Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2008 5 07 /11 /novembre /2008 12:59

Cette démarche de militants socialistes de gauche me semble aller dans le sens de l'Appel à Gauche initié par Politis ( voir déclaration finale de la rencontre nationale du 11 octobre + communiqué de Politis)

. Si tel est le cas, j'en suis! Affaire à suivre

(Ajout au 13/11/08). Je salue  la démarche courageuse de JL Mélanchon et M Dolez. Il apparait clairement que les 2 premières motions qui captent une majorité des votants au sein du PS, à commencer par celle de Ségolène Royal, mais aussi celle du Maire de Paris,  sont sur une perspective très affadie, "démocrate", tournant le dos à une réelle démarche de gauche. Quant à celle de Martine Aubry, c'est un assemblage très composite. La motion de la "gauche" du Ps, avec Léo Hamon, ne fait que 19%, moitié moins que ce que toutes les sensibilités de cette gauche du PS faisaient dans les votes pour les congrès socialistes précedants .

  "On mesure l'ampleur du désastre" avec ce vote au sein du PS

   Telle est l'analyse de Denis Sieffert, dans son édito de ce Jeudi 13/11/08 de Politis. Je la partage et de ce fait je comprend la décision de JL Mélanchon et de Marc Dolez de ne pas cautionner ce glissement centriste du PS. De ce point de vue, Lèo Hamon est "condamné à cuisiner une alliance indigeste avec l'une des 3 listes précédantes" dit encore Denis Sieffert

Mais n'y a-t-il pas le risque d'un certain "unilatéralisme"?

    C'est la question que je me pose et c'est en ces termes que Denis Sieffert s'interroge. J'ai spontanément signé l'appel de soutien à la démarche de JL Mélanchon et M Dolez, sur leur site "http://www.casuffitcommeca.fr"

   Mais le premier Email reçu après cette signature se conclut par ces mots: "Nous allons créer une lettre d'information par internet qui nous permettra de rester en contact permanent. Dans les prochaines heures, nous aurons établi le calendrietr de fondation du nouveau parti. Celui-ci vous sera immédiatement envoyé." ( message du 11/11/08)

  Démarche unilatérale outour de nos deux amis? Je la ressent comme tel, alors que Marc Dolez est signataire de l'Appel à Gauche de Politis. Denis Sieffert se pose la même question dans l'Edito de ce Politis de ce 13/11: " Ce qui nous conduit à nous ionterroger, c'est, disons, le risque d'un certain "unilatéralisme". (...°

Car , de 2 choses l'une: ou l'on accentue l'émiettement politique à gauche, en créant, comme la LCR avec le NPA, un nouveau parti autour de JL Melanchon et Marc Dolez, ou bien nous travaillons ensemble, nous réflechissons ensemble, pour dégager des convergeances, et construire un cadre politique commun. 

Aller vite c'est nécessaire. Mais brûler les étapes et faire seul serait, de mon point de vue, une erreur

       Pour moi, c'est la 2e hypothèse qui anime ma réflexion et ma démarche. Est-ce la même chose pour Jean Luc Mélanchon? Aller vite c'est nécessaire. Brûler les étapes et faire seul serait, de mon point de vue, une erreur. Mais je suis ouvert et confiant, comme beaucoup, car il faut avancer, se rassembler, pour faire bouger les choses.

      Et je partage plus que jamais l'idée de constituer un "Front des forces de gauche"" pour les élections européennes de Juin 2009

                                                                  H Moulinier

Ci-dessous, des éléments de réflexion:

- Communiqué de JL Mélanchon et M Dolez lors de leur démission du PS

        + un commentaire sur Die Linke en Allemagne, en annexe

- Le point sur les soutien à leur démarche ( 15/11/08)

- Le point de vue de Samuel Josua, au nom de la LCR ( Rouge - 12/11/08)

- Eléments d'information sur le nouveau Parti de Gauche

- Un autre projet de fédération à gauche

 

 ================================================================================

Communiqué de Jean-Luc Mélenchon et Marc Dole

Ca suffit comme ça !

Le résultat du vote au parti socialiste est connu. Les trois motions issues de la majorité sortante du Parti arrivent en tête. Elles obtiennent 80% des suffrages. Et la motion de Ségolène Royal l’emporte avec sa proposition d’alliance au centre. Ainsi, les orientations qui dominent la social-démocratie européenne l’ont emporté alors qu’elles conduisent partout à l’échec. Elles avalisent l’Europe du traité de Lisbonne, les alliances changeantes, l’abstention face à la droite, et refusent de mettre en cause le capitalisme. Ce résultat est sans ambiguïté. Le score respectable de la gauche du parti n’y change rien malheureusement.

Pour nous, ça suffit comme ça !

Nous refusons de nous renier en participant à des complots et des combinaisons tactiques. Car quelles que soient les arrangements qui sortiront du Congrès de Reims, la future direction du PS appliquera l’orientation majoritaire en particulier quand viendront les prochaines élections européennes. Il faudrait alors accepter ce que nous refusons depuis toujours : le traité de Lisbonne et le Manifeste commun avec les partis sociaux démocrates qui gouvernent avec la droite dans leur pays. Non ! Pour nous, ça suffit comme ça !

Nous prenons nos responsabilités. Dans la crise du capitalisme, notre pays a besoin d’une autre voix à gauche. Nous voulons lui être utiles. Nous voulons reprendre linitiative, formuler une alternative, faire reculer et battre Sarkozy. Par fidélité à nos engagements, nous prenons donc notre indépendance daction. Nous quittons le Parti socialiste. Nous allons porter publiquement notre conception du combat républicain et socialiste, sans concession face à la droite, au capitalisme et leur irresponsabilité destructrice contre la société humaine et l’écosystème. Nous allons la proposer au suffrage universel. Ainsi que nous l’a montré en Allemagne Oskar Lafontaine avec Die Linke (1),

  - nous décidons d’engager avec tous ceux qui partagent ces orientations la construction d’un nouveau parti de gauche

  - et nous appelons à la constitution d’un front de forces de gauche pour les élections européennes. Nous savons qu’une énergie immense dans notre peuple est disponible pour le changement. Il faut aller de l’avant.


Jean-Luc Mélenchon, sénateur de l’Essonne
Marc Dolez, député du Nord

    (1)Commentaire de F Dielhmann à propos de l'exemple allemand de Die Linke dont J L Mélanchon dit s'inspirer dans sa démarche et de celle d'Oscar Lafontaine, un point de vue d'une militante qui connait bien l'Allemagne et Die Linke:


     (..) pour ce qui est de DIE LINKE: soyons clairs, Le parti à l'Ouest, la WASG, est né en 2004, en tant qu'association, regroupant d'ex-membres du SPD, des syndicalistes et des associatifs. Les syndicalistes en étant une importante composante, par opposition à ce qui se passe en France. Oskar Lafontaine n'était pas dès le début, le leader de ce processus, ce n'est pas lui qui a créé la WASG en 2004 surtout qu'il était encore membre du SPD à cette époque. Ce fut une démarche collective. De plus, la WASG a été créée suite au plan de démantèlement social d'un gouvernement social-démocrate rose-vert, ce qui n'est pas le cas en France. La WASG aurait-elle existé s'il y avait eu à cette époque un gouvernement conservateur?


   Puis, la WASG s'est transformé en parti au début de l'année 2005. Ce n'est qu'en mai qu'Oskar Lafontaine a quitté le SPD, pour conduire une liste de la WASG à des élections régionales où les résultats ont été très décevants.


   Tout s'est précipité pour les élections législatives de l'automne 2005. Oskar Lafontaine s'est vraiment engagé au moment où en parallèle des listes communes avec le PDS pour les législatives ont eu lieu et que le processus de fusion avec le PDS était lancé. Tout cela pour dire, que ce n'est pas une personne, Oskar Lafontaine, qui a créé son parti, à l'inverse de Jean-Luc Mélenchon. Je ne m'étendrai pas plus loin sur l'initiative de jean-Luc Mélenchon


Bien à vous

Françoise Dielhmann 13/11/08


+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

                 

                         Création du Parti de Gauche

 

                            Par Jean-Luc Mélenchon et Marc Dolez  (15/11/08)

Nous nous réjouissons du mouvement de soutien qui s’exprime déjà envers notre démarche, aussi bien depuis les rangs socialistes que l’ensemble de la gauche, en à peine 3 jours. Nous avons déjà enregistré plus de 3 500 soutiens sur le modeste site www.casuffitcommeca.fr que nous avions ouvert vendredi 7 novembre.

Ces soutiens montrent l’immense énergie disponible dans notre pays pour changer la gauche, affronter la droite et ouvrir une alternative au capitalisme de notre époque. C’est pourquoi nous annonçons la fondation du « Parti de Gauche » avec tous ceux qui partagent ces orientations.


D’ores et déjà Claude Debons, cheville ouvrière des collectifs contre la Constitution européenne participe à notre démarche. Eric Coquerel est également en train de la rejoindre avec ses amis du MARS - Gauche républicaine. Ce n’est qu’un début. D’autres noms seront annoncés dans les jours qui viennent.

Nous voulons que le « Parti de Gauche » soit un parti unitaire à gauche. Nous voulons en faire un trait d’union au service de la constitution d’un front de forces de gauche pour les élections européennes, sur une ligne claire de refus du Traité de Lisbonne et de construction d’une autre Europe. Dans ce but nous avons d’ores demandé à rencontrer notamment le PCF et le NPA.

Nous voulons aussi que le « Parti de Gauche » soit un parti gouvernemental capable, avec d’autres, d’entraîner la société au service d’un projet majoritaire pour changer la vie du plus grand nombre dans notre pays. Le PG sera enfin un parti résolument républicain, défendant sans concession la souveraineté du peuple, la laïcité des institutions et de la société et l’intérêt général contre le productivisme face à la crise écologique.

Nous avons dit que nous mettions nos pas dans ceux d’Oskar Lafontaine. Ce dernier sera présent lors du lancement du « Parti de Gauche », samedi 29 novembre, dans un grand meeting
 
en région parisienne.


 

L'appel à rejoindre le "parti de gauche"

                         ( voir site "www.lepartidegauche.fr )

 

Nous soutenons l’appel à la construction d’un nouveau parti de gauche lancé par Jean-Luc Mélenchon et Marc Dolez. En effet nous ne trouvons pas notre compte avec la gauche telle qu’elle est aujourd’hui. La crise du capitalisme éclate sous nos yeux. Mais la gauche n’apparaît pas comme une alternative. Elle échoue à s’opposer efficacement à la droite. Elle y renonce même parfois ! Dans plusieurs pays européens, les partis majoritaires à gauche gouvernent avec la droite. Nous ne voulons pas perdre notre temps et notre énergie à attendre qu’ils se ressaisissent. C’est maintenant qu’il faut agir pour un nouvel horizon pour le futur de l’Humanité. Rien de moins.

C’est pourquoi la construction de ce nouveau parti de gauche est une bonne nouvelle. Tourner la page du capitalisme quand il nous replonge dans les débâcles qui ont déjà fait les désastres du passé, c’est si difficile. Mais c’est l’urgence ! Transformer le système et le contenu de la production pour éviter la catastrophe écologique qui s’avance, cela parait une tâche tellement hors de portée. Mais c’est vital ! Changer la répartition des richesses pour que le plus grand nombre vive enfin dignement, cela semble ardu. Mais pouvons-nous accepter l’enrichissement colossal d’une petite minorité pendant que la misère s’étend ? Refonder la République et redonner le pouvoir aux citoyens en toutes choses, c’est devenu presque utopique. Mais sinon quel moyen pour changer le monde ? Faire vivre une laïcité intransigeante, c’est désormais un engagement souvent vilipendé. Mais sans cela, quelle société laisserait-on s’imposer ? Construire une Europe enfin démocratique et sociale, cela heurte de front le Traité de Lisbonne ? Mais la solidarité des peuples vaut mieux que leur concurrence !

Tout cela il faut oser le vouloir, ici et maintenant, en faire un programme de gouvernement, un projet de rassemblement majoritaire de notre peuple. Pour cela il faut  bousculer les conformismes, les opportunismes, les sectarismes, la résignation. Die Linke en Allemagne a montré que cette ambition pouvait faire son chemin. En France, nous le pouvons aussi. Nous savons de quelle magnifique et longue histoire nous pouvons être les héritiers. Nous pouvons reconstruire une gauche digne de ce nom, sans complexe face à la droite et au capitalisme. C’est pour cela que nous soutenons la création du nouveau parti de gauche.

                +++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Partager cet article

Repost 0
Published by henri Moulinier - dans Parti de Gauche
commenter cet article

commentaires

henri Moulinier 08/11/2008 07:39

Constituer un petit parti à la Chevénement serait une profonde erreur pour toute la gauche. Je peux partager la démarche de JL Mélanchon, s'il se situe clairement à gauche, clairement dans une démarche de transformation sociale et non de gestion de "l'économie de marché" ( alias le capitalisme), comme le fait pour l'essentiel le Parti Socialiste depuis 1983 et le virage de la "rigueur", en fait un virage "libéral" ( d'acceptation du néolibéralisme économique). Aujourd'hui, les 3 principaux courants qui dominent le PS sont sur une orientation d'acceptation de cette "économie de marché" et, mais c'est la même logique, sur l'acceptation du traité européen de Lisbonne, pétri de cette orientation néolibérale ( voir mon diaporama sur ce traité sur ce blog)C'est CETTE politique du PS qui a porté tord à la gauche, en décevant les salariés, les milieux populaires et qui amènent plusieurs socialistes et non des moindres à rallier directement ou indirectement la démarche, voire le gouvernement de Sarkozy.C'est, pour moi, ce qui fait problème à gauche, Il y a besoin de retrouver une gauche de gauche, capable de remettre en cause ces choix libéraux qui ont mené partout à l'actuelle et grave criseEt pour cela il y a besoin d'une FORCE politique capable de RASSEMBLER toutes celles et tous ceux qui veulent donner à la gauche une autre orientation ( confère ce qui se passe en Allemagne avec Die Linke)Si c'est cette démarche que veulent partager JL Mélanchon, Marc Dolez et leurs amis:alors BIENVENU POUR REDONNER VIGUEUR A LA GAUCHE, pour offrir d'autres perspectives politiques que celle de Sarkozy et de l'Europe actuelleMais le débat continue et j'attend d'en savoir plus.

Hugues Vessemont 07/11/2008 22:01

S'il était honnête, Monsieur Mélanchon rendrait son mandat de sénateur, obtenu grâce à la structure, l'organisation et la profonde implantation du PS... On sait ce que fait à la gauche en général la constitution d'un petit parti à la Chevénement

Présentation

  • : Henri MOULINIER
  • Henri MOULINIER
  • : Espace de débat pour contribuer à l'élargissement du Front de gauche, la victoire de la gauche pour une réelle alternative au néolibéralisme et au capitalisme
  • Contact

Profil

  • henri Moulinier
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Acteur du Front de gauche. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.
  • Adjoint au maire honoraire de La Rochelle. Acteur du Front de gauche. Ancien professeur de lycée en S.E.S. et chargé de cours d'éco Université de La Rochelle. Docteur en histoire. Militant LDH La Rochelle.

Recherche

Pages

Catégories