Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 décembre 2008 2 02 /12 /décembre /2008 07:52

 

LA DECLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME :                    

UN TEXTE VISIONNAIRE, LA LOI MORALE  POUR  L'HUMANITE...

 

Un siècle et demi après la Déclaration des Droits de l'homme et du Citoyen de 1789, l'Assemblée Générale de l'ONU votait la « Déclaration Universelle »,  le 10 décembre 1948, à Paris, cette capitale historique  des Droits de l'Homme.

° 48 pays l'adoptaient, mais certains s'abstenaient 

-        L'Arabie Saoudite n'acceptait pas l'affirmation de  « l'égalité des droits des hommes et des femmes ».

-        l'Afrique du Sud, sous le joug de l'apartheid,  rejetait l'égalité des noirs et des blancs, affirmée par l'article 2 : « Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamées, SANS DISTINCTION AUCUNE, NOTAMMENT DE RACE, DE COULEUR, de sexe, de langue, de religion, d'opinion politique, ... » 

-        D'autres, enfin, au nom de la « démocratie populaire », comme l'Union Soviétique de Staline,  refusaient cette universalité démocratique, où : « Chacun peut se prévaloir de TOUS LES DROITS et de TOUTES LES LIBERTES proclamés dans la Déclaration (...) ». Car, dit-elle: « Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne » ;  «  Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ou exilé ». 

  Chacun peut mesurer, aujourd'hui,  la  force visionnaire de cette Déclaration,

 adoptée au lendemain d'une période des 2 grandes guerres mondiales,  de leurs cortèges de morts, de l'holocauste, mais aussi des crimes staliniens  et de la férule coloniale.

C'est cette « méconnaissance » et « ce mépris des droits de l'Homme, dit la Déclaration,  qui ont conduit, à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l'Humanité » ; « l'avénement  d 'un monde où les êtres humains seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la misère, a été proclamé comme la plus haute aspiration de l'homme ». 

Cette déclaration  fut longuement travaillée par une commission présidée par Eleanor ROOSEVELT.

 René CASSIN en a été la cheville ouvrière. Je veux, non sans émotion, évoquer sa mémoire

 Né en Lorraine, de parents juifs, il fut professeur à la prestigieuse  Sorbonne.   Le 19 juin 1940, il partait rejoindre Charles de Gaulle à Londres.

Vice- Président du Conseil d' Etat à la Libération, Il représente la France à l'ONU, siège à sa Commission des Droits de l'Homme. Il fut le principal initiateur et rédacteur de la Déclaration Universelle. Il présida  la Cour européenne des Droits de l'Homme. Il reçut, pour son œuvre,  le Prix Nobel de la Paix en 1968. 

Ce fut un Homme visionnaire !

Depuis :

-         Partout dans le monde, la déclaration a inspiré des centaines de lois et  conventions internationales, comme celle de 1984 interdisant la torture

-        L'apartheid est tombé en Afrique du Sud, non sans luttes et sans larmes.    Le nom de Nelson Mandela restera gravé dans nos mémoires.

-        Une vague de décolonisation a porté à 192  le nombre d'Etats indépendants, reconnu par les Nations Unis.

-        A l'Est, le mur  a été détruit! Le monde où vivait Alexandre Soljenitsyne s'est ouvert

-        Aux Etat- Unis, pays de l'assassinat de Martin Luther King, un homme, noir, vient d'être élu Président.

-        Quel symbole !       

Oui, la déclaration de 1948 adoptée par l'ONU est un texte visionnaire par sa portée « universelle » : 

1-    Universelle, la Déclaration l'est,  en premier lieu, par sa dimension globale,  profondément  humaine. 

Au-delà des Droits politiques reconnus par la Déclaration de 1789, elle prend  en compte  toutes les dimensions de la vie: les  droits économiques, sociaux et culturels, les droits des femmes et des familles.

       « Les peuples des Nations Unies », affirme la Déclaration, ont exprimé  leur « foi dans les droits fondamentaux de l'homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l'égalité des droits des hommes et des femmes ».

Ils se « déclarés résolus à favoriser le progrès social et à instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande » :

 « droit à la sécurité sociale »,   « droit au travail », « à des conditions équitables et satisfaisantes de travail », « à la protection contre le chômage » ( surtout en ces temps de crise !), « droit à un salaire égal pour un travail égal »,  « droit au repos et au loisir » (oserais-je dire : droit au repos dominical !) - « droit à un niveau de vie suffisant », «  à l'éducation » « qui doit être gratuite », ... 

 Permettez-moi de plaider pour  5 de ces droits fondamentaux : 

-         D'abord la reconnaissance des droits des femmes

          « A partir de l'âge nubile, dit l'article 16, l'homme et la femme, sans aucune restriction quand à la race, la nationalité ou la religion, ont le droit de se marier et de fonder une famille. Ils ont des droits égaux au regard du mariage et lors de sa dissolution ».

 Cette égalité a  cheminé dans le monde. Elle est loin d'être respectée partout, au nom de conceptions profondément rétrogrades qui perdurent, considèrent les femmes comme des êtres Inférieurs. Ainsi l'Afghanistan, pays où l'armée de la France intervient : la charia y fait toujours loi officielle!

Et que dire du respect de l'article 23 : « Un salaire égal, pour un travail égal » ? En France, les  femmes gagnent  37% de moins que les hommes pour un même travail.

Et je ne peux taire les violences qu'elles subissent !  Tous les 3 jours, en France, 1 femme meurt sous les coups de son compagnon.  En 1999, 1  femme sur 10 avait été victime de violences conjugales ;  48 000 ont été victimes de viols.        

-        C'est aussi la question des libertés et  la démocratie

 « La volonté du peuple est le fondement de l'autorité des pouvoirs publics » affirme la Déclaration.

Mais le rapport de la Ligue des Droits de l'Homme sur « L'état des droits de l'homme en France  en 2008 «  dénonce « Une démocratie asphyxiée »  « que provoque le présidentialisme de Nicolas  Sarkozy, auquel ne résiste aucune institution » : tentatives de fichage de masse, volonté de contrôler l'audio visuel public, mise en cause de l'indépendance de l'AFP, de la Justice ; démantèlement du potentiel humain de l'Education Nationale, expulsions systématiques de sans-papiers, allant jusqu'à kidnapper des enfants assis sur le banc de leur école... 

Heureusement,  des résistances se font jour : des centaines de magistrats ont exprimé leur profond malaise ;  le Fichier Edwige a soulevé une vague de protestation, contraignant le gouvernement à le retirer. 

-        Mais plus que jamais nous interpelle la question sociale.

  La ségrégation sociale frappe  l'école,  l'emploi, le logement, les revenus, la santé, les quartiers.  Avec la Ligue des Droits de l'Homme, j'affirme qu'« il n'y a pas d'avenir vivant pour une démocratie hors de l'attention portée à ces préoccupations récurrentes des citoyens ». Oui, il nous faut«  refonder le contrat social pour rendre le pouvoir aux citoyens de la République »

      -        Je ne peux, enfin, oublier  la laïcité.

: « Toute personne a droit à la liberté de penser, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de la manifester (...)» affirme l'article 18. 

En France, la loi  du 9 décembre 1905 a favorisé 103 ans  de paix sociale,  en garantissant cette « liberté de conscience ». Elle s'en est  donnée les moyens en instituant la « séparation des Eglises et de l'Etat ». 

La Cour européenne des Droits de l'Homme, le 4 décembre dernier, a conforte cette laïcité, rejetant  un recours de 2 jeunes femmes françaises, de confession musulmane,  exclues de leur collège en 1999 pour avoir refusé d'enlever leur foulard pendant les cours de sport. La Cour européenne n'a pas condamné leur religion, mais « leur refus de se conformer aux règles appliquées dans l'enceinte scolaire », qui, je cite, avait «  pour finalité de préserver la laïcité au sein de l'établissement ».

Oui, la laïcité est  garante de la paix sociale. Sa force universelle ne devrait -elle pas inspirer les Etats,  alors que trop de conflits prennent une dimension d'intolérances religieuses !

      -        Je veux, pour finir,  plaider la prise en compte du droit à une planète durable,  face aux graves dangers écologiques qui menacent sa survie.  Puissent les Etats-Unis, et son nouveau  Président,  répondre, enfin, à cette urgence universelle vitale. 

° Car  Universelle,  cette Déclaration l'est aussi par sa dimension internationale. 

Son préambule « proclame la présente déclaration Universelle (...) comme l'idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations » ;  

Il affirme que  « la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde » 

Mais il reste beaucoup à faire ! 

Le Président Jacques Chirac, lors du 50e anniversaire de la Déclaration,  appelait « à mesurer le chemin parcouru », et à prendre  « conscience de celui qui reste à parcourir ». « Nombreuses, disait-il,  sont les populations vulnérables qui requièrent une protection particulière »  « Parce que l'oppression est souvent liée à la misère, nous devons nous mobiliser pour préserver une aide publique au développement indispensable au décollage des pays les plus pauvres » 

Phrase terrible, 10 ans après !

°Selon la FAO, la faim s'étend à nouveau dans le monde. Elle asservit  963 millions d'êtres humains.

° Et 2 milliards 600 millions d'êtres humains, selon l'ONU,  n'ont toujours pas de toilettes adéquates, provoquant maladies et mort, chaque semaine, de 42 000 personnes dans le monde,  la moitié de la population rochelaise ! 

  En cette année 2008, décrétée année de « l'assainissement » par  l'ONU,  il suffirait de 10 milliards de $ par an, pendant 10 ou 20 ans,  pour éradiquer ce fléau. Moins de 10% des dépenses militaires mondiales annuelles qui, elles, prospèrent!

L'Aide au Développement  reste trop faible,   2 fois et demie moindre que l'  impôt volé aux Etats du monde par la fuite de plus de 8 800 milliards de dollars vers les  paradis fiscaux (et   judiciaires). Il est vrai que leur nombre,  en 40 ans, est passé de 25 à 72 ! 

Face à ce véritable scandale de la misère de milliards d'êtres humains,

Allons-nous nous saisir de cet article 25 de la Déclaration qui affirme que «  Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien être et ceux de sa famille, (...) » ?

Oui, Mesdames et Messieurs, 

 Cette Déclaration Universelle est bien un texte visionnaire. Elle est, plus que jamais,  la loi morale de l'Humanité, la référence pour notre combat pour les Droits fondamentaux des êtres humains.

 Il y va de « la dignité de tous les membres de la famille humaine », de leur vie sur cette Terre ! 

                                                         Henri Moulinier - Concours d'éloquence

                                                                  La Rochelle - 13/12/08

 

   °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Une analyse de Jean Ziegler 

La campagne entretenue, dans nos pays, autour des Droits de l'Homme n'est  qu'une machine de guerre idéologique, utilisée à des fins politiques pour calomnier les pays, qui refusent de se plier aux oukases de la Banque mondiale et du FMI. 
Car qui pourrait prétendre que les droits de l'Homme sont respectés, à l'échelle mondiale, quand "toutes les cinq secondes, un enfant de moins de dix ans meurt de faim, quand 100.000 personnes subissent le même sort chaque jour, que 923 millions d'êtres humains, plus d'un homme sur dix, sont en permanence sous-alimentés"?
Et ce massacre quotidien s'intensifie. Il n'est pas le résultat de catastrophes naturelles auxquelles "on ne peut rien". Ce massacre est le fruit d'une politique élaborée par des gouvernements ou des institutions qui appliquent les orientations des transnationales et des puissances financières.  Ainsi, "Nicolas Sarkozy a réduit massivement les aides publiques au développement. En Afrique, les projets sont suspendus".

 

Qui pourrait prétendre que les Droits de l'Homme sont respectés à l'échelle mondiale

 

"L'ONU a identifié huit tragédies à éliminer priotairement (...)d'ici 2015". Quatre d'entre elles - éradiquer l'extrême pauvreté et la faim, assurer à tous les enfants en âge scolaire un enseignement de base, réduire la mortalité infantile, combattre le sida, la malaria et d'autres épidémies - concernent la santé physique et morale des populations laissées pour compte du développement capitaliste.
Au total, "ces objectifs ont été chiffrés à 85 milliards de dollars annuels sur cinq ans".
Jean Ziegler*, membre consultatif du conseil des droits de l'homme de l'ONU, dont nous avons tiré ces citations, ajoute :

"Depuis 2000, l'Occident dit qu'il n'a pas d'argent. Or, le 12 octobre à l'Elysée, en trois heures et demie, les 27 pays de l'Union européenne ont libéré 1700 milliards d'euros pour le crédit interbancaire et pour augmenter le capital propre des banques de 3% à 5%. Pour éradiquer les huit tragédies qui frappent le tiers-monde, IL SUFFIRAIT DE 1% DE CES 1700 MILLIARDS. Cet ordre du monde n'est pas seulement meurtrier, il est absurde".

Citant le philosophe Régis Debray, Jean Ziegler ajoute, parlant des dirigeants occidentaux :
"Ils ont enlevé le casque mais, en dessous, leur tête est restée coloniale".

Et de rappeler :
"Depuis cinq ans ans, les Blancs, qui ne représentent que 13% de la population de la planète, ont dominé le monde à travers des systèmes d'oppression successifs : le génocide des Indiens avec la conquête de l'Amérique, le commerce triangulaire des puissances esclavagistes pour le pillage des essources premières, la déportation de 400 millions d'Africains, puis l'occupation coloniale et ses massacres et, finalement l'ordre du monde du capitalisme mondialisé".

Aujourd'hui, la crise que ce système développe dans son sein, apporte une misère supplémentaire dans le monde entier, y compris en Europe comme aux Etats-Unis. Et pourtant, les responsables - et les bénéficiaires -  de cet état de chose, nous chantent sur tous les tons,  l'amour qu'ils porteraient aux "Droits de l'Homme". Ils s'en font une arme de guerre à l'encontre des peuples et des Etats récalcitrants à leur "ordre". La Chine, dont le régime a éliminé les famines et les épidémies, est rappelée à l'application de cet ordre. Elle est désignée à l'opprobre universel pour n'avoir pas une justice façon Rachida Dati et une presse dépendante de Martin Bouygues et de Vincent Bolloré. Les pays d'Afrique, ceux dont les dirigeants ne sont pas désignés par Françafrique, Wall Street ou la City, sont tancés pour carrence démocratique et menacés "d'ingérence humanitaire".

Telle est la morale de la campagne permanente développée par la "Propaganda" du Capital, qui tend à faire de ses tares originelles, le brévaire imposé aux peuples soumis à ses lois.

* Jean Ziegler fut aussi "rapporteur spécial des Nations unies pour le droit à l'alimentation". Son dernier livre, "La haine de l'Occident", est un réquisitoire contre "le capitalisme globalisé et l'odre cannibale qu'il impose à la planète".

 

Partager cet article

Repost 0
Published by henri Moulinier - dans Défendre nos libertés
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Henri MOULINIER
  • Henri MOULINIER
  • : Espace de débat pour contribuer à l'élargissement du Front de gauche, la victoire de la gauche pour une réelle alternative au néolibéralisme et au capitalisme
  • Contact

Profil

  • henri Moulinier
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Acteur du Front de gauche. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Acteur du Front de gauche. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.

Recherche

Pages

Catégories