trains vont être mis hors service. Hier moins de la moitié des lignes roulaient normalement.

Les magasins et les supermarchés de la zone métropolitaine n’ont pas suffisamment de nourriture pour les consommateurs. Le lait, l’eau, le poisson, le pain, le riz se font rares. Certains rayonnages sont vides. Les problèmes de distribution sont une explication. Des voies rapides sont bloquées et les camions ne peuvent arriver.

Les habitants de Tokyo ont pris l’habitude d’un certain confort. Nous pouvions facilement trouver n’importe quoi comme nourriture sans nous rendre compte des centaines de kilomètres parcourus. Nous ne nous souciions pas de qui l’avait produit et comment. Là, le tremblement de terre et la fusion au cœur des réacteurs nous rappellent combine la distribution est aléatoire et qu’il y a d’autres façons de vivre.

Comme la surproduction, la surconsommation et le gaspillage produisent des failles dans la planète, accompagnés qu’ils sont d’émissions de gaz à effet de serre et de destruction de la Terre Mère. Notre plus grande tâche aujourd’hui pourrait être de redéfinir une façon de vivre sans détruire l’environnement.

Quatre jours ont passé depuis la tragédie. Des informations alarmantes se suivent et se ressemblent. Nous n’avons pas encore de nouvelles de certains de nos proches dans des zones sinistrées. La contamination par radiation se répand. Il paraîtrait qu’elle atteint déjà Tokyo. Nous sommes enveloppés d’une angoisse invisible.
En solidarité, avec espoir et amour,

Yoko Akimoto
Secrétariat, ATTAC Japon


Repost 0
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 18:44

Révélations - Nucléaire :

EDF a (aurait)

falsifié des données sismiques

pour économiser sur la sûreté  

Les données sont accablantes
 pour 32 des 58 réacteurs français
    

 

"L'Observatoire du nucléaire révèle un véritable scandale : en 2003 (la situation est restée la même depuis), EDF a falsifié des données sismiques afin de s'éviter des travaux onéreux… et pourtant indispensables pour la sûreté des centrales nucléaires.

Par un courrier du 17 juin 2003, diffusé aujourd'hui par l'Observatoire du nucléaire, l'autorité de sûreté nucléaire (ASN) a couvert EDF en lui donnant raison contre l'avis des experts de l'IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire), tenus au silence. 

 

Les données sont accablantes et concernent 32 des 58 réacteurs français.

- Chinon (Indre et Loire) : EDF a baissé d'office la valeur de l'intensité des séismes de référence. Il s'agit là d'une falsification aussi incroyable que grossière.  

- Belleville (Cher) : EDF s'est autorisée à prendre comme référence un séisme datant de 1079 pour lequel il existe très peu de données, écartant le séisme de référence (de 1933) qui impliquait des mesures plus contraignantes.  

- Blayais (Gironde) : les chiffres d'EDF sont trois fois moins contraignants que ceux de l'IRSN. Or André-Claude Lacoste, directeur de l'Autorité de sûreté nucléaire donne raisons à EDF sans se justifier. Idem pour Saint-Laurent des Eaux (Loir-et-Cher)  

- Plus généralement, EDF a redéfini à sa manière les zones sismiques afin de ne pas avoir à tenir compte de certains séismes.  

- Les centrales de Dampierre (Loiret), Bugey (Ain), Fessenheim (Haut-Rhin), Civaux (Vienne), Saint-Alban (Isère), Golfech (Tarn-et-Garonne), Nogent (Aube) et Chooz (Ardennes) également mises en cause.

 

Ironie de l'Histoire

Au moment où cette affaire a été étouffée par l'Autorité de sûreté française (en 2003), 15 réacteurs nucléaires japonais étaient fermés administrativement suite à la falsification par l'électricien TEPCO (propriétaire des réacteurs actuellement en perdition à Fukushima) de documents concernant la sûreté. "

Documents et preuves sur : http://www.observatoire-du-nucleaire.org  

Repost 0
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 13:44

Japon

C'est d'abord un drame humain majeur: des (dizaines de) millers de morts, des villes et villages rasés, des entreprises rayées. Et  ds événements nucléaires inquiétants: qu'en est-il réellement? Les japonais, comme le monde entier, doivent savoir. Et cela nous interpelle sur notre politique énergétique en France (voir déclaration d'Attac)            HM

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 Information CRIIRAD au 17 mars - 13h

  Japon:

 " Radioactivité de l'air: les résultats enfin disponibles sont très inquiétants"  

CRIIRAD 17 3 2011 CRIIRAD 17 3 2011

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°  

Articles sur ce blog:

° Attac Japon: notre plus grande tâche aujourd’hui pourrait être de redéfinir une façon de vivre sans détruire l’environnement.  

 °  Révélations - Nucléaire : EDF a(urait) falsifié des données sismiques...

 °  Sortir du nucléaire, pour tous les peuples du monde !

 

(*)A La Rochelle, comme partout en France

  Ce DIMANCHE 20 MARS - 15h

Rassemblement unitaire

Départ Préfecture de La Rochelle

(à l'appel d'un collectif unitaire)

Lien: TRACT-UNITAIRE TRACT-UNITAIRE  

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Informations CRIIRAD au 12/3 - 15h

L'intensité du séisme aurait atteint 8,9 sur l'échelle de Richter, déclenchant des phénomènes de type tsunami. Il s'agirait du plus puissant tremblement de terre enregistré au Japon depuis 140 ans. Selon nos sources, l’arrêt automatique a concerné 14 des 54 réacteurs électronucléaires que compte l’archipel.  

Les premières informatios se voulaient rassurantes

 Les premières informations diffusées par l'AIEA (agence internationale de l'énergie nucléaire) et les exploitants des installations nucléaires japonaises proches de l'épicentre (côte nord-est) se voulaient très rassurantes. 

  • Le premier bulletin d’information émis par l’AIEA indiquait seulement que les 4 centrales nucléaires les plus proches de l'épicentre du séisme avaient été « arrêtées en toute sécurité ».  
  • La société Tohoku Electric Power Co. Inc. qui exploite les 3 réacteurs de la centrale nucléaire d'ONAGAWA (1 réacteur de 500 et 2 de 800 MWe) située dans la préfecture de Miyagi a affirmé que les 3 réacteurs s'étaient arrêtés automatiquement et n'a indiqué aucun problème.
  • La société Tokyo Electric Power Co (TEPCO) qui exploite les centrales nucléaires de FUKUSHIMA DAIICHI (6 réacteurs nucléaires de 439 à 1 067 MWe) et de FUKUSHIMA DAINI (4 réacteurs nucléaires de 1067 MWe) a elle aussi indiqué que tous les réacteurs s'étaient mis automatiquement à l'arrêt, ne mentionnant aucune difficulté.

 

En contradiction avec ce panorama rassurant :

1/ l'agence d'information Kiodo affirme qu'un incendie s'est déclenché sur le site nucléaire d’ONAGAWA.

2/ plusieurs communiqués (agences AP, Reuters…) font état d’un problème grave sur le réacteur n°1 de la centrale de FUKUSHIMA DAIICHI (connecté au réseau en 1970, d’une puissance nette de 440 MWe) : la défaillance du système de refroidissement. L’exploitant aurait constaté une baisse du niveau d’eau dans le circuit primaire du réacteur, un dispositif essentiel à la sûreté puisqu’il assure le refroidissement du cœur et empêche ainsi sa fusion. Rappelons que les dégagements de chaleur se poursuivent après l’arrêt du réacteur et qu'ils doivent être impérativement évacués. Cette situation aurait conduit le gouvernement japonais à déclarer la situation d’urgence nucléaire pour le site et à donner l’ordre de préparer l’évacuation de plus de 2 800 riverains de l’installation. Selon l’agence Reuters, la compagnie TEPCO « s’efforce de mettre en service son système électrique de secours pour assurer le remplissage » en eau.

Selon les autorités japonaises, aucune fuite radioactive n’aurait été décelée. Ceci devra être vérifié. L’expérience passée a montré qu’en matière de « transparence », le Japon ne faisait pas forcément mieux que la France.

 

Dans son second bulletin d’information, l’AIEA a indiqué qu’un second séisme (magnitude 6.5) a frappé la côte de Honshu, près de la centrale nucléaire de TOKAI.

 

La CRIIRAD suivra de près l’évolution de la situation.. Son laboratoire reste en état d’alerte à travers son réseau de surveillance de la radioactivité atmosphérique situé en Rhône-Alpes et à Avignon. Précisons que les prévisions météorologiques indiquent, pour les prochains jours des vents d’ouest sur le Japon. En cas de rejet radioactif accidentel, les masses d’air contaminées seraient d’abord entrainées vers l’océan Pacifique.

 

Les séismes peuvent avoir des conséquences dramatiques sur les installations nucléaires et en particulier les réacteurs nucléaires.  

 Si le Japon est habitué aux séismes, ses installations nucléaires ne sont pas dimensionnées pour résister à tous les séismes envisageables.

En 2007 par exemple, des séismes intervenus en mars et juillet avaient eu des conséquences sur plusieurs centrales de l’ouest du pays : débordement d’eau contaminée de la piscine d’entreposage de combustibles irradiés (centrale de Kashiwazaki Kariwa), débordement de réservoirs d’effluents radioactifs à la centrale de Shika. Actuellement (11 mars 2011) un incendie a lieu au niveau d’un bâtiment de la centrale d’Onagawa (nord-est du Japon) et les autorités ont déclenché l’évacuation des populations proches de la centrale de Fukushima Daiichi du fait d’une baisse du niveau d’eau dans les réacteurs.

La perte d’eau de refroidissement dans la cuve d’un réacteur nucléaire peut avoir des conséquences dramatiques. En effet, malgré l’arrêt automatique du réacteur, les assemblages de combustible ont une température très élevée et leur refroidissement doit être maintenu par circulation d’eau.

Dans le cas contraire, les assemblages de combustible peuvent fondre entraînant un relâchement massif de substances radioactives dans l’environnement comme ce fut le cas en 1979 à la centrale américaine de Three Mile Island (Etats-Unis). La fusion partielle du cœur est un des accidents les plus graves qui puisse intervenir sur une centrale nucléaire. Elle peut s’accompagner de réactions explosives du fait de l’accumulation d’hydrogène dans le cœur.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

Communiqué de la CRIIRAD - 14/3/2011  - 17h

 

La CRIIRAD dénonce la sous-évaluation de la gravité des accidents survenus sur la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi et le manque crucial d’information tant sur les quantités de radioactivité rejetées depuis vendredi que sur les niveaux de contamination de l’air. Faute de ces données, il est impossible de se prononcer sur les niveaux de risques radiologiques. Les rares chiffres disponibles empêchent en tout cas de qualifier les rejets de « mineurs » (niveau 4 dans l’échelle INES) ou de « faibles » (déclaration télévisée de Mme Kosciusko-Morizet dimanche matin).

 

Un classement prématuré

Samedi 12 mars, les autorités japonaises ont classé au niveau 4 de l’échelle INES l’accident survenu sur le réacteur n°1 de la centrale de Fukushima Daiichi alors que l’accident était encore – est toujours – en devenir et que plusieurs autres réacteurs étaient en situation d’urgence radiologique. Les opérateurs de la centrale sont toujours en train de s’exposer à des niveaux d’irradiation très élevés pour éviter que la défaillance des systèmes de refroidissement des réacteurs n°1, 2 et 3 ne se transforme en catastrophe nucléaire. Des mesures extrêmes ont été prises pour refroidir à tout prix les réacteurs (notamment l’injection d’eau de mer en dépit des risques associés).

Le classement au niveau 4 a été enregistré sans correctif par l’AIEA. A notre connaissance, à ce jour, aucune autorité de sûreté nucléaire ne l’a remis en question.

Rappelons que l’échelle dite INES (International Nuclear and radiological Event Scale) classe les accidents nucléaires en fonction de leurs conséquences dans le site et à l’extérieur du site. Concernant les conséquences à l’intérieur du site, le niveau 4 correspond à un  « endommagement important » du cœur ou des barrières radiologiques ; dès lors que l’endommagement est « grave », le classement passe aux niveaux 5, 6 ou 7 en fonction de l’importance des rejets de radioactivité à l’extérieur de l’installation, importance qui conditionne évidemment le niveau de risque d’exposition de la population :

-        Le niveau 4 correspond à un rejet mineur de radioactivité dans l’environnement ;

-        Le niveau 5 à un rejet limité susceptible d’entraîner l’application partielle de contre-mesures prévues ;

-        Le niveau 6 à un rejet important susceptible d’exiger l’application intégrale des contre-mesures prévues ;

-        Le niveau 7 à un rejet majeur avec effet considérable sur la santé et l’environnement :

 

A l’appui du classement au niveau 4 de l’échelle INES (endommagement important, mais pas grave, du cœur des réacteurs et rejets mineurs de radioactivité), ni les autorités japonaises, ni l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) n’ont publié de chiffres : ni sur l’ordre de grandeur des rejets, ni sur leur composition isotopique (nature et proportion des radionucléides présents qui déterminent la radiotoxicité des émissions radioactives) ni sur les niveaux de contamination de l’air à différentes distances de l’installation.

Tout aussi surprenantes sont les déclarations télévisées de la ministre de l’Ecologie qui a qualifié dimanche matin les rejets radioactifs de « faibles », alors même qu’elle reconnaissait ne disposer d’aucun chiffre. Cette qualification se fondait-elle sur l’évaluation des spécialistes de l’IRSN, de l’ASN et d’AREVA qu’elle avait réunis auparavant pour faire le point sur l’accident ? Il serait intéressant de savoir si la minimisation est imputable aux experts officiels (comme en 1986) ou à l’échelon politique.

Selon la CRIIRAD les rejets ne sont ni « mineurs », ni « faibles »

Sur la base des trop rares mesures disponibles, la CRIIRAD réfute formellement ce classement.

Samedi 12 mars, les débits de dose auraient en effet atteint 1,5 mSv/h (milllisievert par heure) aux abords immédiats de la centrale, avant de décroître après les opérations de décompression du réacteur, c’est-à-dire après le rejet de radioactivité dans l’atmosphère. Précisons qu’une valeur de 1,5 mSv par HEURE est de l’ordre de 10 000 fois supérieure au niveau ambiant normal et que la limite de dose réglementaire maximum admissible pour la population est de 1 mSv par AN (de 20 mSv/an pour les travailleurs). Ces niveaux d’irradiation indiquent que les rejets n’ont rien de « faibles » ou de « mineurs ». Une valeur de 100 µSv/h aurait été relevée dimanche par des journalistes à 2 km de l’installation. Si ce chiffre est avéré, il traduit la persistance et l’importance des rejets dans l’environnement.

Un terrible manque de transparence

Si les autorités affirment que les rejets sont mineurs ou faibles, elles doivent le justifier sur la base d’éléments chiffrés, objectifs et vérifiables.

La CRIIRAD demande que soient publiées les évaluations de la quantité totale de radioactivité rejetée par chacun des réacteurs accidentés ainsi que la composition isotopique des rejets. La CRIIRAD demande également la publication des niveaux de contamination de l’air : cartographie des activités volumiques (Bq/m3) pour les radionucléides clefs en fonction de la distance et du temps. Il importe de déterminer l’intensité et les déplacements des masses d’airs contaminées. Les informations disponibles suggèrent en effet que les rejets radioactifs de la centrale de Fukishima Daiichi ont atteint hier la centrale d’Onagawa située à 110-120 km au nord.

Evolutions météorologiques préoccupantes

Il importe de souligner que plusieurs services météorologiques ont annoncé dimanche que les conditions météorologiques - qui étaient plutôt favorables vendredi et samedi (vents d’ouest) – allaient s’inverser, avec des vents qui devraient désormais souffler vers l’intérieur des terres.

Des pluies seraient également annoncées ce qui conduit, en cas de contamination de l’air, à intensifier les dépôts au sol. Dans un communiqué du 13 mars, l’AIEA annonce au contraire que les vents souffleront vers le nord-est, éloignant les rejets radioactifs  des côtes japonaises. « In partnership with the World Meteorological Organization, the IAEA is providing its member states with weather forecasts for the affected areas in Japan. The latest predictions have indicated winds moving to the Northeast, away from Japanese coast over the next three days.” L’AIEA n’a pas modifié cette information dans ses communiqués les plus récents. S’agit-il d’une version modifiée de l’anticyclone censé protéger la France en 1986 ?

Ces incertitudes doivent absolument être levées. Pour assurer au mieux la protection de la population, ou plutôt pour limiter au maximum son exposition, il est essentiel de disposer d’informations fiables et en temps réel sur les activités rejetées, sur la vitesse et la direction des vents, sur l’évolution de l’activité de l’air et des dépôts au sol.

Si les informations sur les ordres de grandeur des activités, des concentrations et des doses ne sont pas publiées pendant la phase de crise, il y a fort à craindre qu’il sera très difficile d’établir après coup la réalité des niveaux d’exposition.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

  Communiqué CRIIRAD 15/3/11

 

Juste un petit message pour vous confirmer qu'il n'y a pas d'inquiétude à avoir, ni pour la France métropolitaine, ni pour la Polynésie française.

Si la situation devait se dégrader, nous vous en informerions aussitôt.  

Nous sommes en revanche toujours aussi inquiets pour la situation au Japon.

Alors qu’ils payent déjà un lourd tribut suite au séisme et au tsunami, les habitants des zones sinistrées vivent depuis plusieurs jours sous la menace d’une catastrophe nucléaire.  

De plus on ne sait presque rien des niveaux de radioactivité auxquels ils sont exposés  

Cliquez ici pour accéder au communiqué que nous avons mis en ligne (titres ci-dessous)

ü     

Centrale nucléaire de Fukushima Daiichi : les intervenants mettent leur santé en péril.

ü      Rejets radioactifs et contamination de l’air : toujours pas de données !

ü      L’augmentation des niveaux de rayonnements à 100 ou 200 km de la centrale nucléaire de Fukushima traduisent le passage des masses d’air contaminé  

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

  Attac France - 12 mars

L’effroi nucléaire s’ajoute au tsunami*

Le nombre de victimes du séisme et du tsunami qui frappent le Japon  n’est pas encore connu : il sera élevé, même si les constructions  anti-sismiques et la préparation de la population à de tels événements  ont pu limiter certains dégâts et ont empêché la panique. La force de la  vague a emporté les constructions humaines : c’est une catastrophe  naturelle, amplifiée par la concentration des populations. Malgré
l’immensité des pertes et destructions, ces effets-là du tsunami restent  à l’échelle de la pensée et de l'action humaines et des moyens à mettre  en œuvre pour secourir d’abord et reconstruire ensuite.

Il en est autrement de la catastrophe nucléaire en cours,

dont nous ne  connaissons encore ni l’intensité ni l’ampleur. Alors que les dangers  pour les populations sont déjà attestés, nous en sommes réduits à des  spéculations, à des commentaires répétitifs d’experts et de politiques  soucieux de ne pas rejouer la scène du nuage bloqué aux frontières, et  surtout aux aléas des combustibles nucléaires en fusion et de la météo.
Cela tient bien sûr à l'opacité propre à cette activité, du fait des intérêts économiques et stratégiques qui lui sont attachés. C’est  pourquoi les seuls résultats actuels de mesures de radioactivité, très  alarmants, sont fournis par des experts indépendants. Mais cela tient  aussi à l’impuissance à comprendre et maîtriser un processus  d’emballement que les techniciens, qui luttent avec l’énergie du  désespoir et avec les moyens du bord, ne contrôlent plus.

Cette catastrophe est le fruit de l’arrogance de pouvoirs qui pour des  motifs divers - économiques, politiques, scientifiques - ont imposé aux  populations des modèles énergétiques qui défient la raison humaine.

L'heure est à la solidarité, mais aussi à la colère et à la détermination
Face au désastre que vit le peuple japonais, l’heure est d’abord à  l’expression de la solidarité internationale sous toutes ses formes.  Mais l’heure est aussi à la colère et à la détermination.

Cela suffit !
Assez de ces discours autistes et irresponsables sur le thème « chez  nous ça n'arrivera jamais » ! Notre solidarité implique l’élargissement  et le renforcement des mouvements citoyens qui demandent un débat public  sur les choix énergétiques, la sortie du nucléaire et de ce modèle de  développement prédateur.

 Il faut entamer dès aujourd'hui une réduction  radicale des consommations énergétiques et la sortie définitive du nucléaire qui se révèle, une fois de plus, mortellement dangereux.

Attac France,
Paris, le 12 mars 2011
http://www.france.attac.org/spip.php?article12292

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

La position du Parti de gauche sur son site national

 

http://www.lepartidegauche.fr/editos/actualites/3561-rassemblement-de-sortir-du-nucleaire

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

Déclaration du PCF sur la catastrophe au Japon

 

Le Parti communiste français exprime toute sa solidarité au peuple japonais dans les terribles épreuves qu’il est train de traverser. Le tremblement de terre qui a secoué et continue de secouer le Japon a atteint une force inégalée. Les conséquences humaines et environnementales de ce nouveau cataclysme naturel sont dramatiques, et restent ce dimanche encore insoupçonnées.

Le nombre de pertes humaines atteint sans doute plus de dix mille victimes, des blessés en plus grand nombre encore, des milliers de maisons, d’entreprises et d’infrastructures détruites, un train entier disparu, et une petite ville de 10 000 habitants dont on est pratiquement encore aujourd’hui sans nouvelles car inaccessible aux équipes de secours.

Face à un tel drame humain, l’heure est d’abord à la solidarité.

 Celle des communistes français s’exprime avec la plus vive détermination. Nous vivons heure par heure l’évolution et nous sommes admiratifs face à l’attitude courageuse et responsable de peuple japonais. Une des toutes premières urgences est de porter secours aux populations, sauver les vies humaines, les protéger et les soigner. Nous nous félicitons que la solidarité internationale s’organise et que la France y contribue avec ses équipes spécialisées. Pour ce qui nous concerne nous entrons en contact avec les organisations progressistes japonaises notamment le Parti communistes japonais.

Il est encore impossible de mesurer l’ampleur des destructions environnementales produites par le tremblement de terre puis le tsunami. La vague de plus de 6m de haut a ravagé toutes les installations industrielles provoquant des incendies dans les raffineries. On ne peut mesurer l’étendue de pollutions de toutes sortes sur les écosystèmes côtiers et à l’intérieur des terres. On apprend qu’un volcan éteint depuis des décennies vient de se réactiver sans connaître ses effets sur les populations situées à proximité.

 

Enfin les graves accidents nucléaires qui se déroulent actuellement dans les centrales de Fukuschima Daiichi, Fukushima Daini voire maintenant de Onagawa renforcent notre inquiétude et nous font craindre un accident nucléaire s’ajoutant au cataclysme naturel

  Les autorités japonaises comme internationales (AIEA) estiment la situation très grave et craignent une catastrophe possible de très grande ampleur.

 Le Parti Communiste Français prend très au sérieux cette situation et reste attentif aux différentes informations de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) et de l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) sur la situation des centrales nucléaires japonaises dont la technologie BWR utilisée est différente de la technologie française. Les autorités japonaises doivent en tout état de cause faire preuve de toute la transparence utile et nécessaire quant à l’évolution de la situation dans ses centrales.

 

 Le PCF mesure l’inquiétude qui s’exprime au sein de la population française relative au nucléaire. C’est pourquoi nous demandons qu’un important dispositif d’information au public soit mis en place. Avec nos parlementaires, nous demandons l’audition publique et immédiate par les commissions ad hoc du Parlement de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) et de l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) sur la situation. Dans la foulée pourrait être créée une commission d’information ou d’enquête parlementaire afin d’évaluer en lien avec tous les organismes chargés de la sureté nucléaire compétents les risques éventuels que pourraient présenter les installations françaises.

Leurs conclusions devront être rendues publiques afin qu’un véritable débat puisse se développer à partir d’informations précises.

En effet bien des prises de positions actuelles nous semblent pour le moins prématurées.

 

 Le PCF réaffirme l’importance qu’il attache aux études de sûreté nucléaire et au contrôle stricte de celle-ci, en France et dans le monde

  L’acceptabilité sociale de la filière nucléaire nécessite que celle-ci reste plus que jamais dans le domaine public qui doit garantir la transparence, l’indépendance de l’expertise, la qualité de réalisation des installations et de leur exploitation (*). Les salariés qui travaillent dans le domaine y compris les sous traitants doivent avoir des garanties sociales de haut niveau.

 La France et son industrie nucléaire devront tenir compte des conclusions produites notamment par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) qui précisera les causes de ses accidents. Ils devront en retirer les enseignements susceptibles d’éclairer les conditions d’exploitation de la filière nucléaire dans notre pays.

 Parti communiste français

Paris, le 13 mars 2011.

 

(*) Je m'interroge sur cette "acceptabilité sociale de la filière nucléaire". Certes, il faut savoir ce qui se passe réellement, ne pas amalgamer les situations. Mais il n'en reste pas moins qu'il y a besoin d'un autre mode de production, de consommation plus économe d'énergie, de diversification des sources d'énergie et pourquoi pas d'une sortie progressive, maîtrisée de la filière nucléaire, sans céder à la peur panique, mais les yeux grands ouverts. Mais justement, il faut un débat citoyen, cartes sur tables. Non?      H.M.

 

  °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

Combien de catastrophes avant d'agir ?
La Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l'Homme appelle à un grand débat public sur la production et la consommation d'énergie
Le drame humain dû au séisme, au tsunami et aux accidents nucléaires qui touchent actuellement le Japon rappelle cruellement la fragilité de l'homme face au déchaînement des phénomènes naturels et à leurs conséquences collatérales. Face à la douleur du peuple japonais, nous ne pouvons qu'espérer que cette nouvelle catastrophe conduise les dirigeants et citoyens du monde à s'interroger sur notre modèle de développement et les choix énergétiques associés.

Entamer une mutation énergétique mondiale
Face à des technologies aux impacts lourds sur les hommes et leur environnement, que ce soit le nucléaire avec son lot d’accidents et de déchets, ou les énergies fossiles largement responsables du changement climatique, l’option la plus immédiate demeure la réduction des consommations d’énergie. Combien de catastrophes écologiques, sociales, environnementales – en un mot, combien de catastrophes humaines – devrons-nous encore subir avant d’entamer une mutation énergétique mondiale?

Cette tragédie doit nous conduire à nous interroger sur la question plus globale de notre modèle de développement toujours plus énergivore et des réponses que nous sommes capables de mettre en face. Nous ne disposons malheureusement pas aujourd’hui, dans le panel des technologies, de solutions durables en mesure de faire face aux besoins actuels. N’oublions pas que c’est bien parce que nos consommations sont toujours plus importantes que nous avons recours à des technologies à risque. La seule voie possible est donc bien de limiter nos consommations d’énergie et d’engager sur le long terme le développement des énergies renouvelables, afin de diversifier notre bouquet énergétique et minimiser les risques.

Impulser un réel débat sur l’énergie avec l’ensemble des parties-prenantes
Lors du Grenelle de l’Environnement, les ONG avaient accepté de ne pas discuter du nucléaire à la condition qu’ait lieu un grand débat sur la production et la consommation d’énergie en France (nucléaire, énergies fossiles, renouvelables). Ce débat n’a jamais eu lieu.

Les récents choix du gouvernement français, notamment sur les énergies renouvelables et principalement le photovoltaïque, révèlent l’absence d’une réelle vision en matière énergétique.

Comme annoncé par Nicolas Hulot sur France Inter dimanche 13 mars, la Fondation demande que ce débat sur l’énergie soit enfin lancé en France et porté au niveau internationalpar:
  • La conduite au niveau européen et mondial d’une vraie politique de l’efficacité énergétique, pour permettre un accès à tous à une énergie durable.
  • La mise en place d’une gouvernance mondiale de l’énergie, qui doit être impulsée par la France, présidente du G20, afin de mieux gérer les ressources et les risques.
  • Un débat public mobilisant l’ensemble des citoyens et des parties prenantes en France et en Europe.

Etes-vous favorable à un débat sur l'énergie ?



 

En savoir plus sur l'énergie :

 

Repost 0

Présentation

  • : Henri MOULINIER
  • Henri MOULINIER
  • : Espace de débat pour contribuer à l'élargissement du Front de gauche, la victoire de la gauche pour une réelle alternative au néolibéralisme et au capitalisme
  • Contact

Profil

  • henri Moulinier
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.

Recherche

Pages

Catégories